Nous suivre

Coupe du monde de biathlon 2022-2023

Biathlon Kontiolahti 2022 : Les Bleues au pied du podium en relais, la Suède s’impose

Publié le

Biathlon Kontiolahti 2022 Les Bleues au pied du podium en relais, la Suède s'impose
Photo Icon Sport

BIATHLON COUPE DU MONDE DE KONTIOLAHTI 2022 – Le relais bleu a été de qualité inégale, et malgré la bonne forme d’Anaïs Chevalier-Bouchet, les Françaises n’ont pas réussi à monter sur la boîte lors d’une course dominée par la Suède. 

Après la troisième place des hommes en préambule, c’était au tour des femmes de disputer leur premier relais de la saison. On était impatients de voir ce qu’allait donner ce relais français forcément renouvelé par rapport à la saison passée. Lou Jeanmonnot, Anaïs Chevalier-Bouchet, Chloé Chevalier et Julia Simon avaient un bon coup à jouer, mais les favorites restaient les Suédoises, portées par Hanna Oeberg, lauréate de l’individuel hier.

Jeanmonnot paye pour apprendre, Chevalier-Bouchet impériale

Pour son premier relais en Coupe du monde, Lou Jeanmonnot démarrait donc pour l’équipe de France. Une pression visiblement difficile à supporter, puisqu’elle a pioché trois fois sur son tir couché, mais a évité un tour de pénalité qui aurait été rédhibitoire pour un bon résultat. Elle a redressé la barre sur le debout (1 seule pioche), mais le mal était fait, et elle a passé le relais en 9ème position, à presque 40 secondes de la tête.

Anaïs Chevalier-Bouchet avait alors du pain sur la planche. Boucher l’écart et relancer les Bleues. Mission accomplie, et de quelle manière ! 10/10, aucune pioche, une belle aisance à skis : un boulot de taulière. La Tricolore a rejoint la ligne dans le groupe de tête, avec la Norvège, la Suède, l’Autriche, la Suisse, l’Allemagne et l’Italie. Un relais parfait, qui a remis les Bleues sur le bon chemin.

Chloé Chevalier tremble, les Bleues quatrièmes

Chloé Chevalier devait alors poursuivre le bon travail de sa sœur. Le tir couché a été maîtrisé, avec une seule pioche, et une place au chaud dans un groupe à la poursuite d’Hanna Oeberg, qui s’était envolée à skis. Mais sur le debout, la Française a tremblé, devant user deux balles supplémentaires pour faire tomber la dernière cible. Conséquence, elle en a fini à presque une minute de la tête, mais surtout à plus de 30 secondes du podium provisoire.

Il fallait alors une Julia Simon des grands jours pour espérer monter sur la boîte. Si elle a fait le travail sur le tir couché, les filles devant n’ont pas ralenti. Elle s’est alors isolée à la quatrième place, mais devait espérer une craquante d’une des trois premières. Problème, ce n’était pas ça en skis. Malgré un tir parfait (0 pioche), elle ne pourra revenir. Ainsi, l’équipe de France termine au pied d’un podium dominé par la Suède, comme attendu, devant l’Allemagne et la Norvège. Pas de quoi s’alarmer cependant, tant on sait que le relais féminin, renouvelé à 50%, doit encore trouver de nouvelles marques. À ce titre, la performance du jour est encourageante.

À lire aussi

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une