Nous suivre

Face à face

Face à face : Bruno Génésio mérite-t-il d’être autant critiqué ?

Avatar

Publié

le

Chaque mercredi, les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire ainsi que vous, cher lecteur, qu’il mérite de remporter ce Face à Face. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Cette semaine, le débat porte sur la crédibilité de l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, Bruno Génésio.


👍 Florent pense que Génésio a su faire taire les critiques.

Non, Bruno Génésio ne mérite pas d’être autant critiqué.

Et pour cause, le technicien lyonnais a des faits qui parlent pour lui. Depuis le 17 septembre dernier et un dernier revers contre le PSG (2-0), Les Lyonnais ne cessent d’impressionner et sont deuxièmes au classement de la Ligue 1, à 9 points des Parisiens. Fortement remis en cause il y a encore quelques mois, il a réussi à mettre en place un système de jeu des plus efficaces, tout en manageant à la perfection des joueurs en difficulté à un moment donné, comme Memphis et Fekir, intenables depuis fin septembre. Avec une série de 12 matchs sans défaite entre le 17 septembre et fin novembre et une défaite contre Lille, Lyon et Génésio ont clairement remis les pendules à l’heure.

Et puis, lorsqu’on lui pose la question sur les nombreuses critiques qu’il a essuyées en conférence de presse, Bruno Génésio dit n’avoir « aucune amertume envers qui que ce soit ». Signe d’un entraîneur d’une grande intelligence, il admet que « chacun a le droit de s’exprimer ». Accepter la critique, se remettre en question et avoir des résultats, tout en gardant l’ensemble du groupe rhodanien concerné, comment peut-on encore tirer sur Bruno Génésio. J’attends tes arguments Monsieur Grincheux !


👎 Pour Mathieu, pas l’ombre d’un doute, Génésio n’a pas les épaules.

Tout d’abord dans ce débat, anticipons deux arguments adverses : le bilan comptable de l’OL en Ligue 1 est certes bon (2ème) mais ce qui compte ici n’est pas le résultat mais la manière dont Bruno Génésio coache l’effectif, on y viendra. Ensuite oui il est beaucoup critiqué, trop selon Flo, mais en Ligue 1 aujourd’hui l’exigence est primordiale envers les coachs, surtout quand ils disposent d’un tel effectif.

Justement cet effectif est, après le pillage de Monaco cet été, le 2ème meilleur de Ligue 1, avec des joueurs de ballons à gogo. Comment expliquer alors le faible niveau tactique et technique produit par le collectif ? Sans les talentueuses individualités lyonnaises comme Fekir, Mariano ou Cornet, cela serait plus compliqué.

Concrètement, l’OL dispose d’un effectif qui aime prendre les espaces et jouer sur la vitesse individuelle de ses joueurs. Le coach a ici un rôle beaucoup plus mineur dans les résultats de son équipe car ils sont dus aux bonnes performances ou pas de ses individualités offensives. C’est l’inverse des tacticiens comme Guardiola, Bielsa, ou au niveau français Christian Gourcuff qui travaillent d’abord sur le collectif.

C’est finalement là où le bat blesse : « Pep » Genesio est sans doute un bon entraîneur pour une équipe moyenne de Ligue 1, mais il n’est pas à la hauteur de l’effectif lyonnais et surtout de ce qu’il en fait (seulement 2ème du groupe en Ligue Europa également). Alors s’il mérite d’être critiqué autant, et c’est le cas selon moi, Jean-Michel Aulas devrait lui alléger ce poids et trouver un entraîneur de renom pour lui succéder.


Verdict de l’arbitre :

Et il sera sans appel.

Mathieu pense que l’effectif de Lyon est le deuxième de Ligue 1, ce qui est juste. Pour une quasi-totalité des observateurs, l’effectif lyonnais se situe qualitativement entre la 2nde et la 4ème place, au duel avec Monaco et Marseille. Pourquoi alors s’acharner sur le « niveau tactique » de l’équipe alors qu’elle est peut-être la plus belle à voir jouer dans notre championnat ? Et qu’elle se situe justement à la deuxième place du classement actuel ? Il soulève aussi la chance des Lyonnais de pouvoir compter sur certaines individualités (en évoquant Maxwell Cornet, bon depuis seulement quelques matches) ce qui est le cas de tous les grands clubs d’Europe.

De l’autre côté du ring, Florent soulève des points intéressants. Il évoque le cas Fékir, revenu à son meilleur niveau depuis l’intersaison. Nul doute que le brassard de capitaine et les mots de Génésio ont pesé dans la balance. Que dire alors du cas Depay. Médiocre en début de saison, l’entraîneur des Gones n’a pas hésité à mettre en tribune son élément le plus coûteux de l’effectif. Résultat, Memphis montre de semaine en semaine l’étendue de son talent, individuel et collectif.
Autre point très important, Florent a parlé de l’attitude de Bruno Génésio vis-à-vis des critiques qu’il a subies, principalement l’an dernier. Il est possible de retrouver son entretien avec Daniel Riolo, l’un des premiers à avoir demandé un entraîneur de renom à sa place, comme le souhaite Mathieu. Dans cette interview, Génésio reprend les points évoqués par Florent, il se livre et nous montre un comportement exemplaire (contrairement à Dupraz).

