Nous suivre

Handball

Après son éviction de l’équipe de France, Didier Dinart sort du silence

Flo Ostermann

Publié

le

AFP

HANDBALL – Cinq mois après avoir été évincé des Bleus, Didier Dinart est donc sorti du silence chez nos confrères de France TV Sport. Le Guadeloupéen regrette, avec amertume, le traitement qui lui a été réservé.

Entre amertume et colère, la frontière est souvent mince. Didier Dinart peut certainement en témoigner. L’ancien sélectionneur des Bleus, viré fin janvier après la débâcle de l’Euro et une élimination au 1er tour, s’est confié chez nos confrères de France TV Sport.

L’incompréhension totale

L’homme de 43 ans a de quoi l’avoir mauvaise. Dans un premier temps confirmé par le DTN Philippe Bana et le président de la FFHB Joël Delplanque le 13 janvier, le couperet tombe pourtant à la surprise générale le 26 janvier. Didier Dinart est démis de ses fonctions. Il raconte.

On me confirme dans un premier temps à la tête de l’équipe de France au lendemain de notre élimination. La veille de mon éviction, sur un plateau de télévision, on me renouvelle ce soutien et le lendemain, j’apprends par la voix de mon adjoint que je ne suis plus l’entraîneur des Bleus… J’ai un peu le sentiment d’avoir été jeté comme un Kleenex, après 23 ans passés à servir l’équipe de France comme joueur puis entraîneur adjoint puis finalement coach principal.

Son adjoint, à l’époque, n’est autre que Guillaume Gille, le nouveau sélectionneur de l’équipe de France masculine. Drôle de méthode pour annoncer une éviction, n’est-ce pas ?

« J’ai la sensation de ne pas avoir bénéficié du même traitement que Daniel Costantini et Claude Onesta »

Toujours est-il que le triple champion du monde et le double champion d’Europe et olympique en tant que joueur regrette le manque de reconnaissance de la Fédération, mais aussi le manque de patience de celle-ci. Dinart s’explique.

J’ai la sensation de ne pas avoir bénéficié du même traitement que Daniel Costantini et Claude Onesta. Daniel est resté six ans sans gagner de titre entre 1995 et 2001, Claude a mis cinq années à remporter son tout premier en 2006, en récupérant pourtant une équipe championne du monde. Moi, titré dès mon premier Mondial comme entraîneur principal, on me remercie sans ménagement à l’issue de l’Euro, seule compétition que je n’aurai pas terminée sur le podium à la tête des Bleus… J’ai du mal à comprendre ce ‘deux poids, deux mesures’.

Le Roc regrette également que la Fédération ne lui ait rien proposé suite à son éviction. Pour un homme qui a tant apporté au handball tricolore, le coup est rude.

Dicodusport


Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?