Nous suivre

MotoGP 2022

Et si Fabio Quartararo quittait (vraiment) Yamaha à l’issue de la saison 2022 ?

Flo Ostermann

Publié le

Et si Fabio Quartararo quittait (vraiment) Yamaha à l'issue de la saison 2022
Photo Icon Sport

MOTOGP – En fin de contrat avec Yamaha à l’issue de la saison 2022, Fabio Quartararo s’est montré mécontent de la première journée de test 2022 à Jerez, jeudi. Déjà pessimiste au regard des difficultés du constructeur nippon lors des dernières courses de la saison 2021, le Niçois met la pression sur son team.

« Je demande des choses très importantes. Après, c’est quelque chose que s’ils ne montrent pas ce que je demande, au moins qu’ils essaient et qu’il y a une petite amélioration, c’est bien. Mais si je vois qu’ils partent dans une direction totalement différente, ça peut affecter mon futur avec Yamaha ». Ces paroles de Fabio Quartararo, recueillies par Motorsport, en disent long sur les inquiétudes du tout nouveau champion du monde. Et pour cause. Si le Français a décroché le titre mondial au Misano, aidé, il est vrai, par la chute de Francesco Bagnaia, les trois dernières courses de la saison, et notamment en Algarve et à Valence, ont de quoi inquiéter. Car en face, les Ducati, toujours plus puissantes, ont élevé le curseur d’un cran supplémentaire. Ce que Yamaha est incapable de faire pour le moment.

« J’ai besoin de plus de vitesse »

C’est un fait. La M1 de Fabio Quartararo a un gros déficit de puissance face aux Ducati. Vitesse de pointe, aérodynamisme, les domaines dans lesquels Yamaha doit progresser sont nombreux, et importants. S’il s’est montré désabusé jeudi à l’issue de la 1ère journée des tests de Jerez, le Niçois sait aussi que c’est à Sepang, au début de l’année 2022, que les progrès seront visibles, ou non. « Il y a plus de travail à faire pour ressentir des progrès. Comme vous pouvez l’imaginer, c’est le premier pas de la moto, on attend des choses bien meilleures pour Sepang […]  » a-t-il déclaré, avec insistance.

En Malaisie, sur les lignes droites du circuit international, El Diablo pourra en effet jauger si les évolutions sont suffisantes, pour au moins combler une partie de retard pris sur les Ducati, et ce avec le moteur 2022. Mais le Français a déjà prévenu. Si les choses ne vont pas dans le bon sens, son avenir chez Yamaha sera grandement compromis. « Je veux voir l’évolution de notre moto. Je trouve ça normal, déjà. Je ne trouve pas normal de signer pour 2023 sans avoir commencé 2022, donc je trouve que je sais où est ma valeur. Je vais attendre un petit peu de voir comment le team se positionne avec Yamaha, surtout voir l’évolution qu’il y a ou pas sur la nouvelle moto à Sepang ». Voilà qui a le mérite d’être clair.


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une