Nous suivre

Autumn Nations Cup 2020

Autumn Nations Cup : les Bleus très proches de l’exploit à Twickenham

Alexandre Jeffroy

Publié

le

Autumn Nations Cup - Les Bleus très proches de l’exploit à Twickenham
Photo France Rugby

AUTUMN NATIONS CUP – Les Français ne sont pas passés loin de l’exploit ce dimanche à Twickenham. Ils ont mené jusqu’à la dernière minute du temps réglementaire, mais les Anglais se sont finalement adjugés le gain du match et du tournoi, lors des prolongations sur le score de 22 à 19. Owen Farrell a permis aux Anglais de gagner sur une pénalité grâce à la règle inédite de la mort subite. Malgré ça, ce match qui nous a offert un suspense insoutenable, aura été tout sauf une farce.

Les Bleus sont très bien rentrés dans la rencontre. Ils ont tout de suite fait preuve d’agressivité et ont montré leur volonté de jouer. En face, les Anglais ont adopté un jeu pragmatique, comme on pouvait s’y attendre, fait de jeu d’occupation, pas forcément très efficace. Néanmoins, ils étaient les premiers à ouvrir le score par l’intermédiaire d’Owen Farrell, à la 8ème minute. Les Bleus ont su occuper et mettre la pression dans le camp anglais. Au quart d’heure de jeu, Matthieu Jalibert prend un intervalle à hauteur des 22 mètres adverses pour servir, dans la foulée, son arrière Brice Dulin, qui plante le premier essai de la rencontre. Les Bleus mènent donc 3 à 7 après la transformation de l’ouvreur français.

Trois minutes plus tard, les Anglais recollent avec une pénalité lointaine d’Elliot Daly. Menant les Anglais d’un petit point, les Français continuent de mettre la pression et de jouer. Cela leur vaut deux pénalités, transformées par Matthieu Jalibert. Juste avant la mi-temps, les jeunes français auraient pu craquer. Ce sera sans compter sur une incroyable défense de leur ligne durant plusieurs minutes, qui débouchera sur un en-avant anglais. Les Bleus menaient donc 13 à 6 à la pause.

Une prolongation inédite

Après la mi-temps, les Anglais occupent davantage et mettent plus d’agressivité. Ils obtiennent ainsi plusieurs pénalités dans le camp français. Heureusement pour les Français, Owen Farrell n’est pas dans un grand jour et manque plusieurs tentatives faciles. À la soixante-huitième minute, les Français reprennent un peu le large grâce à une pénalité transformée par Louis Carbonel, entré suite à la blessure de Matthieu Jalibert. 16 à 9 donc, puis 16 à 12 après une pénalité réussie par Owen Farrell. Carbonel, quelques minutes plus tard, redonne sept points d’avance à cinq minutes de la fin. Malheureusement pour les Bleus, les Anglais arrivent à marquer à la toute dernière minute. Un maul à cinq mètres de la ligne, duquel se détache Luke Cowan-Dickie au dernier moment pour inscrire le seul essai des Anglais. Finalement, Farrell ne manque pas cette transformation importantissime pour le XV de la Rose. Le score est donc de 19 à 19 au coup de sifflet final.

On entre alors dans les prolongations à Twickenham, mais avec une règle inédite : la mort subite. C’est l’équipe qui marque la première qui s’assure la gain du match. Là encore, le suspense fut insoutenable. Owen Farrell a manqué une pénalité à sa portée en début de prolongation. Quant aux Bleus, ils ont eu une longue séquence de possession sur les 40 mètres anglais, à la fin de la première période, qui s’est terminée par une pénalité en leur défaveur. Lors de la seconde période des prolongations, les Anglais ont réussi à remonter le terrain à coup de pénaltouches. Finalement, les Bleus ont commis une faute dans leur camp, offrant la dernière opportunité que Farrell a, cette fois-ci, su saisir en passant une pénalité. Les Anglais ont donc remporté la Coupe d’Automne des Nations.

Malgré cette défaite, des Bleus, jeunes et inexpérimentés, auront tenu la dragée haute aux vice-champions du monde. Et par-dessus tout, ils auront fait taire les critiques de la presse outre-Manche, qui qualifiait ce match de farce.

Alexandre Jeffroy


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une