Si Bruno Génésio n’est peut-être pas le fin tacticien attendu par ses détracteurs, il ne faut pas oublier que son véritable métier est celui d’entraîneur-adjoint, à qui on livre les séances de travail en semaine et auprès des joueurs toute l’année. Un exemple frappant est l’arrivée des joueurs lyonnais après la pause. Génésio insiste pour que les Gones reviennent 5 minutes plus tôt et s’échauffent tous ensemble, afin de pas être froids au coup de sifflet de l’arbitre.
C’est peut-être ça la touche Génésio. Un entraîneur aux côtés de ses joueurs, affectif et droit. La méthode ne marchait peut-être pas l’an dernier, elle fonctionne à merveille cette année avec en plus, un effectif remanié, nouveau.

La victoire revient logiquement à Florent.

Benjamin Douarre


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Actualités

Face à face : le règne de LeBron James est-il terminé ?

Avatar

Publié

le

Par

Les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire, ainsi que vous-même, qu’il mérite de remporter ce duel. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Aujourd’hui, deux de nos rédacteurs s’opposent au sujet de LeBron James. Alors qu’il n’a pas participé aux playoffs de NBA pour la première fois depuis 14 ans, peut-on dire que le règne du « King » LeBron James est achevé ?

Mathieu continue de croire en LeBron James

👍 Mathieu : Non, son règne n’est pas encore terminé

Non, LeBron James a encore le temps de rajouter des bagues de champion à ses doigts. Si la déception est forcément présente chez les Lakers après cette saison ratée, il faut souligner qu’avant sa blessure, l’équipe était 4ème à l’Ouest et donc tout à fait en course pour jouer un rôle important en Playoffs. L’an prochain, il existe de nombreuses raisons pour dire que l’équipe en purple and gold sera prétendante au titre :

Collectivement, l’effectif sera renforcé : les jeunes auront progressé (Ball, Kuzma, Ingram, Hart) et un ou plusieurs gros free-agents seront recrutés. Rajoutez un Jimmy Butler ou un Kyrie Irving dans ce jeune effectif et vous pouvez envisager un règne des Lakers sur la NBA. À titre individuel, LeBron sera remonté comme jamais après ce faux-pas et comptez sur le King pour remettre les pendules à l’heure. On sait aussi que s’il faut passer un coup de fil à Jimmy ou Kyrie pour les convaincre de venir à L.A., LeBron ne se privera pas.

Un trade est toujours possible pour Anthony Davis, car les Angelinos possèdent de nombreux atouts dans leur manche. On pense notamment au pick 4 de la prochaine Draft auquel on pourrait rajouter Ingram et Ball par exemple. Au pire, les Lakers pourraient choisir à la Draft Cameron Reddish ou De’Andre Hunter qui pourraient s’ajouter au beau roster californien.

Enfin, la dynastie Warriors devrait prendre fin l’an prochain : avec la signature quasi actée de Durant aux Knicks et les prolongations de contrat de Klay Thompson, Draymond Green et Demarcus Cousins à gérer, la porte semble enfin ouverte pour les autres équipes vers le titre NBA. Cet été sera donc décisif, et pourrait donc marquer le début d’un nouveau règne de LeBron sur la NBA !

 


Max ne se fie plus au King

👍 Maxime : Oui, son hégémonie est finie

La carrière de LeBron James est magnifique. Mais depuis 9 mois, elle semble moins bien embarquée et il semble judicieux de commencer à penser que son hégémonie est finie.

Non seulement, le natif d’Akron a 34 ans. Certes, d’autres avant lui ont prouvé qu’ils étaient toujours au top malgré les années qui passaient. Mais la relève marque déjà le pas : James Harden, Giannis Antetokounmpo, la jeunesse flamboyante des 76ers et l’arrivée future de Zion Williamson. Puis aussi car LeBron James à Los Angeles, ça ne colle pas. L’image de LBJ restera à jamais collée à Cleveland ou à Miami. Tout comme son ami et ancien coéquipier Dwyane Wade qui avait tenté de se relancer à Chicago, James semble faire une expérience ratée sur la côte Ouest.

Enfin, présent « seulement » dans la All-NBA Third Team cette saison, il montre certes sa force, mais aussi sa chute. Certainement un des meilleurs joueurs que le ballon orange n’ait jamais connu, LeBron James, s’il restera à jamais « The King », n’est et ne sera plus le seigneur des parquets.


