Nous suivre

Actualités

Biathlon – Mondiaux : la Norvège titrée sur le relais mixte, la France passe à côté

Flo Ostermann

Publié

le

Ostersund 2019 – Déjà titrée à trois reprises, la Norvège est devenue championne du monde sur le relais mixte, en devançant l’Allemagne et l’Italie. L’équipe de France est quant à elle passée totalement à côté de la course.

Elle faisait partie des favorites, et elle n’a pas déçu. Après les titres remportés en 2011, 2012 et 2013, la Norvège décroche un quatrième sacre mondial sur le relais mixte. Avec seulement sept pioches dans des conditions compliquées, les Scandinaves ont devancé sur la ligne l’Allemagne (9 pioches) et l’Italie (14 pioches). Lauréate des trois derniers relais mixte disputés dont celui des JO de Pyeongchang, l’équipe de France a (beaucoup) déçu en terminant à la 8ème place avec 15 pioches, total le plus élevé  du top 15 aujourd’hui.

Chevalier et Simon hors du coup, la Norvège déjà au taquet

Première relayeuse de l’équipe de France, Anaïs Chevalier était dans le dur dès son premier tir. L’Iséroise commettait deux erreurs pendant que l’Italienne Lisa Vittozzi, à l’aise sur les skis, réalisait le 5/5 pour ressortir en tête. La Transalpine était de nouveau hors d’atteinte sur le debout, alors que la Française piochait une nouvelle fois. Cette dernière, également en difficulté sur la piste, donnait alors le relais à Julia Simon en 15ème position, à 1’15 de l’Italie.

En tête, l’Italie, alors emmenée par Dorothea Wierer, leader de la Coupe du monde, voyait revenir dans ses skis la Norvégienne Tiril Eckhoff dès les premiers mètres de ce deuxième relais. Malgré deux pioches chacune, Wierer et Eckhoff ressortaient en tête mais l’Allemagne de Denise Herrmann, qui remplaçait au pied levé Laura Dahlmeier, réalisait un sans-faute et rejoignait le duo à l’avant de la course. En revanche, Julia Simon peinait, piochant à trois reprises.

Malgré un vent plus présent, le tir debout ne redistribuait pas les cartes. Au jeu des pioches, l’Italie et la Norvège s’en sortaient le mieux alors que Denise Herrmann calait derrière la carabine. Mais l’Allemande, impressionnante sur les skis, reprenait le duo italo-norvégien avant le départ d’Arnd Peiffer, de Johannes Boe pour la Norvège et de Lukas Hofer pour l’Italie. Simon Desthieux prenait quant à lui le relais en 15ème position, à près de deux minutes de la tête…

Boe et la Norvège assument leur statut, Martin Fourcade sauve (un peu) les meubles

Devant, Johannes Boe était impérial sur son tir couché en réalisant le 5/5. Toujours aussi solide sur les skis, il abordait le debout avec quelques secondes d’avance sur Arnd Peiffer et Lukas Hofer. Le Norvégien, malgré deux fautes et l’Allemand, auteur d’un sans-faute, faussaient compagnie au Transalpin, coupable de trois pioches.

A l’entame du dernier relais, le leader du classement général de la Coupe du monde donnait le témoin à Vetle Sjåstad Christiansen avec 15 secondes d’avance sur l’Allemagne de Benedikt Doll et presque une minute de marge sur l’Italie de Dominik Windisch. Simon Desthieux, quatre pioches aujourd’hui, passait le relais à Martin Fourcade avec un débours de 2’30.

Une nouvelle fois, le duo de tête était le plus fort sur ce dernier relais. Et si Doll craquait sur le tir debout (2 pioches), Velte Christiansen, l’un des grands bonhommes de la dernière manche de Coupe du monde à Soldier Hollow, était imperturbable avec un 10/10, avant de dérouler sur les skis lors du dernier tour. L’Allemagne, championne du monde sortante, terminait à 13 secondes des nouveaux champions du monde. Malgré un dernier relais compliqué, l’Italie prenait la troisième place. Côté français, Martin Fourcade, efficace sur les skis, piochait trois fois sur le tir couché avant de réaliser le 5/5 sur le debout. Le Catalan permettait aux Bleus de prendre une 8ème place plus que décevante. Inquiétant avant les épreuves individuelles qui débuteront demain, avec le sprint féminin.

Flo Ostermann


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une