Nous suivre

Histoire

19 octobre 1997 : Premier titre pour Fabrice Santoro

Publié le

19 octobre 1997 : Premier titre pour Fabrice Santoro
Photo Icon Sport

TENNIS – Suite à une année compliquée, Fabrice Santoro accède enfin à une finale ATP. Celle-ci, jouée au Grand Prix de Lyon face à Tommy Haas, tourne rapidement en la faveur du Français. Retour sur ce titre.

Ça s’est passé le 19 octobre 1997

Pas de quoi s’enflammer à l’approche des quarts, Fabrice Santoro ne connaît pas sa meilleure année. Mais lors des quarts, le tennisman tricolore se défait déjà aisément de Félix Mantilla, 14ème mondial, sur le score de 6-1, 6-1. En demi-finale, le combat face à Mark Philippoussis est davantage disputé mais la victoire revient une nouvelle fois au Français. Dernière étape donc pour Fabrice Santoro qui a fort à faire face à la pépite allemande Tommy Haas.

Sur le dur du Palais des Sports de Gerland, le Magicien prend d’abord le premier set à son adversaire 6-4. Nouveau break dans le second contre l’Allemand, un break que Fabrice Santoro ne lâche pas non plus pour s’adjuger la seconde manche. Après trois défaites en finale (Toulouse 1990, Dubaï 1993 et Kitzbühel 1994), il décroche enfin un titre majeur dans sa carrière. Et cette enceinte continuera de lui sourire. Il s’imposera l’année suivante en double aux côtés d’Olivier Delaitre avant de réitérer la chose en 2005, accompagné cette fois par Michaël Llodra.

Info : C’est également à Lyon que Fabrice Santoro a joué le dernier match de sa carrière, perdu malheureusement 4-6, 4-6 face à l’Espagnol Alberto Montales.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une