Verdict de l’arbitre :

Le cas de LeBron James et des Lakers a beaucoup fait parler en cette fin de saison NBA. Absent des playoffs pour la première fois depuis 2005, le natif d’Akron a souffert du changement d’équipe et de conférence. La comparaison avec Dwyane Wade faite par Maxime est tout à fait légitime et il marque ici un bon point. Mais le projet de LeBron James aux Lakers s’étale sur 4 ans, et nous n’avons connu que la première année de celui-ci. Si le King a déjà 34 ans comme évoqué par Maxime, Mathieu a raison quand il explique « qu’avant la blessure de LeBron, l’équipe était 4ème à l’Ouest ». Ce dernier pointe ensuite le fait que la ligue pourrait bien être transformée dès l’année prochaine avec la fin de la dynastie des Warriors qui dure depuis 2014. Un argument contrebalancé par Maxime parlant d’une relève à la fois individuelle (Harden, Antetokounmpo) et collective (les 76ers).

Mais n’oublions pas que la signature (ou trade) d’une star comme Anthony Davis ou Kyrie Irving aux Lakers pourrait changer le visage de cette équipe, et épauler un LeBron James trop esseulé cette année. Si James en lui-même ne s’améliorera pas avec le temps comme expliqué par Maxime, son équipe oui ! Sur ce point bien démontré par Mathieu, je donne la victoire à ce dernier.

🏆 Mathieu remporte donc ce débat !

Tom Compayrot


Lire la suite

Actualités

Face à face : la VAR est-elle encore crédible ?

Avatar

Publié

le

Par

Les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire, ainsi que vous-même, qu’il mérite de remporter ce duel. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Aujourd’hui, deux de nos rédacteurs s’opposent au sujet de la VAR. Celle-ci est-elle encore crédible après les récentes polémiques liées à son utilisation ?


Romain continue de croire en la VAR

👍 Romain : Oui, la VAR reste crédible

Oui, la VAR reste crédible dans les différents championnats et la Ligue des Champions. Par exemple, en Ligue 1 Conforama, après la 16ème journée, le VAR avait corrigé 3 fois plus d’erreurs d’arbitrage. Lorsque cela ne fait pas débat, mais que les arbitres n’ont pas la possibilité sur le moment même de reconnaître l’erreur, la VAR est un soulagement qui réduit l’injustice. C’est une aide non-négligeable pour l’arbitrage de haut niveau où les enjeux sportifs et économiques prennent le dessus et les acteurs en quête de justice et d’équité.

Alors oui, la VAR ne résout pas tout, preuve ces derniers temps en Ligue des Champions ou encore en Ligue 1. Mais là où l’assistance vidéo est crédible, c’est qu’elle demande encore du temps pour se développer et développer son utilisation. Je pense qu’il faut surtout réfléchir sur le fonctionnement général de la VAR. Ce n’est pas l’outil qui est mis en cause, mais son utilisation. Définir et communiquer les règles au grand public, l’utiliser de manière commune avec des règles franches (comme à quel moment l’arbitre va vérifier de lui-même à la vidéo) et l’utiliser de manière plus fréquente si cela le nécessite. L’orgueil et le pouvoir des arbitres sur une rencontre doit pouvoir être mis légèrement de côté pour une utilisation maximisée de l’assistance vidéo.

Si l’argument des clubs au grand pouvoir financier et d’intimidation par l’histoire et par la grandeur tient la route, c’est malheureusement le cas sur n’importe quel sujet du football, VAR ou pas. Continuons d’aider les arbitres mais aussi les footballeurs, supporters et téléspectateurs avec la vidéo et des règles bien définies. Laissons les arbitres interpréter à leur manière et utiliser la vidéo pour contrebalancer leur avis.


A voir aussi ⇒ Pour aider les arbitres, il faut lourdement sanctionner les tricheurs


Pour Julien, la VAR a ses limites

👎 Julien : Non, la VAR n’est plus crédible

Dès mes premières lignes, je vais être clair sur mon point de vue. Je ne suis pas contre les évolutions dans le football, quelques soient leur nature, si ces dernières permettent d’améliorer le jeu. Mais pour autant, si je suis par exemple à 100% pour la Goal-Line Technology qui s’avère être une réelle avancée dans le monde du ballon rond, comme en atteste récemment le but accordé à Cristiano Ronaldo la semaine dernière face à l’Atlético Madrid qui aurait été clairement impossible à valider à vitesse réelle, je suis beaucoup plus nuancé pour l’assistance vidéo, ou du moins par son utilisation. Cette dernière est-elle crédible ? C’est-à-dire fiable et digne de confiance ?

A cette question, il est évident de répondre que non. La vidéo devait réduire voir anéantir toute formes de polémiques ? Finalement, ces dernières se sont accentuées… Sur 16 utilisations de la VAR lors des 8èmes de finale de la Ligue des Champions, 6 cas litigieux ont été recensés. Lors de Juve-Atlético, la Juve obtient un penalty, après visionnage des ralentis, l’accrochage est loin d’être évident alors qu’en fin de match, une situation identique se passe dans la surface adverse et le point de penalty n’est pas désigné et la VAR pas consultée. Si des faits de jeu sont à recenser lors des matchs Porto-Roma ou Real-Ajax par exemple, il est aisé d’évoquer les rencontres du PSG et de Lyon.

Selon les textes, la VAR, en Ligue des Champions, doit être utilisée lors de situations évidentes afin de modifier une erreur manifeste et qui ne doit pas prêter à interprétation. Or, lorsque l’arbitre de PSG-Manchester est sollicité pour consulter les images, nous sommes bien dans une (mauvaise) interprétation. Pour Lyon, à vitesse réelle, 99% des personnes auraient désigné le point de penalty, les images révèlent le contraire, mais cela n’a pas fait changer la décision de l’arbitre. La vidéo accentue le sentiment d’injustice, si elle peut être efficace notamment sur des situations de hors-jeu, son fonctionnement et son utilisation doivent être repensés, le football est un sport d’émotions, mais cet outil est en train de le dénaturer, de casser le rythme avec des arrêts de jeu parfois interminables. Et désormais, à chaque but ou presque, les joueurs, les supporters se retiennent avant de laisser exploser leur joie car le moindre petit détail est scruté et analyser alors que, encore une foi,s cet outil doit venir gommer des erreurs flagrantes.

Et parfois l’aberration est encore plus grande, certes il s’agit de la Ligue 1, mais Nîmes ne serait jamais revenu à 2-1 si Strasbourg n’avait pas marqué le but du 3/0, car sans ce but, la VAR n’aurait pas été consultée et le coup-franc non attribué aux Nîmois. Une évolution dans le football, je dis oui, mais de cette façon, bien entendu que non !


Verdict de l’arbitre :

Depuis l’instauration de l’assistance vidéo dans le football, défenseurs et détracteurs ne cessent de s’écharper à propos de celle-ci, et pour cause. Si elle a permis de corriger davantage d’erreurs d’arbitrage, notamment en Ligue 1 comme l’évoque Romain, elle a aussi mis en évidence certaines limites d’un système encore perfectible, comme le défend Julien.

Pour Romain donc, la VAR est une réelle plus-value dans le football de haut niveau, un monde où effectivement des erreurs d’arbitrage peuvent avoir un impact négatif au niveau économique et financier pour des clubs victimes d’une injustice. Cette notion d’injustice, justement, est mise en avant dans l’argumentaire de Julien. S’il n’est pas contre les évolutions technologiques liées à l’arbitrage, il n’oublie pas non plus que la VAR a défrayé la chronique lors des 8èmes de finale de la Ligue des Champions, avec 6 cas litigieux sur les 16 recours à l’assistance vidéo. Une injustice qui tend à dénaturer le football et ses émotions procurées.

Mais nos deux rédacteurs semblent se rejoindre sur un point : améliorer l’utilisation de l’assistance vidéo. Romain avance alors un argument de poids lorsqu’il dit : « Mais là où l’assistance vidéo est crédible, c’est qu’elle demande encore du temps pour se développer et développer son utilisation. Je pense qu’il faut surtout réfléchir sur le fonctionnement général de la VAR. Ce n’est pas l’outil qui est mis en cause, mais son utilisation. »

Effectivement, avant de dire qu’elle n’est pas crédible pour de bon, donner la possibilité d’améliorer son utilisation afin de favoriser son développement semble être une solution. A commencer par la compréhension de celle-ci, pas toujours évidente aux yeux des joueurs, entraîneurs et supporters. La pédagogie, préconisée par Romain, peut être un premier pas vers une première évolution positive.

🏆 Romain remporte donc ce débat !

Flo Ostermann


Lire la suite

Actualités

Face à face : Rennes va-t-il se qualifier face à Arsenal ?

Avatar

Publié

le

Par

Les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire, ainsi que vous-même, qu’il mérite de remporter ce duel. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Aujourd’hui, deux de nos rédacteurs s’opposent sur le Stade Rennais. Les Bretons vont-ils poursuivre leur parcours eu Europa League ?


Pour Mathieu, c’est un grand oui !

👍 Mathieu : Oui, Rennes va se qualifier

1er argument en faveur des Bretons, les statistiques : 75% des équipes ayant gagné 3-1 lors d’un match aller à domicile en Ligue Europa se sont qualifiées après le match retour.

Sur les 20 premières minutes du match aller, les Gunners ont dominé notamment en insistant avec Iwobi sur le couloir droit rennais de Zeffane (défenseur gauche de formation). Hamari Traoré revenant de suspension pour le match retour, le danger Iwobi est écarté.
Mon adversaire du débat dira sans doute que sans ce carton rouge de la 41e minute, Arsenal aurait été largement supérieur à Rennes. Mais ce carton rouge ne s’est pas provoqué tout seul, il est l’œuvre de Ben Arfa et Sarr, qui provoquent à chaque match de nombreuses fautes et font perdre leur sang-froid aux adversaires, ce qui est une force incroyable ! On l’a encore vu contre Caen dimanche, où Sarr a encore fait expulser un joueur à lui tout seul !

