Nous suivre

Betclic Élite 2023-2024

Finales Betclic Élite : Monaco prend le dessus sur un Paris en manque de fraîcheur dans le match 1

Maxime Cazenave

Publié le

Finales Betclic Élite : Monaco prend le dessus sur un Paris en manque de fraîcheur dans le match 1
Photo Icon Sport

FINALES BETCLIC ÉLITE – L’AS Monaco a largement remporté le match 1 des finales face au Paris Basketball, 90-80. Moins de 48h après avoir arraché sa qualification lors d’un match 5, le club de la capitale était trop court pour rivaliser avec une Roca Team reposée et appliquée, portée par un Mike James létal.

Qui de l’AS Monaco ou du Paris Basketball décrochera le titre de champion de France ? La première équipe à trois victoires sera consacrée au bout de la série. Les deux équipes se retrouvaient à Gaston-Médecin pour la première manche tant attendue entre les deux meilleures équipes de la saison régulière. Moins de 48h après avoir obtenu leur qualification, les Parisiens partaient avec un net déficit de récupération par rapport à des Monégasques au repos depuis jeudi.

Paris à côté de la plaque, Mike James en mode tueur

D’entrée, la Roca Team impose son rythme. Face à des Parisiens en cruel manque d’adresse, Mike James va livrer un récital pour permettre aux siens de faire la course en tête en empilant 10 points en cinq minutes (14-9). Présents au rebond et bien en place défensivement, les Monégasques peinent à trouver la relève lorsque l’Américain va souffler, mais maintient le cap en allant chercher des lancers. En délicatesse avec son tir, Paris reste au contact en trouvant des solutions à l’intérieur, et ce, malgré un déchet considérable. L’activité d’Enzo Shahrvin et Leon Kratzer est récompensée. Mais Monaco du répondant. Une doublette Hall-Cornelie vient faire la police à l’intérieur et permet à l’ASM de gérer son avantage en fin de premier quart (23-18).



Incapable d’inscrire le moindre shoot extérieur, Paris traîne sa misère et s’accroche en grattant des rebonds offensifs. Le second quart est pauvre en point, et Mike James repointe le bout de son nez. Le meneur américain poursuit son festival offensif, ce qui met les Parisiens dans les cordes alors que le score est resserrée. À base de pénétrations et de tirs aveugles, il réalise un véritable carnage ponctué par un buzzer beater deux mètres derrière la ligne médiane. À lui seul, il a inscrit près de la moitié des points de la Roca Team en première période (21 sur 46). Affichant un 0/10 derrière l’arc et moins de 30% de réussite globale, Paris ne décolle pas, et a sombré à mi-match (46-30).



La Roca Team achève rapidement des Parisiens lessivés

Au retour des vestiaires, Paris va enfin entrer des tirs. Sebastian Herrera et Mikael Jantunen trouvent la mire sur les deux premières attaques. Cependant, cela n’est pas suivi de stops. L’ASM trouve facilement des paniers pour maintenir l’écart sans être bousculée. Toujours irrégulier, Paris sombre progressivement. À trois points puis sur un caviar de l’inévitable Mike James, Jaron Blossomgame colle à lui seul un 5-0 qui relègue Paris à 22 unités (63-41). Nadir Hifi (18 points) tentera de raviver la flamme en sortie de temps mort, mais ce ne sera qu’un feu de paille. Manquant clairement de fraîcheur, le vainqueur de l’EuroCoupe n’a plus d’essence dans le moteur, et se fait manger par une Roca Team en démonstration.

Dès la fin du troisième quart, la partie vire au blow-out. Élie Okobo (15 points) se charge d’asséner des coups de massue en isolation pendant que les Parisiens alignent les échecs à trois points (73-53). Manquant d’énergie défensive, le club de la capitale va continuer à subir les assauts des Monégasques. Malgré un 6-0 en début de quart, malgré un rapide coup de chaud de Hifi, rien n’y fera. La barre des dix points sera même franchie dans le money time, sans que le sort du match ne soit réellement remis en cause. Après un temps mort, Mike James (31 points) claquera un nouveau shoot énorme pour définitivement sécuriser la victoire monégasque, 90-80.

L’AS Monaco prend donc l’avantage dans ces finales après une manche. Largement battu et sans doute frustré par la programmation de ce match, Paris aura à cœur de prendre sa revanche et de montrer un autre visage lors du match 2, qui sera de nouveau disputé à Gaston-Médecin jeudi soir.

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *