Nous suivre

Histoire

30 avril 1993 : Monica Seles poignardée en plein match

Sophie Clapier

Publié

le

30 avril 1993 - Monica Seles poignardée en plein match
Photo AFP

TENNIS – Depuis deux ans déjà, Monica Seles remporte tout sur son passage. Avec pas moins de sept tournois du Grand Chelem à son actif, elle vient d’en récupérer un huitième à l’Open d’Australie. C’est donc sans grande surprise qu’elle part favorite pour le tournoi de Hambourg.

Ça s’est passé le 30 avril 1993

Après avoir éliminé sans encombre Maria Strandlund au premier tour du tournoi allemand, Monica Seles se défait facilement de Patricia Tarabini 6-2,6-2. En ce 30 avril 1993, la numéro 1 mondiale a rendez-vous avec la Bulgare Magdalena Meleeva. Un quart de finale qui tourne au drame dans le troisième set. Alors que la joueuse yougoslave -naturalisée américaine en 1994- a remporté le premier set et mène dans le second, le changement de côté à 4-3 fait basculer la rencontre.

Günter Parche, un Allemand d’une quarantaine d’années, surgit des tribunes et poignarde dans le dos Monica Seles. La raison n’est nullement politique, il est fan absolu -trop absolu- de Steffi Graf. Et avec la domination de Seles, Graf n’est plus au sommet du tennis. Le seul moyen donc pour lui, « blesser » la numéro 1 mondiale actuelle. Vous avez dit fou ? … Si par chance, la blessure physique est peu profonde comparée à la longueur de la lame, le choc moral est plus important.

Suite à cette tragédie et l’abandon du tournoi, Monica Seles peine à retrouver les courts et les victoires. Après avoir dominé le tennis féminin jusqu’à ce jour, elle décroche un neuvième titre du Grand Chelem à l’Open d’Australie en 1996 seulement. C’est le seul remporté par la championne après ce 30 avril 1993.

©AFP

Info : Steffi Graf arrivera bien, elle, en finale de ce tournoi de Hambourg, mais sera battue par Arantxa Sanchez en deux sets secs. Elle récupérera néanmoins sans tarder la place de numéro 1 mondiale.


Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?