Nous suivre

Escrime

Escrime : Qu’attendre des Français lors des JO de Tokyo ?

Publié

le

Escrime : Qu’attendre des Français lors des JO de Tokyo ?
Photo Icon Sport

C’est le sport français le plus titré des Jeux olympiques modernes.  L’escrime reste pourtant sur des olympiades vierges de toute médaille à Londres et des Jeux de Rio mitigés.  À quoi pourront prétendre les escrimeurs français lors des Jeux Olympiques de Tokyo ?

À trois mois des Jeux, nos escrimeurs français voudront remettre les pendules à l’heure. Après des JO de Londres catastrophiques et de Rio mitigés, les Français ont les armes pour ramener de nombreuses médailles à la maison. Emmenée par Manon Brunet au sabre, Yannick Borel à l’épée, ou Enzo Lefort au fleuret, l’équipe de France est sans doute l’une des nations les mieux armées pour ces JO.

Mais avant de parler des potentielles victoires, il est bon de rappeler les échecs, d’ores et déjà présents. En effet, tous les escrimeurs et escrimeuses tricolores n’ont pas réussi à se qualifier. Ainsi, à Tokyo, les sabreurs français n’ont pas validé leur billet par équipes et seul Boladé Apithy a réussi à se qualifier en individuel. C’est aussi le cas pour les épéistes dames qui n’iront pas à Tokyo par équipes, et où seule Coraline Vitalis participera à la compétition individuelle.

Les épéistes visent l’or

Cependant, chez les messieurs, l’épée est sûrement l’une des valeurs sûres. La Fédération a fait confiance au quatuor qui a qualifié l’équipe l’année dernière. Ainsi, Yannick Borel sera accompagné de Daniel Jerent, Alexandre Bardenet et Romain Cannone (remplaçant et absent pour l’épreuve individuelle).

Par équipes, la France est sans nul doute la nation à battre. Pourquoi ? Car depuis les Jeux de 2004, les Français sont invaincus dans cette catégorie. Décrochant l’or à Athènes puis Pékin et enfin Rio (l’épreuve n’était pas présente à Londres), les épéistes peuvent sans l’ombre d’un doute continuer sur cette série. Si l’équipe a été bien remaniée depuis quelques années, Yannick Borel en est un des meubles. Champion olympique en 2016, puis champion du monde en 2017 et 2019 (avec Bardenet lors de cette dernière), Borel possède un palmarès par équipes qui en ferait saliver plus d’un. Cette expérience par équipe fera du Français le facteur X de la délégation tricolore.

Mais, individuellement aussi, le Guadeloupéen possède un palmarès bien garni. Triple champion d’Europe (2016, 2017, 2018) et champion du monde (2018), « Zlatan » est un des meilleurs épéistes au monde, et ce, depuis de nombreuses années. Pour cette raison, ramener une médaille en France en individuel est un objectif majeur de sa saison.

Une revanche à prendre pour Manon Brunet

Mais il n’y a pas que les épéistes qui peuvent prétendre à la victoire finale. Chez les sabreuses aussi, l’or est un objectif. En plus de Boladé Apithy, seul homme qualifié, trois femmes tenteront de rapporter une médaille du Japon. En effet, Cécilia Berder et Charlotte Lembach, toutes les deux dans le top 20 mondial, partent comme outsiders. Certes, l’or semble inatteignable, mais viser le bronze n’est pas surréaliste. Ce sera surtout par équipes que ces escrimeuses tenteront de ramener une médaille. Cependant, c’est chez la troisième sabreuse que se fondent les plus grands espoirs. Cruellement défaite en 2014 en demi-finales (15-14), Manon Brunet est en quête d’une revanche. Troisième mondiale deux années de suite, la sabreuse a changé de dimension depuis 2016 et compte bien le prouver à Tokyo. À seulement 25 ans, la championne du monde, pleine d’ambition, souhaite effacer la défaite amère de Rio. Une médaille pour Manon Brunet est donc le minimum, elle qui déclarait « viser deux médailles d’or » dans nos colonnes.

Car si elle fait partie des favorites pour remporter l’or olympique en individuel, elle pourrait bien réaliser le doublé par équipe. Avec ses coéquipières, Cécilia Berder et Charlotte Lembach (et Sara Balzer en remplaçante), les Françaises ont là une des toutes meilleures équipes au monde. Pour preuve, les trois titulaires ont atteint le titre de championnes du monde par équipes en 2018 et la deuxième place l’année suivante. Du côté du sabre, l’avenir semble donc radieux pour notre équipe de France, tant sur le plan individuel que collectif.

Plusieurs médailles dans le viseur des fleurettistes

Enfin, les fleurettistes français sont les seuls qui se déplaceront « au complet » lors de ces Jeux. Chacune des deux équipes (hommes et femmes) a réussi à se qualifier. D’abord, les dames auront une équipe composée de Ysaora Thibus, Pauline Ranvier, Anita Blaze et Astrid Guyart (remplaçante). Cette équipe de France ne fera pas partie des favorites pour la compétition collective, mais la première citée pourrait bien réaliser un coup individuellement. En effet, Ysaora Thibus (29 ans), leader de cette équipe de France a les capacités pour décrocher un podium. Vice-championne du monde en 2018, une médaille n’est, cependant, pas garantie.

Mais c’est surtout chez les hommes que les espoirs de médailles sont les plus grands au fleuret. Vice-champions olympiques en 2016, les fleurettistes emmenés par Enzo Lefort et Erwann Le Péchoux (remplaçant) tenteront de décrocher la plus belle des médailles. Les deux escrimeurs seront rejoints par Maxime Pauty et Julien Mertine. Par équipes, l’objectif des Français est donc de décrocher l’or après une médaille d’argent aux championnats du monde en 2019. Pour cela, ils pourront compter sur un Enzo Lefort au sommet de sa forme. Champion du monde en 2019, le Guyanais est, à 29 ans, dans la meilleure forme de sa carrière jusqu’à maintenant. Pour lui et Julien Mertine, l’objectif semble de ramener en plus d’un titre collectif, une médaille individuelle.

Malgré des absents dans certaines catégories, l’escrime française se porte bien et il ne serait pas étonnant de voir de nombreux tireurs français repartir de Tokyo avec une, ou plusieurs médailles.


2 Commentaires

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
1 Réponses
0 Followers
 
Commentaire le plus populaire
Commentaire avec le plus de réponse(s)
2 Nombre d'utilisateurs
Flo OstermannFouillard Utilisateurs récents
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Fouillard
Invité
Fouillard

C’est Daniel Jerent au lieu de Gustin Ronan (et non Augustin) qui est sélectionné dans l’équipe épée hommes

Flo Ostermann
Admin

Merci, c’est rectifié 😉

Fil Info

Actus à la une