Nous suivre

Basket-ball

Euro U16 basket féminin : Les Bleuettes marchent sur l’Italie en quarts de finale

Maxime Cazenave

Publié le

Euro U16 basket féminin Les Bleuettes marchent sur l'Italie en quarts de finale
Photo FIBA

CHAMPIONNAT D’EUROPE U16 FÉMININ DE BASKET 2022 – Les matchs se suivent et se ressemblent pour l’équipe de France à Matosinhos ! Après la fessée infligée à la Pologne en huitièmes de finale, c’est cette fois l’Italie qui a été totalement impuissante face aux Bleuettes en quarts. Lancées par un 10-0 en début de rencontre, ces dernières ont réalisé une performance sérieuse pour ne jamais être inquiétées par leurs adversaires, l’emportant aisément 78-46. Elles affronteront le Portugal ou la Hongrie dans le dernier carré.

Les choses sérieuses débutaient réellement ce mercredi pour l’équipe de France de basket féminin U16. Après un premier tour géré sans encombre et un huitième de finale expédié face à la Pologne, les Bleuettes faisaient face à un adversaire d’un tout autre calibre en l’Italie.

Une première période pleine de maîtrise

Cela ne les empêche pas d’entamer la rencontre par le bon bout en faisant preuve d’efficacité sur les premières offensives. Egalement bien en place défensivement, les Tricolores font la course en tête. Elles forcent leur adversaire à prendre un temps mort prématuré après un 6-0 bien senti dans les deux premières minutes. En totale réussite derrière Aïnhoa Risacher et Nell Angloma, elles continuent à creuser irrémédiablement l’écart à toute vitesse. Les premières rotations prolongent l’état de grâce à l’image de Sarah Keboum Biamou. En six minutes, il y a déjà +18 (22-4) ! Les Italiennes s’appuient alors sur l’adresse de Catterina Piatti (9 points dans le premier quart) pour se relancer, et revenir à portée de tricolores dans le creux de la vague (24-15).



Suite à ce mauvais passage, une nouvelle vague déferlante bleue s’abat. Biamou occupe la raquette adverse et ouvre des brèches à ses coéquipières. Stella Colas en profite notamment pour décocher derrière l’arc. A l’aise dans l’exercice (5/13), l’équipe de France enchaîne les banderilles, ce qui permet de combler ses difficultés dans la finition près du cercle. Suite à une quatrième réussite collective signée Aïnhoa Risacher dans le deuxième quart-temps, l’Italie se retrouve de nouveau la tête sous l’eau, incapable de répondre à l’adresse tricolore (39-20). Totalement dominée au rebond (14 contre 26), cette dernière est déjà dos au mur face à des Bleuettes appliquées et confiantes (44-26).



Les Italiennes impuissantes

En deuxième période, la tendance ne s’inverse pas. Sur transition, les Tricolores accumulent les points faciles, notamment par une Nell Angloma très appliquée. Malgré une attaque enrouée, les tricolores conservent leur avantage grâce à une défense toujours plus oppressante qui ne laisse plus aucune miette. Durant cinq minutes, les Italiennes sont incapables de mettre le moindre point. L’écart se stabilise alors autour des 20 points alors que l’horloge s’écoule inexorablement. Sans donner l’impression de forcer leur talent, les Bleuettes gèrent d’une main de maître la suite de la partie en continuant à montrer de l’application sur chaque action. Le tout en équilibrant la plupart des temps de jeu puisque seule Téa Cleante (9 points, 6 passes) a disputé plus de 23 minutes. Au final, le score est sans appel suite à un dernier quart-temps encore une fois maîtrisé : 78-46.

Aïnhoa Risacher (15 points, 7 rebonds) et Nell Angloma (14 points) sont les meilleures scoreuses tandis que Sarah Keboum Biamou (8 points, 10 rebonds) et Inès Pitarch-Granel (9 points, 7 rebonds) ont régné en maître sous le cercle. Opposées à la Hongrie ou au Portugal en demi-finales, les Bleuettes aborderont ce rendez-vous dans les meilleures dispositions, avec quoi qu’il arrive un statut de favori à assumer pour une place en finale.

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *