Nous suivre

Boxe

Boxe super-moyens : Saul Alvarez veut continuer d’écrire l’histoire

Idriss Ahamada

Publié

le

Boxe - le Mexicain Saul Alvarez va défier l'Anglais Billy Joe Saunders
Photo Matchroom Boxing

BOXE SUPER-MOYENS – Dans la nuit de samedi à dimanche, le Mexicain Saul Alvarez va défier l’Anglais Billy Joe Saunders. En jeu, trois ceintures de champion du monde de la catégorie super-moyens.

Considéré comme le meilleur boxeur actuel toutes catégories confondues, Saul Canelo Alvarez (31 ans) va défendre son statut ce weekend. Déjà champion du monde WBA et WBC, Canelo va défier le champion WBO Billy Joe Saunders pour un duel explosif qui déterminera le roi des super-moyens. Un combat qui se déroulera devant près de 70 000 spectateurs à l’AT&T Stadium d’Arlington (Texas). Et la simple tenue de cet affrontement est déjà un exploit tant les préparatifs ont été chaotiques.

Canelo seul contre tous

En 2018, Saul Alvarez signait un contrat avec Golden Boy Promotions et le diffuseur DAZN. Contre 365 millions de $, DAZN devenait diffuseur exclusif des 11 prochains combats de Canelo. Mais voilà, les histoires d’amour se finissent mal en général. Et le début de la fin a été indirectement provoqué par ce combat. Initialement, Alvarez et Saunders devaient s’affronter le 2 mai 2020. Mais le combat a été annulé en raison de la pandémie de Covid-19. Une fois que le sport a repris, DAZN a annoncé que Canelo remontera sur le ring en septembre, contre un adversaire restant à déterminer. Mais en raison de la pandémie, DAZN a voulu renégocier à la baisse le contrat qui les lie à Canelo et Golden Boy.

Option refusée par Alvarez, qui a intenté un procès à Golden Boy et DAZN pour rupture de contrat. Le Mexicain souhaite obtenir 280 millions de $, et retrouver sa liberté. Un accord amiable a finalement été trouvé avec Golden Boy. Mais malgré ça, Canelo a profité de son passage dans l’émission In Depth with Graham pour régler ses comptes avec son désormais ex-promoteur, le président de Golden Boy, Oscar De La Hoya :

« Oscar De La Hoya ne pense qu’à boire »

Je n’aime pas parler des gens. Mais j’ai toujours été quelqu’un de loyal. J’ai toujours été un gars de Golden Boy. Mais lui (De La Hoya), il n’est pas Golden Boy, et il ne fout rien là-bas. Il ne pense qu’à boire et à s’occuper d’autres choses. Il n’a rien à voir avec Golden Boy ! Les décisions sont prises par d’autres personnes.

Quand Richard Schaefer a quitté Golden Boy et a créé PBC, il a emmené tous les combattants avec lui. Richard, dont je suis proche, a voulu me prendre aussi. Mais je suis resté, car je suis quelqu’un de loyal. Mais j’ai vite fini par comprendre pourquoi tout le monde est parti, et pourquoi Richard Schaefer s’est en allé aussi.

Parce que Golden Boy ne s’intéresse qu’à son propre bénéfice, et pas à celui du boxeur. Il n’y a aucune loyauté là-bas, ils ne savent même pas ce que c’est (…) Devenir Free Agent est la meilleure chose qui me soit arrivé. Maintenant, je peux faire ce que je veux. Mes derniers combats, c’est moi qui les ai organisés. J’ai combattu en décembre, en février et je remets ça en mai. Ça s’est fait facilement et sans complications.

Mais l’alcoolisme d’Oscar De La Hoya et les tracasseries administratives avec DAZN n’ont pas été les seuls obstacles à la tenue de ce combat.

Le ring de la discorde

Mardi dernier, le clan Saunders a menacé de purement et simplement annuler le combat. En cause, la taille du ring ! Habitué à des grands rings en Angleterre, le champion WBO souhaitait que le combat se fasse sur un ring de 7,3 m², la taille maximum autorisée par la ligue de boxe du Texas. Combattant très rapide et mobile, Saunders souhaitait profiter de ce ring agrandi pour avoir plus d’espace et faciliter ses mouvements.

Mais cette demande a été catégoriquement refusée par Canelo, qui souhaitait lui un ring de 5,5 m², plus favorable à son style agressif. Le désaccord a perduré, et a été amplifié par le fait que cette question n’a pas été réglée sur le contrat des combattants. Mais finalement, Billy Joe Saunders a pris la parole sur Instagram pour rassurer tout le monde. Le combat aura bien lieu :

Je veux juste dire que le problème est réglé, car, comme vous pouvez le voir, j’ai tagué Eddie Hearn et Canelo dans la dernière vidéo et le ring n’est pas un problème. Les voyants sont au vert. Là, je me détends, je regarde quelques films et, Eddie, tu peux monter le ring, mon pote.

Tout est bien qui finit bien donc… En attendant le combat !

Une guerre annoncée

Les détails administratifs réglés, on va pouvoir se concentrer sur le profil des combattants, à commencer par le champion WBO. Billy Joe Saunders a beaucoup de similitudes avec son grand ami Tyson Fury. Lui aussi membre de la communauté des gens du voyage, Saunders est également très rapide et mobile du haut du corps… Comme Fury ! Les deux champions anglais ont aussi en commun un certain goût pour les frasques hors des rings.

En mars 2020, Saunders a posté sur YouTube une vidéo en forme de tutoriel où il explique « Comment frapper au menton sa vieille femme si elle parle trop. » Cette vidéo a choqué l’opinion, et lui a valu une suspension de licence de 4 mois et 15 000£ d’amende. De retour de suspension en juillet, Superb a retrouvé les rings en décembre. Opposé à son compatriote Martin Murray, le gaucher de Hertford s’était largement imposé aux points. Et il avait impressionné par sa prodigieuse vitesse d’exécution et ses esquives.

Deux atouts qui seront importants pour espérer gêner Canelo. Mais malgré les qualités de Saunders, c’est bien le Mexicain qui sera favori ce weekend. Une victoire permettra à Alvarez d’entrer encore un peu plus dans l’histoire de la boxe en unifiant une deuxième catégorie. Mais pour ça, il devra trouver la solution face à la vitesse de Saunders. Rendez-vous sur DAZN dans la nuit de samedi à dimanche pour suivre ce combat qui s’annonce épique !


Passionné de sport depuis toujours, c’est tout naturellement qu’après avoir compris que je n’avais pas le niveau pour jouer à Manchester United, et pas la force nécessaire pour combattre à l’UFC que je me suis tourné vers le journalisme pour raconter les exploits et les histoires de ceux qui en sont capables. Le football, surtout quand il est joué en Angleterre, reste mon premier amour. Mais j’aime aussi veiller la nuit pour vous parler de KO et de victoires unanimes à l’UFC ou sur les rings de boxe. Mon côté fan de Wayne Rooney m’a également poussé à devenir polyvalent et à parler aussi de rugby (à XIII comme à XV) et occasionnellement de cyclisme. C’est donc logiquement que j’ai rejoint Dicodusport, pour pouvoir parler de l’actualité, sur tous les terrains.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une