Nous suivre

Euro 2024 de football

Euro 2024 : L’Italie dispose de l’Albanie et rejoint l’Espagne en tête du groupe B

Victor Clot-Amiot

Publié le

Euro 2024 L’Italie dispose de l’Albanie et rejoint l’Espagne en tête du groupe B
Photo Icon Sport

CHAMPIONNAT D’EUROPE DE FOOTBALL 2024 – Au terme d’une rencontre maîtrisée, l’Italie a signé une entrée réussie dans son Euro en s’imposant 2-1 contre des Albanais qui n’ont pas démérité.

L’Italie surprise sur sa première possession

Huit ans après son baptême du feu lors de l’Euro 2016, l’Albanie signe son retour sur la scène européenne ayant obtenu sa qualification de manière brillante, finissant première de son groupe. Seulement voilà, le tirage au sort a placé les Kuq e Zi (traduisez Rouge et Noir) dans un groupe de la mort constitué de l’Espagne, de la Croatie, et de l’Italie. Les champions d’Europe en 2021 sont d’ailleurs les premiers adversaires de l’Albanie, quelques heures après le succès espagnol aux dépens des Croates (3-0).

Et malgré ce statut de petit poucet, l’Albanie a détonné dès les premières secondes ! Il ne fallait surtout pas allumer la télévision en retard, ou tarder pour sortir de table ! Devant des tribunes acquises à leur cause où près de 50 000 spectateurs albanais issus de la diaspora ou venus du pays ont pris pris place, les partenaires de Berat Djimsiti ont cueilli à froid les Italiens. Moins de 25 secondes auront été nécessaires à Nedim Bajrami pour tromper Gianluigi Donnarumma d’une frappe imparable. Le milieu de Sassuolo – l’un des cinq joueurs albanais dans le onze de départ à évoluer en Italie – a parfaitement tiré profit d’une mésentente, sur une touche, entre Federico Dimarco et Alessandro Bastoni afin de décrocher une mine en direction de la lucarne du portier parisien (0-1, 1ère).



Une réaction autoritaire

Les deux défenseurs italiens ont néanmoins réagi de la meilleure des manières dès la dixième minute, le premier étant à l’avant-dernière passe qui amène au but de la tête du second. L’Italie revient au score, 1-1 (10e). Loin de se laisser submerger par ce début calamiteux, les Transalpins rentrent dans leur match et accentuent la marque quelques instants après grâce à Nicolò Barella. Le milieu de terrain de l’Inter Milan reprend en première intention, en demi-volée, un mauvais dégagement de Jasir Asani, laissant le gardien Thomas Strakosha  impuissant (2-1, 16e).



Dans l’ensemble, la première mi-temps tourne clairement à l’avantage de l’Italie. Gianluca Scamacca manque d’ailleurs d’un rien le break sur une louche détournée par Strakosha sur son montant (33e). De nouveau, l’avant-centre italien se retrouve en échec face au gardien albanais, sur une nouvelle tentative à la quarantième minute. Malgré une tentative d’Asani quelques minutes avant la pause, l’Italie rentre au vestiaire avec un but d’avance, pleine de maîtrise comme l’attestent la possession (69%) et les trente-neuf phases d’attaque contre sept pour son adversaire.

Un match maîtrisé

Alors que l’Albanie espère revenir dans la rencontre, en seconde période, l’Italie pousse pour prendre le large. Federico Chiesa manque d’offrir un avantage certain à la Squadra Azzura mais sa frappe n’est pas assez enroulée pour revenir dans le cadre (60e). L’Albanie ne démérite pas mais peine à se montrer dangereuse en attaque. Au contraire de l’Italie dont les joueurs totalisent quinze frappes à l’amorce des dix dernières minutes. Néanmoins, à l’image d’une nouvelle tentative de Dimarco (80e), Strakosha reste toujours aussi solide contrecarrant une fois de plus les plans offensifs des Transalpins.

La sensation a failli intervenir à la 90e par l’intermédiaire de Rey Manaj excellemment servi par Asllani, sur plus de cinquante mètres. Néanmoins, Donnarumma, peu sollicité ce soir, a su se montrer au bon moment en détournant du flanc droit la tentative de l’Albanais. L’ultime frisson à l’initiative de Mitaj (96e) n’y changera rien. L’Italie s’impose par la plus petite des marges (2-1).

Mercredi, l’Albanie jouera son avenir dans la compétition contre la Croatie, tandis que l’Italie défiera l’Espagne le lendemain pour l’un des chocs les plus attendus de ce premier tour de l’Euro 2024. Le gagnant prendra indéniablement un avantage certain dans la lutte pour la première place du groupe.

Passionné de sport depuis toujours, un jour à l'adolescence mes parents m'ont dit : "quitte à passer ton temps à regarder du sport, au moins va le voir en vrai" ! Depuis, cette remarque ne m'a plus quitté et je passe une grande partie de mon temps libre à assister à des compétitions de tous sports. Je mêle d'ailleurs mes deux passions, le sport et les voyages afin de faire une pierre deux coups ! Outre l'US Open ou l'Euro 2021 par exemple, j'ai assisté cet été aux Mondiaux d'athlétisme à Budapest. Mon plus gros coup dur est et restera les JO 2020-2021 pour lesquels j'avais réservé 17 épreuves. La suite, vous la connaissez...

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *