Nous suivre

Athlétisme

14 octobre 1968 : L’or et le record pour Jim Hines

Publié

le

14 octobre 1968 L’or et le record pour Jim Hines
Photo via The Economic Times

ATHLETISME – Un vent nouveau souffle sur l’athlétisme en ces Jeux de Mexico. Tout d’abord la piste n’est plus la même, mais surtout, les performances dépassent tout entendement. Retour sur la finale du 100 m et le sacre de Jim Hines.

Ça s’est passé le 14 octobre 1968

Juin 1968, Jim Hines descendait pour la première fois sous la barre des 10 secondes. Oui mais voilà … le chronométrage était alors manuel et imprécis, l’électronique n’étant pas encore reconnu officiellement. Seulement pour ces Jeux Olympiques, plusieurs choses ont changé dont la manière de chronométrer. La piste également est différente, elle n’est plus cendrée mais le fameux tartan a fait son apparition. Et dans ce stade olympique de Mexico, les records tombent. Au total, quatorze d’entre eux sont battus sur la semaine. Mais revenons à la finale du 100 m.

Pour bien des raisons, celle-ci est historique. Par la présence de huit athlètes noirs sur huit concurrents déjà, c’est la première fois et c’est non négligeable alors qu’ils se battent contre les inégalités et voulaient boycotter les Jeux. Par le temps ensuite, comme un éclair. C’est Melvin Pender qui prend le meilleur départ puis, assez rapidement, son compatriote Jim Hines revient à hauteur. A une vingtaine de mètres de l’arrivée, ce dernier accélère pour laisser sur place ses concurrents et franchir la ligne en tête en … 9,95 secondes, précisément. 9,9 si on enlève les nouveaux centièmes, Jim Hines égale ainsi son record du monde et améliore la marque référence olympique. Enfin, le voilà auréolé de la médaille d’or.

 

Info : Juste après ces Jeux Olympiques, Jim Hines quitte les pistes d’athlétisme pour retrouver les terrains de football américain. Effectivement dans la foulée de Mexico, il signe un contrat avec les Dolphins de Miami. Cependant cette suite de carrière sportive a connu moins de succès.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une