Nous suivre

Histoire

28 février 1946 : Le journal l’Auto devient L’Équipe

Sophie Clapier

Publié

le

28 février 1946 - Le journal l’Auto devient L'Équipe
Photo via Blog L'Équipe

Peu avant 1900, deux journaux principaux se disputent les lecteurs. Basés surtout sur le cyclisme, le premier se nomme Le Vélo, le second L’Auto-Vélo. Ce dernier change de nom en 1903 pour devenir L’Auto.

Ça s’est passé le 28 février 1946

Pour relancer les ventes de l’Auto, le journal se penche sur la création du Tour de France. Banco, le journal lancé par Henri Desgranges cartonne, ses concurrents disparaissent. Pendant la seconde guerre mondiale, sous l’occupation, le journal est tombé entre les mains des occupants, comme un outil de propagande contre la résistance parfois. Interdit de publication depuis 1944 comme beaucoup de quotidiens, ce n’est qu’à l’Armistice qu’un nouveau projet commence à voir le jour. Jacques Goddet, nouveau directeur de l’édition, a plusieurs impératifs, notamment changer le nom du journal ainsi que le papier utilisé. Le tout est d’éviter qu’il ne ressemble à son prédécesseur de guerre. Chose faite, le 28 janvier 1946, le premier numéro de L’Équipe paraît avec une diffusion de trois jours par semaine.

 

Info : le journal l’Equipe est publié quotidiennement depuis 1948.

Sophie Clapier


Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?