Nous suivre

Formule E

Le championnat de Formule E peut-il concurrencer la Formule 1 ?

Tanguy Le Jeune

Publié

le

Le championnat de Formule E peut-il concurrencer la Formule 1 ?
Photo Getty Images

Alors que la Formule 1 est au cœur de nombreuses incertitudes concernant son avenir, la Formule E quant à elle bénéficie d’un monopole des compétitions électriques auprès de la FIA, assurant son avenir jusqu’en 2039. Alors que sa cote grandit auprès des fans, des pilotes et des constructeurs, la Formule E pourra-t-elle un jour concurrencer sa grande sœur ?

Depuis 2014 et sa première édition, la Formule E a bien progressé. Ce championnat qui développe les technologies électriques a attiré de nombreux constructeurs auto légendaires, et n’a cessé de progresser en performance. Ce championnat électrique est d’ailleurs devenu Championnat du monde depuis la saison 2020, tant sa notoriété auprès des fans et des pilotes s’accroît de saison en saison. Alors que la Formule 1 connaît quelques incertitudes quant à son avenir, la Formule E avance, sûre de ses forces et est susceptible de faire de l’ombre à sa grande sœur dans les années à venir.

Évolution et attrait croissant pour la Formule E

À ses débuts en 2014, la FE était, pour ne rien se cacher, la risée des fans de sports auto. Notamment à cause du bruit d’aspirateur des moteurs électriques. De plus, la faible vitesse des voitures et la très faible autonomie des batteries des monoplaces étaient aussi à l’origine des moqueries subies par ce championnat. Mais entre la F1 et la FE, la catégorie électrique est celle qui a le plus évolué depuis 2014. De plus en plus attractive que ce soit pour les fans, pour les pilotes ou pour les constructeurs automobiles, la FE possède aujourd’hui cette étiquette de laboratoire des technologies électriques. Par ailleurs, nombreux sont les constructeurs historiques de la F1 à avoir parié sur la Formule E. Porsche, Mercedes, BMW sont aujourd’hui en FE à l’instar d’autres grandes marques comme Audi, Jaguar, Nissan ou encore DS.

Depuis la saison passée, la FE est désormais devenue un championnat du monde, signe de son influence grandissante sur le monde de l’automobile. De plus, cette catégorie rassemble de nombreux pilotes très talentueux. Parmi eux, on peut citer le double champion de la discipline le Français Jean-Eric Vergne, le Néerlandais Nick de Vries ou encore le Portugais, champion en titre de la catégorie, Antonio Felix Da Costa. D’anciens pensionnaires de la Formule 1 évoluent d’ailleurs aujourd’hui en FE.

La Gen3, nouvelle révolution

La plus grosse perte de performance de la FE, en comparaison à la F1, c’est la puissance et le poids des batteries embarquées dans la voiture. En comparaison aux Formule 1, les FE (900kg) embarquent environ 130 kg de plus que les F1 (768 kg). Afin d’améliorer les performances des voitures et de gagner en performance, de nouvelles évolutions sont prévues pour les saisons à venir. Les monoplaces passeront, en 2022, à la 3ème génération de voitures de Formule E (Gen3). Cette nouveauté leur fera perdre environ 120 kg et améliorera la puissance des batteries de 100 KW, soit environ 130 chevaux de plus. Une évolution considérable qui réduira l’écart de performances entre les deux championnats du monde.

Lors du premier changement de voitures de Formule E, entre la Gen1 et la Gen2, les voitures avaient connu un gain d’environ 55 km/h de vitesse maximale. Un gain considérable qui fait que si le futur changement améliore les FE dans les mêmes proportions, cela permettra aux pilotes de rouler quasiment aussi vite que les F1. Reste à voir si l’aérodynamique et les châssis de ces voitures seront aussi compétitifs. Rappelons que sur des circuits urbains comme la Formule E en utilise, la puissance embarquée n’a d’importance qu’à la réaccélération, tant les lignes droites sont moins importantes. De plus les distances de freinages sont bien plus importantes en Formule E avec la récupération d’énergie. Mais, en tout cas, 2022 sera un tournant pour le championnat de monoplaces électriques.

Avenir brillant ou déclin programmé ?

Dans une époque où la Formule 1 connaît de nombreuses interrogations sur son avenir, la Formule E a tout à gagner niveau visibilité. Alors que cette catégorie se développe encore et encore, un changement de motorisation en Formule 1 pourrait amener le championnat électrique sur le devant de la scène dans les années à venir. Ce risque est connu par les dirigeants de la FIA et de la Formule 1, qui tentent de trouver des solutions afin d’éviter une cohabitation malsaine entre ces deux championnats.

Cependant, l’incertitude de la Formule 1 pourrait aussi toucher la Formule E, et ce, bien avant 2039. On le sait, Audi et BMW quitteront la Formule E au terme de la saison 2021 avec l’apparition de la 3ème Génération de Formule E. Ces départs interrogent, notamment dans une époque où les entreprises automobiles essayent de privilégier les moteurs qui ne polluent ni à leur fabrication, ni lors de leur fonctionnement. Or, on le sait, les moteurs électriques polluent lors de la fabrication des batteries, et l’électricité elle-même n’est pas produite sans rejet de gaz à effet de serre. Alors même si l’avenir de la Formule E semble plus assuré que celui de sa grande sœur, elle aura certainement à se poser les mêmes questions que cette dernière dans de nombreuses années; voire peut-être dans plus d’une décennie.

En tout cas, que ce soit pour aujourd’hui ou pour demain, la Formule E est sur une pente ascendante à tous les niveaux. La saison 2022 s’annonce déjà passionnante sur le plan du spectacle dans le championnat électrique. Et sur le plan écologique, la Formule E est au jour d’aujourd’hui la meilleure élève dans les grands championnats du sport automobile.

Tanguy Le Jeune
  


Lionel Messi, Kobe Bryant, Lewis Hamilton. Quel rapport entre ces trois légendes ? Aucun, hormis leur statut de légende. Mais, pour moi, ces stars ont quelque chose en commun. Ce sont mes idoles, mes exemples et les grands créateurs de ma passion pour le sport. Malgré mon cruel manque de talent pour pratiquer le sport au haut niveau, mon amour et ma passion me poussent, chaque jour, à vous partager l’actualité au travers de ce que je sais probablement faire le mieux : écrire.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?