Nous suivre

NBA 2023-2024

Bilan NBA 2024 : Entre déceptions et espoirs chez les Cleveland Cavaliers

Joris Schamberger

Publié le

Bilan NBA 2024 Entre déceptions et espoirs chez les Cleveland Cavaliers
Photo Icon Sport

SAISON NBA 2023-2024 – La fin de la saison approche en NBA. Alors que les finales battent leur plein, 28 équipes sont déjà en vacances pour les six prochains mois. L’heure est donc venue de faire le bilan de la saison de ces franchises. Aujourd’hui, on part dans l’Ohio pour parler des Cleveland Cavaliers ! 

Ce qu’il faut retenir de la saison des Cleveland Cavaliers

La saison des Cavaliers a une nouvelle fois été rythmée par les blessures. Après avoir eu du mal à trouver leur rythme en début de saison, les joueurs de JB Bickerstaff commencent à mieux se trouver au début du mois de décembre… avant que ne se blessent coup sur coup Darius Garland et Evan Mobley. Mais curieusement, ce mois à cheval entre décembre et janvier marque le début du meilleur run des Cavs cette saison. Portés par un duo Jarrett Allen/ Donovan Mitchell tonitruant et un effectif plus profond qu’escompté, les Cavs enchaînent 22 victoires pour cinq petites défaites.

Mais à partir du all-star game, les ennuis commencent. Donovan Mitchell, qui effectuait alors une saison digne d’un candidat MVP, se blesse. L’équipe se trouve alors un peu perdue, et passe de sérieuse menace à l’est à équipe à prendre. L’attaque montre alors ses limites, notamment causées par les difficultés de Garland et la faiblesse des systèmes offensifs de JB Bickerstaff. Les Cavs arrivent donc dans une très mauvaise dynamique en playoffs, avec notamment un bilan négatif après le All-Star Game. Pourtant, et malgré les traumatismes laissés par l’échec de la saison précédente, les Cavs se défont du Magic en sept matchs. Si la série est loin d’être convaincante, notamment au vu des matchs 3 et 4, des défaites assez humiliantes, Cleveland a montré de vrais signes de progression cette saison. Pas suffisamment pour perturber les Celtics en revanche, qui les ont sortis en 5 petits matchs seulement.



Notre prévision en début de saison :  3e / Classement final : 4e


Le MVP : Donovan Mitchell

En seulement 55 matchs joués, Donovan Mitchell a montré à quel point l’attaque des Cavs était dépendante de lui. Si cette saison est légèrement moins bonne au scoring, passant de 28 à 26 points de moyenne, c’est dans la création que Mitchell a impressionné. Non seulement il a battu sa moyenne record en termes de passes décisives, mais il a également souvent pris la place de l’organisateur sur le terrain. Lui qui était longtemps considéré comme un scoreur finalement assez unidimensionnel a fait taire beaucoup de critiques. Il s’est aussi affirmé comme leader, beaucoup plus vocal que l’année précédente. On a notamment en tête plusieurs de ses discours et actions pendant la série contre Orlando. À voir maintenant comment ces progrès se traduiront dans un nouveau système l’an prochain.



Le MIP : Evan Mobley

On l’a dit et redit, le projet des Cavaliers ira aussi loin qu’ira Evan Mobley offensivement. Et cette saison régulière a malheureusement été assez décevante de ce côté-là. Embêté par une blessure en hiver, il n’a finalement pas tant progressé sur le plan statistique. Mais c’est surtout sur sa fin de saison qu’il a impressionné, et en particulier en playoffs. Tout d’abord, son playmaking a progressé de jour en jour. Il arrive aujourd’hui à très bien trouvé ses coéquipiers, et réalisait de plus en plus de passes décisives en fin de saison. Il s’est également trouvé un début de tir à 3 points qui pourrait être une vraie piste à travailler pour améliorer sa complémentarité avec Jarrett Allen.

En playoffs, il a aussi à plusieurs reprises été un véritable facteur X, notamment dans la seule victoire des Cavs contre Boston. Ce ne sont pour le moment que des flashs, mais Mobley reste un jeune joueur de bientôt 23 ans. Le meilleur est donc probablement encore à venir.

Le DPOY : Jarrett Allen

Alors que les rumeurs autour de son transfert se font assez toujours aussi insistantes, Jarrett Allen a sorti une saison de grande classe. Au point même d’être considéré dans le Top 10 du classement des défenseurs de l’année. À la dissuasion dans la raquette, il s’est hissé au niveau des meilleurs pivots défensifs de la ligue. S’il n’est que le deuxième meilleur defensive rating de l’équipe derrière Evan Mobley, il a en revanche montré qu’il pouvait permettre à la défense de Cleveland de rester dans l’élite. Difficile aujourd’hui de dire si l’avenir de Cleveland s’écrira avec lui, mais en tout cas cette saison lui a assuré une véritable valeur sur le marché.

La déception : Darius Garland

Depuis l’arrivée de Donovan Mitchell, Darius Garland est en difficulté. Le meneur all-star de 2021/22 semble aujourd’hui assez loin, et sa complémentarité avec son binôme du backcourt est encore et toujours questionnable. Tout n’est en revanche pas sa faute. Garland a perdu plusieurs kilos à la suite de sa blessure à la mâchoire en cours de saison. A suivi une période très difficile pendant laquelle il a eu du mal à être agressif et a perdu confiance en son shoot, en particulier en playoffs. Pourtant, le talent est bien là. Son début de saison était plutôt bon, notamment lors des quelques matchs avant sa blessure, avec quelques matchs au-dessus des 30 points. Laissons donc encore le bénéfice du doute au petit prince, qui va devoir à tout prix se reprendre la saison prochaine.

Quel avenir pour les Cleveland Cavaliers ?

Après cinq saisons de bons et loyaux services, c’est enfin la fin de l’ère JB Bickerstaff à Cleveland. Le front office semble pour le moment déterminé à donner une année supplémentaire au noyau de cette équipe, sous l’égide d’un nouveau coach. Les rumeurs les plus insistantes tournent autour de James Borrego et Kenny Atkinson, deux entraîneurs qui ont prouvé qu’ils savaient mettre en place une attaque. Alors une surprise n’est pas impossible, et le GM Koby Altman pourrait décider de réaliser un gros transfert surprise. La prolongation de Donovan Mitchell, si elle semble bien embarquée, est également à confirmer. Mais pour le moment, le grand changement prévu par les Cavs parait être prévu sur le banc et non sur le terrain.

Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *