Nous suivre

Betclic Élite 2021-2022

Betclic Elite – Luke Nelson : « J’ai senti que le système du Portel me correspondait »

Maxime Cazenave

Publié

le

Betclic Elite : Luke Nelson - "J'ai senti que le système du Portel me correspondait"
Photo Icon Sport

En fin de semaine dernière, Le Portel a annoncé la signature de Luke Nelson. Une belle prise pour le club du Nord de la France qui récupère là un excellent shooteur pour tenir la mène. L’international anglais nous présente les raisons qui l’ont poussé à venir découvrir la Betclic Élite.

Toujours présent au plus haut niveau du basket français malgré ses ressources financières limitées, l’irréductible club du Portel va une nouvelle fois tenter de tenir son rang la saison prochaine. Pour cela, il peut s’appuyer sur un effectif qui dispose de nombreux joueurs encore sous contrat déjà présents la saison dernière (Wojciechowski, Passave-Ducteil, Mangin, Davis…). Cependant, des postes sont encore à renforcer puisqu’il reste un ailier et un pivot à récupérer pour compléter l’équipe. Il y avait également un besoin au poste de meneur. Besoin comblé par l’arrivée d’un international britannique, Luke Nelson.

Une belle expérience européenne

Âgé de 26 ans, ce dernier est une très belle recrue pour le dernier 13e de Betclic Élite. Formé en NCAA au sein de l’Université d’Irvine en Californie, il a passé quatre saisons là-bas, montrant déjà d’excellentes dispositions. Chaque année, il dépasse la barre des 13 points de moyenne. A l’époque, il est intouchable pour les clubs français, et c’est en Espagne, du côté de Séville, qu’il tente l’aventure européenne en 2017.

Sa première saison est correcte (8 points en 22 minutes), mais il connaît ensuite une année blanche. Pour se relancer, il signe alors à Manresa. Performant en Eurocup (11 points de moyenne), il ne parvient pas à trouver son rythme en championnat. Il prend alors la direction de Göttingen. En Allemagne, les sensations reviennent et il signe sa meilleure saison en Europe avec près de 12 points de moyenne, à 39 % derrière l’arc.

« Je suis impatient d’aller au Portel ! »

Ainsi, c’est un joueur de qualité qui débarque, convaincu par le discours du nouvel entraîneur de l’ESSM, Serge Crevecoeur. « Après avoir parlé avec le coach au téléphone, j’ai senti que je m’intégrerais bien dans son système, et que j’aurais une bonne chance d’être moi-même pour jouer à mon meilleur niveau, nous confie Luke Nelson. Il m’a essentiellement expliqué comment il me voyait rentrer dans le système, et comment il voulait faire jouer son équipe en attaque et en défense. J’ai senti que ça me correspondait. »

Les contacts ont été noués il y a une dizaine de jours, et le meneur de jeu britannique a mis peu de temps à se décider pour rejoindre une équipe qui va lui offrir de nombreuses responsabilités, en plus d’être géographiquement proche de sa Grande-Bretagne natale : « J’ai été au courant de l’intérêt de l’ESSM environ une semaine avant de signer. Après les négociations entre le club et mon agent, j’avais l’impression que signer avec le club était la bonne décision. Je suis impatient d’aller là-bas ! »

Ce sera également une découverte. Sans manquer de respect au Portel, la ville est méconnue en dehors de nos frontières. L’international britannique est en tout cas impatient de découvrir le charme de la Côte d’Opale : « Pour être honnête, je ne connaissais pas grand chose du Portel, que ce soit de la ville ou du club. Cependant, je me réjouis d’en apprendre plus quand je vais arriver ici. »

Du shoot extérieur et de la création

Le joueur devrait donc être le titulaire au poste de meneur de jeu, avec les responsabilités qui vont avec. Du haut de son mètre 91, il possède la taille nécessaire pour avoir l’avantage sur de nombreux autres postes 1, et cela lui permet également sur certaines séquences de pouvoir évoluer en tant qu’arrière. Si la défense n’est pas sa qualité principale, ce n’est pas pour ça qu’il a été recruté. C’est la menace qu’il représente de l’autre côté du parquet qui en fait une addition très intéressante.

Reconnu pour ses qualités d’artificier derrière l’arc, il peut se créer lui-même son shoot ou punir si jamais on a la mauvaise idée de le laisser seul. Luke Nelson devrait ainsi avoir de grosses responsabilités au niveau du scoring. Cependant, il n’est pas un shooteur unidimensionnel, et il possède également une lecture du jeu de haut niveau pour distiller de bons ballons comme il nous le précise : « Je pense que l’une des mes principales forces, en dehors de mon shoot extérieur, est ma capacité de lire le jeu afin de créer des shoots ouverts à mes coéquipiers. »

L’Eurobasket 2022 en ligne de mire

Les suiveurs de l’équipe de France de basket connaissent déjà sans doute ce joueur qui faisait partie de l’équipe de Grande-Bretagne ayant mis une énorme claque aux Bleus en février dernier. Dans le cadre des éliminatoires de l’Eurobasket 2022, les hommes de Vincent Collet s’étaient inclinés de plus de 20 points (73-94) face à cette équipe britannique au sein de laquelle Luke Nelson est un des piliers. Une victoire suivie d’une qualification pour une compétition au sein de laquelle ils feront partie des petits poucets, mais avec l’envie de réussir quelques coups.

« Le fait de se qualifier pour l’Eurobasket avec la Grande-Bretagne signifie beaucoup pour moi parce que nous essayons de nous prouver à nous-mêmes que nous pouvons lutter avec ce qui ce fait de mieux sur le continent. Maintenant, nous avons une opportunité de le montrer en septembre 2022 ! La meilleure chose à propos de ce tournoi est que n’importe qui peut gagner un jour donné, donc on ne sait jamais ce qui peut arriver ! »

Avant d’en arriver là, le joueur va donc se concentrer sur sa saison dans le Nord de la France. Il va pouvoir découvrir la bouillante ambiance qui règne au sein de la ville du Portel, et en particulier dans le Chaudron. En tout cas, le club peut se satisfaire d’une recrue de qualité que l’on est déjà impatient de voir à l’œuvre en Betclic Élite à partir d’octobre prochain.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une