Nous suivre

Coupe du monde de biathlon 2021-2022

Biathlon – Kontiolahti : La Norvège s’impose sur le relais femmes, les Bleues disqualifiées

Publié le

Individuel femmes d'Antholz La victoire pour Justine Braisaz-Bouchet devant Julia Simon !
Photo Icon Sport

BIATHLON – COUPE DU MONDE À KONTIOLAHTI – Pour le retour à la Coupe du Monde, la Norvège s’impose sur le relais féminin en Finlande. Les Norvégiennes ont franchi la ligne avec 40 secondes d’avance sur la Suède. L’Italie complète le podium. La France n’a pas été performante aujourd’hui et a franchi la ligne d’arrivée en 6ème position. Les Françaises sont finalement disqualifiées suite à une erreur de Justine Braisaz-Bouchet sur son tir debout. 

À l’occasion du cinquième relais femmes de la saison de Coupe du monde et le premier depuis les JO, l’équipe de France optait pour une combinaison familière. Comme à Pékin, Anaïs Bescond démarrait devant la vice-championne olympique de l’individuel : Anaïs Chevalier-Bouchet. C’est ensuite la championne olympique de la mass-start Justine Braisaz-Bouchet qui partait en troisième position. Julia Simon clôturait ce relais aujourd’hui. On note aujourd’hui l’absence des équipe d’Ukraine, de Russie ou encore de la Biélorussie compte tenu du contexte géopolitique actuel.

Anaïs Bescond a bien lancé les Bleues

Au départ, la France s’est élancée parmi les 17 nations présentes sur ce relais. Sur le premier tir couché, un vent très léger n’a pas perturbé Anaïs Bescond qui a réalisé un beau 5/5 sans pioche. Elle ressort dans le groupe de tête avec la Suisse, l’Autriche et les États-Unis. Marte Olsbu Roieseland (Norvège) et Linn Persson (Suède) ont dû passer par des balles de pioche.

Arrivée en tête pour le tir debout, la Française a eu des difficultés à faire tomber une de ses cibles qui lui a coûté deux balles de pioches. La Norvégienne est ressortie en tête devant l’Autriche et la Suède puis la France qui comptait 15 secondes de retard. Finalement, la Française a passé le relais en 3ème position avec 17 secondes d’écart sur la tête de course.

Du retard accumulé par Anaïs Chevalier-Bouchet

Sous pression après son raté lors du relais olympique, Anaïs Chevalier-Bouchet est partie dans le coup. Malheureusement, le tir couché a été très difficile et elle a dû tourner deux fois sur l’anneau de pénalité. Elle a perdu énormément de temps et est ressortie 12ème avec 1 minute 30 de retard. Tiril Eckhoff est quasi-impeccable pour la Norvège et prend 20 secondes d’avance pour l’Autriche.

Au contraire, la biathlète tricolore a mieux géré son tir debout en n’utilisant qu’une pioche. Beaucoup de filles ont craqué sur ce tir ce qui a permis à la Française de grappiller quelques places. Néanmoins, la Norvège et la Suède n’ont pas flanché et son ressorties en tête. Au final, Tiril Eckhoff (Norvège) a transmis le relais avec 45 secondes d’avance sur la Suède et la France est passée en 8ème position avec 1 minute et 50 secondes de retard.

Justine Braisaz-Bouchet a été aussi en difficulté

La récente championne olympique de la mass start Justine Braisaz-Bouchet partait en position de chasseuse. Le tir couché a été aussi difficile, mais elle a su placer ses trois balles de pioches pour éviter le tour de pénalité. Elle a réitéré exactement le même scénario sur le tir debout et est ressortie en 10ème position à 2 minutes pile de la Norvège. La Suède est à ce moment-là à 30 secondes de la tête de course en deuxième position, suivie de l’Italie à 1 minute. La Française a passé le relais en 9ème position sans avoir pu gagner du temps à 2 minutes et 4 secondes de la tête. On s’aperçoit alors qu’une astérisque apparaît sur la ligne de la France sur les dates, mais on ne sait pour quelle raison, positive ou négative, à cet instant.

Julia Simon à l’image de ses coéquipières, la Norvège s’est brillamment imposée

Notre dernier espoir, Julia Simon n’avait plus le droit à l’erreur. Ses 4 cibles blanchies sur 5 semblaient rassurantes pour le tir couché, mais elle n’a pas réussi à mettre une seule balle de pioche et est allée tourner sur l’anneau de pénalité.

Sur ce dernier tir, Ingrid Tandrevold (Norvège) n’a pas craqué et ressort en tête avec 50 secondes d’avance sur sa première poursuivante Elvira Oeberg (Suède) qui a aussi assuré sur le dernier tir. C’est Lisa Vittozzi (Italie) qui n’est pas habituée à ce poste dans le relais italien, mais qui a assuré la dernière marche du podium. Julia Simon a mieux géré son tir debout en n’utilisant qu’une balle de pioche.

La France finalement disqualifiée

Au moment où Julia Simon a franchi la ligne d’arrivée, on apprend que la France est disqualifiée. En effet, Justine Braisaz-Bouchet a commis une erreur et a enfreint le règlement. Lors de son tir debout, la Tricolore a perdu une balle de pioche dont elle avait besoin et a alors décidé de réengager un chargeur, ce qui est interdit par le règlement. La France est alors disqualifiée de ce relais alors qu’elle avait un boulevard pour gagner le petit globe de cristal de l’épreuve. C’est finalement la Suède qui remporte ce dernier. Triste dénouement pour les Françaises donc, elles qui avaient remporté deux des trois premiers relais cette saison.

À lire aussi


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2021 - Née quelques jours avant la première étoile des Bleus, je baigne dans une famille très sportive. Je n’ai eu d’autres choix que de me passionner pour le sujet. Pratiquante de l’athlétisme depuis toute petite, j’ai aussi un attrait tout particulier pour la Formule 1, le biathlon et le foot. Pendant les grands événements, il est impossible de décrocher de ma télé. C’est à travers Dicodusport que j’aime désormais vous transmettre mes émotions et ma passion.

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire le plus populaire
Commentaire avec le plus de réponse(s)
1 Nombre d'utilisateurs
Jean-Yves et Odile Rauch Utilisateurs récents
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jean-Yves et Odile Rauch
Invité
Jean-Yves et Odile Rauch

Je trouve la décision très sévère, car elle retire son chargeur plein avant de repartir en ski, l’IBU aurait pu mettre 30 seconde de pénalité soit 1 tour de pénalité.
JY

Fil Info

Actus à la une