L’armada offensive impressionnante du Stade Rennais me rend donc très confiant pour cette confrontation retour : de la vitesse et de la technique avec Sarr, Ben Arfa et Niang, des dédoublements sur les ailes avec Traoré et Bensebaini, un buteur ultra efficace avec Hunou et 3 tireurs de coups-francs très dangereux : Ben Arfa, Grenier (qui a touché la barre jeudi dernier) et Bourigeaud (qui a marqué jeudi suite à un coup-franc, et qui a récidivé dimanche face à Caen).

L’équilibre des forces s’est également renversé depuis le match aller : Traoré et Niang sont revenus de suspension à Rennes, alors que chez les Gunners, Sokratis est suspendu, Wellbeck et Bellerin blessés. Des renforts à Rennes, des pertes à Arsenal. Les 5 000 Rennais qui se déplaceront à Londres seront également un renfort de poids pour les Bretons, face à des supporters d’Arsenal inaudibles au match aller et pas réputés pour mettre une ambiance de folie, à l’inverse des Rennais.

La physionomie du match est donc en faveur des Rennais, qui excellent pour attendre leurs adversaires afin de mieux les contrer avec des joueurs de talent en attaque. Je pense qu’Arsenal va au moins obtenir le nul ou gagner ce match retour, mais que les Rennais inscriront au moins deux buts. Je vois donc un score final de 3-2 ou 4-2 au pire pour Arsenal, ce qui qualifierait tout de même les Rennais !


Romain ne croit pas à la qualification des Rennais

👎 Romain : Non, Rennes ne va pas se qualifier

Non, Rennes ne va pas réussir à confirmer sa victoire du match aller et ne se qualifiera pas à Londres jeudi. Cette saison, Arsenal n’a perdu que trois fois à domicile dans son stade de l’Emirates Stadium : face à Manchester City, Manchester United et Tottenham, trois adversaires d’un certain calibre.

Vous pouvez donc déjà enlever l’option de la victoire de Rennes en terres anglaises. Troisième attaque de Premier League, Arsenal s’annonce comme un vrai danger pour les Bretons jeudi. Le but marqué par Iwobi d’entrée de jeu au Roazhon Park va faire peser la balance dans une potentielle qualification rennaise. Pour moi, les joueurs d’Unai Emery, plus talentueux, à l’aise à domicile et avec une force de frappe impressionnante vont renverser la vapeur sans trop sourciller.

Même si Rennes, qui risque de défendre tout le match (ce qui n’est pas la marque de fabrique des Bretons), va jouer les contres à fond, je vois bien Arsenal marquer plusieurs fois dans un stade qui n’attend qu’un trophée. En spécialiste de l’Europa League, Unai Emery risque de surprendre son monde jeudi soir, au détriment des Rennais. De plus, le début de match à Rennes la semaine passée, avant le carton rouge contre les Londoniens, n’augurait rien de bon.

Si le Stade Rennais est en forme, il faut relativiser sur le vrai niveau du 8ème de Ligue 1 , qui semble un peu juste pour tenir tête à Arsenal.


Verdict de l’arbitre :

Nos deux rédacteurs nous proposent des arguments solides, appuyés par des statistiques qui en disent long. D’un côté, Mathieu nous montre qu’en Ligue Europa, trois équipes sur quatre se qualifient après avoir remporté un match aller à domicile sur le score de 3-1. Un argumentaire complété par la mise en avant d’un effectif rennais solide qui va profiter de quelques retours, dont celui de Traoré dans le couloir droit, un couloir dans lequel les Bretons avaient souffert en début de match à domicile. Sans parler des atouts offensifs évidents à Rennes et à l’inverse des Rouge et Noir, des absences prévues du côté des Gunners (Sokratis, Wellbeck et Ballerin).

De son côté, Romain est beaucoup moins optimiste. Ses arguments parlent pour lui car en effet, Arsenal n’a chuté que trois fois à domicile cette saison, face aux deux Manchester et Tottenham, trois cadors de Premier League encore en lice en Champions League. C’est dire la tâche qui attend le Stade Rennais. De plus, Romain insiste sur le fait que le but marqué au Roazhon Park par Iwobi risque de peser dans la balance, en faveur d’une équipe d’Arsenal plus talentueuse. Sans oublier qu’Unai Emery, le coach des Gunners, est un vrai spécialiste de la Ligue Europa.

Ainsi, dur de départager nos deux rédacteurs. Mais Mathieu montre que la dynamique est favorable aux Rennais. Statistiques, supporters qui se déplaceront en nombre, retours de joueurs importants, absences notables chez les Gunners. Bref, que l’on soit optimistes ou non, les Bretons sont en position favorable sur le papier.

🏆 Mathieu remporte donc ce débat !

Flo Ostermann


Lire la suite

Actualités

Face à face : Martin Fourcade rivalisera-t-il avec Johannes Boe aux Mondiaux ?

Avatar

Publié

le

Par

Les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire, ainsi que vous-même, qu’il mérite de remporter ce duel. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Aujourd’hui, deux de nos rédacteurs s’opposent sur Martin Fourcade et sa capacité à rivaliser, ou non, avec Johannes Boe lors des Mondiaux d’Ostersund.


