Nous suivre

Histoire

5 avril 1984 : Kareem Abdul-Jabbar, numéro 1

Sophie Clapier

Publié

le

5 avril 1984 - Kareem Abdul-Jabbar, numéro 1
Photo Maxppp

BASKET-BALL – Depuis 1973, c’est Wilt Chamberlain qui est meilleur marqueur de l’histoire de la NBA avec un total de 31 419 points inscrits en carrière. En ce soir du 5 avril 1984, ce record tombe, pour la plus grande joie des Lakers et de Kareem Abdul-Jabbar.

Ça s’est passé le 5 avril 1984

31 419 points ! C’est déjà monstrueux quand on y pense. Avant cette rencontre de Los Angeles contre Utah, le pivot des Lakers Kareem Abdul-Jabbar compte 21 points de retard sur ce record de Chamberlain. Et quand on voit qu’il tourne à une vingtaine de points en moyenne par match, on se dit qu’il peut passer devant. Et c’est sans forcer qu’il monte sur le toit de la Grande Ligue. Avec un 10/14 au tir, le Rookie de l’année 1970 marque tout juste 22 points. Dans le quatrième quart-temps, après avoir bien fait attendre les fans présents, sur une passe de Magic Johnson, le voilà qui gratifie Las Vegas de son sky-hook signature. Il lui manquait 21 points, il en a mis 22. Et c’est ce petit point supplémentaire qui fait maintenant de lui le meilleur marqueur de la NBA. Le match est interrompu pour laisser se dérouler les différentes célébrations. Le regretté David Stern prend également la parole pour féliciter Kareem Abdul-Jabbar. Revivons ce panier.

Info : C’est anecdotique mais ce soir-là, les Lakers ont gagné la rencontre 129-115. Kareem Abdul-Jabbar a, lui, terminé sa carrière avec 38 387 points, un record qu’aucun joueur n’a encore réussi à battre.

Sophie Clapier


Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?