Nous suivre

Nos champions

Dans le sillage de Loïc Leonard #20 : des stages bénéfiques avec d’autres nations

Nico

Publié

le

Jeune champion français de canoë sprint, Loïc Leonard se donne à fond dans tout ce qu’il entreprend. Pour le 20ème épisode de « Dans le sillage de Loïc Leonard », il revient sur les stages qui se sont déroulés avec les équipes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne.

Mon actualité sportive

Après le ski de fond, je suis rentré dans mon club pour trois semaines d’entraînement en bateau en jonglant avec le travail. Ensuite, début février, je suis parti au Portugal pour un stage de trois semaines dans le centre d’entraînement du plus grand fabricant au monde de bateau de course en ligne, Nelo. L’avantage de ce lieu, c’est qu’on est vraiment concentré que sur le bateau et que les conditions sont bonnes à cette époque de l’année, avec 15 degrés l’après-midi. Les objectifs de ce stage étaient de travailler la technique et le foncier, je voulais faire beaucoup de séances longues pour réussir à aller plus vite ensuite en compétition. Ce n’est pas la partie la plus simple de l’année, on se lève tôt et se couche tard pour travailler beaucoup, mais c’est un passage indispensable pour être performant.

C’est la première fois où j’ai été capable d’enchaîner trois semaines de développement en étant aussi facile physiquement, jusqu’au bout des trois semaines. J’ai réussi à être solide, donc ça fait plaisir. Les deux premières semaines, je me suis entraîné avec une équipe portugaise. Je m’entraîne de plus en plus avec d’autres nations et cela me permet de découvrir d’autres choses, et c’est vraiment intéressant car je progresse. Sur la 3ème semaine, le reste de mon club nous a rejoint pour le traditionnel stage annuel. J’ai partagé ma semaine entre des séances avec mon club et d’autres avec la sélection espagnole.

A la fin de ce stage, il y avait une petite compétition organisée par la marque. C’était sans enjeu mais c’est sympa car tous les athlètes du circuit étaient là. J’ai terminé 9ème sur 50 donc c’est plutôt bien mais ce que je retiens surtout, c’est que je suis à quatre secondes du troisième. Après ça, je suis rentré pour une semaine à la maison avec peu d’entraînements, j’en ai profité pour souffler un peu.

Ensuite, je suis parti en stage avec l’équipe allemande début mars pour 15 jours. C’est mon meilleur stage de la saison car l’Allemagne est une nation qui domine notre discipline. Là dans le groupe où je suis, il y a 5 titres olympiques et une vingtaine de titres de champion du monde, ce sont vraiment des références et il y a notamment Sébastian Brendel qui est imbattable sur le 1000 mètres en monoplace depuis Londres 2012. C’est cool de s’entraîner avec cette équipe car cela me permet de voir que je suis dans le vrai et en plus, les athlètes sont tous très sympas. Sur ce stage on a travaillé l’intensité, c’est-à-dire qu’on travaille à 85-90% de notre vitesse max. Cela permet de travailler la puissance et l’endurance. Il y a des séances où j’étais au contact des meilleurs, donc ça montre la progression.

Mon calendrier

Ce week-end, je suis en compétition pour les Open de France qui font partie des qualifications pour l’équipe de France. Lors du premier Open de France en octobre dernier, je m’étais imposé sur le 1000 mètres en monoplace et j’ai terminé deuxième du 400 mètres. Cette année, je vais être aligné dans ces deux compétitions et en plus, je serai sur le 1000 mètres en biplace avec Adrien Bart. J’espère faire de belles courses pour me faire remarquer auprès du staff de l’équipe de France. Fin mars, il y aura le championnat de France du 5000 mètres. Ce n’est pas l’épreuve que je préfère mais ça va me permettre de voir si le travail foncier que j’ai fait porte ses fruits et s’il y a eu une progression par rapport à la saison passée.

Loïc Leonard


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?