Nelson croit en Martin Fourcade

👍 Nelson : Oui, Martin Fourcade va rivaliser avec Johannes Boe aux Mondiaux

Pendant que le prodige norvégien s’alignait sur toutes les courses individuelles en Amérique du Nord, Martin Fourcade, lui, se reposait. On le sait, le Français a décidé de ne pas faire la tournée nord-américaine de la Coupe du monde, car il n’a plus le classement général pour objectif. Ce choix lui a permis de se concentrer uniquement sur les Championnats du monde. Malheureusement, le quintuple champion olympique est tombé malade pour la première fois en 7 ans durant un stage d’entraînement à Prémanon. Même si cela fait partie des aléas d’une saison, il est vrai que selon ses propres mots, sa préparation a été « saccadée ». Oui, Martin Fourcade est dans l’incertitude.

Le Catalan a également rappelé qu’il ne venait pas à Ostersund se prendre la tête sur sa forme du moment. Une chose est sûre, il aura à cœur de montrer au monde entier qu’il reste le patron de sa discipline et de continuer sur sa lancée de l’année 2018 durant laquelle il avait été tonitruant aux Jeux Olympiques. On le sait, le Français avait besoin de se ressourcer auprès de ses deux filles et de sa femme. C’est désormais chose faite, et il sait pourquoi il sera présent à ces Mondiaux.

Enfin, d’un point de vue purement sportif, le Norvégien a des failles évidentes au niveau du tir, ce qui pourrait profiter au porte-drapeau français des derniers JO. En clair, la pression est clairement du côté du Scandinave et non du Français, même si ce dernier, de par son passé proche, ne fait pas office de favori, loin de là.

A voir aussi ⇒ Que seraient des Mondiaux réussis pour Martin Fourcade ?


Mathieu n’y croit pas et voit Johannes Boe un peu trop fort

👎 Mathieu : Non, Martin Fourcade ne rivalisera pas avec Johannes Boe aux Mondiaux

Johannes Boe a atomisé la concurrence lors de cette première moitié de saison, au point que le gros globe de champion du monde est déjà quasiment entre ses mains avant même les Mondiaux. Quant à lui, Martin Fourcade connaît son pire classement depuis 8 ans et a même du faire l’impasse sur la tournée nord-américaine pour retrouver des sensations.

Quand on s’intéresse aux performances sur le pas de tir, Martin Fourcade a étonnamment un des meilleurs pourcentages de sa carrière, avec 92% de réussite sur la saison. Malgré ce pourcentage qui le place 6ème meilleur tireur du circuit, le Catalan n’a connu que deux victoires cette saison et c’était lors de deux des pires performances de Boe de la saison au tir. Le Norvégien est toujours capable de se trouer sur le pas de tir, mais son pourcentage sur la saison a pourtant lui aussi augmenté, passant de 85 à 87%. Ce qui réduit la différence entre Martin et Johannes au tir, c’est aussi la vitesse d’installation sur le tapis et le temps entre chaque balle tirée, largement à l’avantage de Boe qui gagne à chaque fois de précieuses secondes, ce qui compense ses quelques erreurs.

Statu quo donc sur le pas de tir, et là où il n’y a plus match entre les deux biathlètes, c’est sur la piste ! Pour comparer la différence, basons-nous sur la dernière course disputée entre les deux biathlètes, la mass start d’Antholz :

  • Sur le pas de tir : 2 fautes pour Johannes, 1 pour Martin
  • Temps passé sur le pas de tir (installation et tir) : 2.50 minutes pour Boe, 3.02 minutes pour Fourcade
  • Vitesse sur les skis : 30.47 minutes pour Boe, 31.30 minutes pour Fourcade

Au final, Johannes Boe finit 2ème à 14 secondes de Quentin Fillon Maillet, et Martin Fourcade termine 4ème à 50 secondes, alors qu’il a pourtant fait une faute de moins que le Norvégien. Qu’est-ce qui a permis à Quentin Fillon Maillet de s’imposer alors, me direz-vous ? Il a réalisé un 20/20 au tir, a skié 25 secondes plus vite que Martin Fourcade et seulement 20 secondes moins vite que Johannes, et a été plus rapide à s’installer et à tirer que Fourcade.

Pour résumer, NON Martin Fourcade ne pourra pas rivaliser avec Johannes Boe ! Avec 45 secondes de handicap sur la piste et 12 secondes sur le pas de tir lors d’une mass start par exemple, il faut espérer pour gagner que le Norvégien fasse au minimum 4 fautes ET que Martin soit dans la forme de sa vie, ce qui est loin d’être le cas cette saison…


Verdict de l’arbitre :

Tout d’abord, lorsque l’on regarde les argumentaires de nos deux rédacteurs, on remarque qu’ils sont sur la même longueur d’onde concernant le manque de certitudes du quintuple champion olympique, et à juste titre. Manque de sensations sur la piste, fatigue et impasse sur la tournée nord-américaine, le Catalan arrive en effet dans l’inconnu en Suède.

