Nous suivre

Cyclisme

Édito : Chapeau les Artistes !

Publié

le

Édito – Vainqueurs d’étapes ou du maillot du meilleur grimpeur, en passant par le port du maillot jaune pendant 14 jours, Julian Alaphilippe, Thibaut Pinot et Romain Bardet ont réalisé un GRAND Tour de France.

Les mauvaises langues diront que Julian Alaphilippe ne termine même pas sur le podium, que Thibaut Pinot n’est pas allé au bout et que Romain Bardet est passé à côté de son Tour de France. La réalité est tout autre. Il y a un peu plus de trois semaines, au moment de partir de Bruxelles, des deux mains, nous aurions signé.

Comment ne pas commencer par Julian Alaphilippe ? Vainqueur de deux étapes, avec un raid monumental en solitaire à Épernay et un chrono taillé pour lui à Pau, deuxième en haut du Tourmalet et porteur du maillot jaune durant 14 jours, le numéro un mondial a été le grand homme de cette Grande Boucle. Certains l’imaginaient en jaune sur les Champs-Élysées, mais le natif de Saint-Amand-Montrond est déjà allé bien plus loin que ce que l’on pouvait imaginer. Animateur de la course dans un premier temps, il est devenu ensuite gestionnaire, et avec brio dans les Pyrénées au point de terminer devant tous les grimpeurs sauf, Thibaut Pinot en haut du Tourmalet. Pour cette année, il était trop juste, mais il repart avec une certitude, celle de pouvoir gagner le Tour un jour.

Julian Alaphilippe intouchable lors du chrono de Pau – AFP

Pour Thibaut Pinot, tout a basculé sur la route de Gap, lorsque sa cuisse a heurté son guidon en voulant éviter une chute. Aurait-il remporté le Tour de France ? Impossible de le savoir, comme il l’a expliqué lui même après son abandon. Egan Bernal était très fort, mais le Franc-Comtois était dans le coup dans les Alpes après avoir dominé les Pyrénées. La bordure aura été un mal pour un bien, une perte de temps qui l’a obligé à attaquer et à prendre conscience qu’à la pédale, il était le plus fort. En haut du Tourmalet, personne ne pouvait espérer rivaliser, tellement le protégé de Marc Madiot était aérien. La déception est énorme, mais les perspectives sont encore plus grandes. Rendez-vous en 2020.

Thibaut Pinot a voltigé dans le Tourmalet – AFP

Enfin, Romain Bardet, une nouvelle fois très attendu, est très rapidement passé à côté de son sujet dans la lutte pour le général. Un contre-la-montre par équipes raté, un moral dans les chaussettes et des Pyrénées terribles. Une défaillance colossale qui n’arrive que très peu de fois dans une carrière. La plupart aurait mis le pied à terre, mais plus fort il est revenu. Si ses détracteurs veulent retenir la faillite, nous retiendrons la réaction, celle d’un champion, capable de se remobiliser pour de nouveaux objectifs. La victoire d’étape lui a tendu les bras, mais Nairo Quintana était injouable dans le Galibier. Pour le maillot à pois, jusqu’au bout il aura tremblé, mais après Warren Barguil en 2017 et Julian Alaphilippe en 2018, c’est encore un Français qui repart avec les pois.

Ne boudons pas notre plaisir. Durant trois semaines, ces trois champions ont animé la plus belle course du monde, avec un engouement populaire exceptionnel. Vivement 2020 !


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une