Nous suivre

Athlétisme

6 mai 1991 : Sergueï Bubka, encore plus haut

Sophie Clapier

Publié

le

6 mai 1991 - Sergueï Bubka, encore plus haut
Photo Novosti

SAUT A LA PERCHE – Le petit péché mignon de Sergueï Bubka ? Battre des records, encore et toujours. Avant ce saut au Japon, il s’était une première fois octroyé le record du monde, sautant à 5,85 m. C’est là où tout a commencé pour l’athlète ukrainien.

Ça s’est passé le 6 mai 1991

Cette marque de 5,85 m réalisée en 1984 se transforme en fin d’année à 5,94 m. Déjà 9 cm supplémentaires en un an. Alors quand arrive le 6 mai 1991, Sergueï Bubka élève de nouveau le compteur. En ce jour, il doit faire mieux que 6,06 m. Et si entre 1984 et 1988, il avait battu à plusieurs reprises son propre record chaque année, depuis 1988 les 6,06 m résistent. Trois ans, ils auront résisté trois ans. Au Japon, le champion olympique améliore une nouvelle fois le record mondial d’un petit centimètre. Et le sauteur va continuer son envolée.

Un mois plus tard, rebelote à Moscou. En juillet, c’est en Italie que Sergueï Bubka s’élève davantage. A la fin août après un nouveau record en Suède, l’athlète compte 6,10 m. Et si vous saviez que ce n’était pas fini… Les années ont passé, les exploits continué. 1994 : le perchiste ukrainien passe une barre à 6,14 m, un record qui tiendra jusqu’en 2014 et un certain Renaud Lavillenie. Puis en 2020 est arrivé Armand Duplantis. Autant dire que le Français et le Suédois ont parfaitement suivi le maître.

©Le Parisien

Info : Premier homme à avoir franchi la barre symbolique des six mètres, Sergueï Bubka a battu pas moins de 17 fois le record du monde de saut à la perche en plein air. Quant à sa performance en salle, c’est 18 fois. Faites le calcul… il a amélioré la marque à 35 reprises. 35, une routine pour lui.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une