Mais pour Nelson, c’est loin d’être un désavantage. Reposé et ressourcé, le champion français a d’ores et déjà a annoncé qu’il ne se prenait pas la tête sur sa forme du moment, comme s’il arrivait à Ostersund sans aucune pression. Et Nelson va même plus loin en affirmant que c’est bel et bien Johannes Boe qui aura la pression lors de ces Mondiaux, la faute également à ses failles sur le pas de tir sur certaines courses.

De son côté, Mathieu vise dans le mille. Car si Martin Fourcade réalise l’une de ses meilleures saisons sur le pas de tir en termes de précision, ce sont bien ses temps de skis et son manque de rapidité au tir qui tendent à ne pas être optimistes pour ces championnats du monde. Johannes Boe a certes connu des passages à vide derrière la carabine depuis le début de la saison, mais le Norvégien s’est montré impérial sur les spatules, au contraire d’un Martin Fourcade en délicatesse.

En résumé, le Norvégien abordent ces Mondiaux avec beaucoup plus de certitudes que le Français. Et quand on sait que ce dernier a également vu sa préparation perturbée par la maladie, on peut craindre que Martin Fourcade ne puisse être en mesure de rivaliser avec l’ogre norvégien.

🏆  Mathieu remporte donc ce débat !

Flo Ostermann


Lire la suite

Actualités

Face à Face : pour ou contre l’ouverture du marathon de Paris 2024 au grand public ?

Avatar

Publié

le

Par

Les rédacteurs de Dicodusport entrent sur le ring et s’affrontent dans un Face à Face autour d’un sujet d’actualité. Dans ce un-contre-un engagé, chaque rédacteur ou rédactrice tentera de convaincre son adversaire, ainsi que vous-même, qu’il mérite de remporter ce duel. Un arbitre sera alors chargé de les départager et de désigner un vainqueur. Aujourd’hui, deux de nos rédacteurs s’opposent sur la question de l’ouverture au grand public du marathon des Jeux Olympiques à Paris, en 2024.


👍 Bastien : pour l’ouverture du marathon de Paris 2024 au grand public

En tant qu’amoureux de sport et de course à pied, je ne peux que me réjouir de l’ouverture du Marathon des JO au grand public en 2024. L’objectif premier des Jeux Olympiques n’est d’ailleurs pas le partage d’une passion commune, à savoir celle du sport ?

Quelle idée géniale d’offrir la possibilité au plus grand nombre de prendre part de l’intérieur à l’un des évènements les plus populaires au monde ! Et si une discipline sportive offre cette possibilité, c’est bien le Marathon, où élite et amateurs prouvent sur chaque grand rendez-vous que la cohabitation, et surtout le partage, sont possibles.

Alors bien évidemment, laissons partir les athlètes olympiques en premier lieu pour éviter toutes confusions, mais profitons-en pour mettre le parcours à disposition des amateurs et leur offrir un souvenir incroyable et un esprit de partage. Tony Estanguet et son équipe exécutive souhaitent organiser des Jeux différents ? L’idée d’ouvrir une épreuve au grand public comme le marathon est donc excellente dans cette direction. Nul doute que ce projet peut amener de nombreux français à découvrir cette pratique sportive. Après tout, « l’essentiel c’est de participer » non ?


👎 Quentin : contre l’ouverture du marathon de Paris 2024 au grand public

L’intérêt d’ouvrir le marathon olympique en 2024 à tout le monde peut légitimement être remis en question. En effet, je pense que cette idée n’a aucun intérêt et n’apportera rien aux Jeux. Nous regardons les JO pour le spectacle, les performances, les athlètes, et non pour voir des sportifs amateurs se mesurer aux professionnels. Le marathon est une épreuve légendaire des JO, et je pense que pour le courir, il faut le mériter, c’est-à-dire obtenir les minima (environ 2h10 pour les hommes et 2h27 pour les femmes).

Pour atteindre leur rêve olympique, les athlètes doivent donc faire des heures d’entraînement et de nombreux sacrifices. Même si tous n’auront pas la chance de monter sur le podium, ils pourront au moins dire « j’ai couru le marathon olympique ». Mais aujourd’hui, vous venez dire aux professionnels qu’en 2024, tout le monde pourra le courir et donc réaliser un rêve presque inaccessible. Il est vrai que tout sportif a un jour rêvé d’une participation aux Jeux Olympiques, mais de se dire qu’aujourd’hui, sans plus de travail, tu pourras participer à une épreuve olympique est, à mon sens, un manque de respect envers les athlètes professionnels ainsi qu’envers les JO. Sans compter que des marathons, il y en a toute l’année, notamment dans les rues de la capitale, et peuvent être courus par toutes et tous, le même jour et dans les mêmes conditions que les athlètes professionnels.

Enfin, la question de la sécurité de l’événement me vient à l’esprit. Est-ce raisonnable d’ouvrir une course au grand public alors que des événements auront lieu aux quatre coins de la capitale ? Pas sûr, mais la France a déjà su faire face lors de grands événements. Je pense donc qu’il y a d’autres moyens de faire participer le public aux JO. L’intention est bonne, mais l’idée est mauvaise.


