Nous suivre

Actualités

Comment Corinne Diacre a-t-elle élaboré sa liste des 23 ?

Maxime Giralt

Publié

le

Annoncée ce jeudi soir sur le plateau du JT de TF1 de Gilles Bouleau, la liste des 23 joueuses sélectionnées pour la Coupe du monde de football, qui aura lieu en France du 7 juin au 7 juillet, fait déjà réagir. La non-sélection de Marie-Antoinette Katoto, meilleure buteuse du championnat français, est peu comprise par les amoureux du ballon rond. Entre choix difficiles, prospections et pépins de dernière minute, la composition d’une liste pour une compétition internationale est très difficile. 

Une question de choix

Pour chaque annonce d’une liste de 23, que ce soit pour l’équipe masculine ou féminine, la France compte toujours plus de 60 millions de sélectionneurs. La composition d’une liste pour une Coupe du monde est sans aucun doute la décision la plus commentée, critiquée, fantasmée aussi, dans le domaine du football. Pour la première fois, Corinne Diacre a annoncé sa liste des 23 à la télévision, dans un format identique à celui de Didier Deschamps.

La sélectionneure a présenté une liste avec ses cadres (Le Sommer, Renard, Thiney, Henry, Majri, Bouhaddi, etc.). Mais d’autres joueuses très attendues manquent à l’appel : Kheira Hamraoui (FC Barcelone) et Marie-Antoinette Katoto (PSG). Si la non-sélection de la joueuse qui évolue dans le championnat espagnol peut être compréhensible, la Parisienne a quant à elle fait les frais de son inconstance en équipe de France et d’un choix privilégiant le groupe à la forme du moment de la part de Corinne Diacre.

La logique de groupe

Une liste, c’est surtout un groupe. Lorsque Corinne Diacre convoque ses joueuses, c’est d’abord dans l’optique d’avoir une base de guerrières, prêtes à en découdre ensemble sur le terrain. La logique de groupe répond au nombre de fois où des joueuses ont évolué ensemble et donc, amène à faire confiance à des cadres afin d’avoir une cohésion aussi solide que possible. Sélectionner des filles comme Eugénie Le Sommer en attaque, Amandine Henry au milieu, Wendie Renard et Amel Majri en défense ainsi que Sarah Bouhaddi, c’est s’assurer que des joueuses qui évoluent ensemble en club puissent avoir les même automatismes en sélection.

Y ajouter des joueuses talentueuses telles que Gaëtane Thiney (Paris FC), Sakina Karchaoui (Montpellier), Valérie Gauvin (Montpellier) ou encore Viviane Asseyi (Bordeaux), c’est comme donner une dimension franco-française à une sélection qui peut rivaliser avec les meilleures nations. Toutes les joueuses sélectionnées ont au moins l’habitude de se croiser en championnat (seules 2 sélectionnées évoluent hors du championnat de France). Autre statistique : la liste des joueuses est la même (à une exception près, Kheira Hamraoui) que celle qui avait évolué lors du dernier rassemblement au début du mois d’avril.

Maxime Giralt


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une