Nous suivre

Football

Comment Nottingham Forest a conçu son retour en Premier League

Publié le

Comment Nottingham Forest a conçu son retour en Premier League
Photo Icon Sport

PREMIER LEAGUE – 23 ans après, le mythique club de Nottingham Forest, lointain vainqueur de deux C1, est de retour en Premier League. 17ème de Championship en 2020/2021, focus sur ce retour au sommet du club, et sur la manière dont il compte se préparer à cette saison. 

Peut-être l’une des histoires les plus folles de la fin des années 70 et du début des années 80. Le club de Nottingham Forest est unique dans l’histoire de la Ligue des Champions et de la Premier League. En deuxième division anglaise en 1976-1977, le club du Nottinghamshire termine troisième et accède à la Premier League. Et dès la première année, le club finit champion d’Angleterre devant le mythique Liverpool de Sir Kenny Dalglish. Une énorme surprise pour l’équipe entraînée par Brian Clough, qui deviendra un des meilleurs coachs anglais de l’histoire.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, puisque pour ses débuts en Coupe des clubs champions (l’ancêtre de la Ligue des Champions), le club s’impose en éliminant successivement Liverpool, l’AEK Athènes, le Grasshopper Club Zurich et Cologne en demies, avant de disputer la finale au stade Olympique de Munich face à Malmö qu’il domine. Un exploit qu’il va rééditer l’année suivante en conservant son titre face au club allemand de Hambourg.

Des débuts poussifs

Une belle histoire qu’il ne parviendra plus à réitérer, malgré quelques coupes nationales acquises lors des années suivantes. Mais avec le départ de Clough, le club commence une descente aux enfers et quitte la Premier League pour végéter en Championship entre 1993 et 1995, et depuis 1999 jusqu’en 2022. Une période où le club a même connu la troisième division entre 2005 et 2008. Une instabilité qui se ressent aussi par les résultats ces dernières années en terminant 17ème, 9ème, 7ème, 17ème et enfin 4ème, depuis l’arrivée du nouveau président Evangelos Marinakis en 2017.

L’homme d’affaires grec, également propriétaire du club le plus connu de Grèce, l’Olympiakos Le Pirée, a fait énormément d’erreurs après son acquisition du club. D’abord avec les entraîneurs, puisque sept se sont enchaînés sur le banc en l’espace de six ans, dont un certain Sabri Lamouchi. Puis au niveau du recrutement, avec pas moins de 60 recrues, sans compter les prêts. Voulant imiter le modèle portugais de Wolverhampton, le sulfureux président, s’associe à Jorge Mendes en 2018, l’un des agents les plus influents au monde, mais l’histoire n’aura jamais marché.

Ioannis Vrentzos, le directeur général du club, fut celui qui créa beaucoup de discorde au sein du groupe. Allant jusqu’à interférer dans les compositions d’équipe de son entraîneur. D’ailleurs, Aitor Karanka, l’un des anciens coachs les plus appréciés des supporters, était littéralement cerné par les décisions du board lors du mercato. Des propos appuyés par un de ses successeurs Martin O’Neill, qui restera six mois sur le banc en 2019. “Certains propriétaires veulent tout gérer et vous pouvez arriver à une situation où vous n’êtes plus un manager, vous êtes simplement un chef de service”.

Une refonte générale

Du côté du recrutement c’était le Français François Modesto qui devait gérer à la fois ceux du club de l’Olympiakos mais aussi de Nottingham Forest. Une double tâche compliquée à réaliser pour le Corse, qui a d’ailleurs quitté le club cet été pour rejoindre un autre projet ambitieux : celui de l’AC Monza, promu en Serie A italienne. Il fallait donc une refonte du staff du club, et celle-ci a été entamée l’an dernier par le remplacement de Vrentzos par Dane Murphy, et de Modesto par Andy Scott.

Ancien joueur de MLS, Dane Murphy, Américain de 35 ans était auparavant scout pour le Real Salt Lake, mais aussi dirigeant du club anglais de Barnsley depuis 2019. Il a été suivi par George Syrianos, ancien responsable des analyses à Stuttgart, désormais chef du recrutement au club anglais. Mais aussi de Chris Brass, qui était précédemment scout de l’académie de Wigan depuis 2012, et qui tiendra le rôle de directeur de l’académie.

La jeunesse au cœur du projet

L’un des plus gros changements est survenu du côté du banc, avec l’arrivée de Steve Cooper depuis déjà un an. Ce Gallois de 42 ans a d’abord été professionnel au Pays de Galles, avant de devenir coach des jeunes à Liverpool en 2008. Il est d’ailleurs devenu une des plus jeunes personnes à obtenir une licence pro UEFA, à seulement 27 ans en 2007. S’il a pu développer des jeunes comme Raheem Sterling ou Trent Alexander-Arnold, il a aussi pu entraîner les moins de 18 ans en 2012-2013, avec sous sa houlette Jon Flanagan, Harry Wilson, Ryan Kent ou Sheyi Ojo.

Mais c’est en 2015 que sa carrière va prendre un vrai tournant, en s’occupant des U17 de l’équipe d’Angleterre. Avec sous ses ordres, Phil Foden, Emile Smith Rowe, Jadon Sancho ou Callum Hudson-Odoi, l’Angleterre remporte la première Coupe du monde des moins de 17 ans de son histoire. Il s’envole ensuite en 2019 pour Swansea, retrouver son pays. En deuxième division, il va mener le club gallois deux saisons consécutives en playoffs. D’abord 6ème puis 4ème il échoue en demi-finale et finale des barrages. S’appuyant sur des jeunes qu’il a côtoyés et qu’il se faisait prêter comme Gallagher, Brewster ou Marc Guéhi, il a prouvé qu’il était solide défensivement, mais aussi efficace en attaque.

Il débarque à Nottingham en septembre 2021, et récupère une équipe qui avait terminé 17ème la saison précédente. Il ramène dans ses valises son adjoint à Swansea, Alan Tate mais aussi Steve Rands, un ancien analyste vidéo de City qui va devenir son coach tactique. Sa relation avec Dane Murphy, le nouveau directeur du club arrivé quasiment au même moment, est bonne. Ils partagent une vision du projet identique, et les résultats sont là. Fort de son passé de formateur, il souhaite mettre les jeunes au cœur du projet. Avec quatre des cinq joueurs les plus utilisés en championnat la saison dernière ayant moins de 24 ans, on se rend compte qu’il fait confiance à la jeunesse.

Le début d’une nouvelle ère

En terminant quatrième la saison dernière, il a enfin réussi à gagner les playoffs, en l’emportant aux tirs au but face à Sheffield United sur une rencontre aller-retour, puis face à Huddersfield 1-0 à Wembley en finale. Débarquant pour la première fois en Premier League, le coach gallois a voulu réaliser un recrutement de qualité pour garder le club au plus haut niveau anglais. Avec pas moins de 12 recrues dont 10 qui ont moins de 26 ans, le plan continue d’être axé sur la jeunesse. Il a entouré son équipe de joueurs de qualité, mais aussi de connaisseurs de la Premier League comme Jesse Lingard, en fin de contrat à Manchester United, le gardien Dean Henderson, ou encore Neco Williams, le jeune arrière gauche de Liverpool.

D’ailleurs le club a réalisé ses plus gros coups en Allemagne. En premier lieu avec la recrue la plus chère de l’histoire du club, Taiwo Awoniyi, acheté 20 millions d’euros à l’Union Berlin. Le Nigérian, acheté par Liverpool en 2015 n’aura connu que des prêts et n’aura jamais disputé une seule minute sous le maillot des Reds. Finalement acheté l’an dernier par Berlin, c’est avec ses 15 buts en 31 matchs qu’il aura convaincu le club de Nottingham de miser sur lui. Accompagné du milieu de terrain Orel Mangala, et du Franco-Sénégalais Moussa Niakhaté, en provenance de Stuttgart et de Mayence, mais également d’Omar Richards, le Britannique du Bayern Munich, le club a souhaité se renforcer à chaque ligne.

Jouant principalement en 3-4-1-2, Steve Cooper devrait faire évoluer Jesse Lingard au cœur du jeu en soutien des deux attaquants qui devraient être Awoniyi et Brennan Johnson, pur produit du club et meilleur buteur de l’équipe à seulement 20 ans l’an dernier. Les rôles le plus important dans cette formation sera sans doute celui des latéraux qui devraient être occupés par Richards et Williams. Tenant un rôle de piston essentiel dans une formation qui ne compte pas d’ailier, les jeunes pousses de Cooper devront très vite s’adapter au projet de jeu demandé par leur coach. Reste désormais à voir les résultats affichés sur le terrain dès ce week-end avec une première rencontre face à Newcastle, un autre club mythique d’Angleterre.


Fan absolu de foot et d'un certain club à l'étoile en bleu et blanc. Amateur de beau jeu et d'Argentins au pied gauche magique. Passionné de sport US (NBA, NFL, MLS) et loyal à la Damian Lillard. Je suis là pour vous apporter tout ce que le sport peut nous donner.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une