Verdict de l’arbitre :

Au premier abord, lorsqu’on lit les arguments de Bastien et Quentin, c’est l’une des phrases de ce dernier nous saute aux yeux : « Il est vrai que tout sportif a un jour rêvé d’une participation aux Jeux Olympiques, mais de se dire qu’aujourd’hui, sans plus de travail, tu pourras participer à une épreuve olympique est, à mon sens, un manque de respect envers les athlètes professionnels ainsi qu’envers les JO. » Effectivement, même si Quentin rappelle à juste titre que les grands marathons comme celui de Paris sont déjà courus et par les élites, et par les amateurs, la perspective de voir un marathon olympique couru par le plus grand nombre peut poser la question du respect envers les professionnels, qui se battent pendant 4 ans pour décrocher les minima.

Mais, en face, Bastien avance ses pions en s’appuyant sur les valeurs de l’olympisme. L’une d’entre elles, à savoir le partage, est au cœur de son argumentaire, et elle a le mérite de justifier l’idée du COJO dirigé par Tony Estanguet. Enfin, la possibilité offerte au plus grand nombre de courir un marathon peut aussi, selon lui, être un moyen pour la population de découvrir la pratique sportive sans doute la plus accessible à toutes et tous. Et quoi de mieux que des Jeux Olympiques « différents » pour le faire ?

🏆 Bastien remporte donc ce débat !

Flo Ostermann


Lire la suite

Fil Info

NBAIl y a 20 minutes

Los Angeles Lakers – Miami Heat : Le programme de la finale NBA 2020

BASKET - NBA - Après sa victoire lors du game 6 face à Boston, le Heat a rejoint les Lakers...

La relève au FC Barcelone se nomme Ansu Fati La relève au FC Barcelone se nomme Ansu Fati
FootballIl y a 28 minutes

La relève au FC Barcelone se nomme Ansu Fati

Brillant pour la première sortie du FC Barcelone ce week-end face à Villarreal (4-0), le jeune Ansu Fati (17 ans)...

Cyclisme sur route : le classement UCI masculin Cyclisme sur route : le classement UCI masculin
CyclismeIl y a 2 heures

Cyclisme sur route : le classement UCI masculin

CYCLISME - Découvrez le classement UCI masculin à jour, classement établi sur les 52 dernières semaines de compétition.

[Sondage] Fabio Quartararo va-t-il remporter le championnat du monde 2020 ? [Sondage] Fabio Quartararo va-t-il remporter le championnat du monde 2020 ?
MotoIl y a 3 heures

[Sondage] Fabio Quartararo va-t-il remporter le championnat du monde 2020 ?

MOTO GP - Grâce à sa victoire lors du Grand Prix de Catalogne, Fabio Quartararo a repris la tête du...

Flèche Wallonne 2020 : le profil de la course hommes Flèche Wallonne 2020 : le profil de la course hommes
CyclismeIl y a 4 heures

Flèche Wallonne 2020 : le profil de la course hommes

LA FLÈCHE WALLONNE 2020 - Découvrez le profil de la 84ème édition de La Flèche Wallonne (202 km), qui se...

Top 14 : la rencontre LOU - UBB menacée Top 14 : la rencontre LOU - UBB menacée
Rugby à XVIl y a 5 heures

Top 14 : la rencontre LOU – UBB menacée

TOP 14 - Selon les informations du Progrès, trois nouveaux cas de Covid-19 ont été décelés dans l'effectif du LOU....

BinckBank Tour 2020 : la liste des engagés BinckBank Tour 2020 : la liste des engagés
CyclismeIl y a 6 heures

BinckBank Tour 2020 : la liste des engagés

CYCLISME - La 16ème édition du BinckBank Tour débute ce mardi. Découvrez la startlist de l'épreuve belgo-néerlandaise.

MultisportsIl y a 7 heures

La semaine de la planète sport vue par les réseaux sociaux #35

Les réseaux sociaux, et notamment Twitter, sont des endroits où les sportifs peuvent s’exprimer librement. Si certains ont des équipes...

Football - Carabao Cup - Notre pronostic pour Tottenham - Chelsea Football - Carabao Cup - Notre pronostic pour Tottenham - Chelsea
FootballIl y a 18 heures

Football – Carabao Cup : notre pronostic pour Tottenham – Chelsea

CARABAO CUP - Tottenham affronte Chelsea pour le choc du quatrième tour de la Coupe de la Ligue anglaise. Notre...

Roland-Garros 2020 : le programme du mardi 29 septembre Roland-Garros 2020 : le programme du mardi 29 septembre
Roland-Garros 2020Il y a 19 heures

Roland-Garros 2020 : le programme des matchs du mardi 29 septembre

ROLAND-GARROS 2020 - Roland-Garros a démarré dimanche pour deux semaines de compétition à une période inhabituelle. Voici le programme des...

Advertisement

Rolland-Garros 2020

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés