Nous suivre

NBA 2021/2022

Finales NBA 2022 : Les Warriors remportent le match 4 au finish

Joris Schamberger

Publié le

Finales NBA 2022 Les Warriors remportent le match 4 au finish
Photo Icon Sport

FINALES NBA 2022 – C’était le dernier match à Boston avant de retourner en Californie. Pour les Warriors, il était impératif de remporter cette rencontre pour ne pas être mené 3 à 1 dans ces finales, et être condamné à l’exploit. Cependant, gagner au TD Garden n’est pas une mince affaire, tant le public fou est capable de faire du bruit.

On avait de légers doutes avant le match quant à la présence de Stephen Curry sur le parquet. Il avait ressenti une vive douleur au niveau de la jambe à la fin du game 3, et les informations par rapport à cette blessure étaient assez floues. Heureusement, le chef a pu démarrer la rencontre, sans restrictions de minutes. En revanche, il y a eu une légère évolution dans le 5 majeur des Warriors. Le soldat Otto Porter Jr. a été récompensé pour ses bonnes prestations dans ces finales avec une place de titulaire, aux dépens de Kevon Looney.

Boston solide en défense

Le match est resté équilibré du début à la fin. Dès l’entame, les deux équipes sont restées au contact, sans que l’on puisse trouver une véritable équipe dominante. Boston joue très bien collectivement, et pour la première fois depuis le début de ces finales, est vraiment porté par Jayson Tatum dès l’entame. Le premier gagnant du trophée Larry Bird plante 12 points dès le premier quart-temps et finit le match meilleur scoreur de son équipe.

Il est d’ailleurs très bien épaulé par son lieutenant Jaylen Brown, auteur de finales absolument magnifiques. De l’autre coté du terrain, Boston continue d’impressionner. Bien sûr, Horford a comme d’habitude fait de l’excellent travail en défense. Mais le véritable monstre de la raquette a été Robert Williams III. En première mi-temps, il a complètement dominé les intérieurs des Warriors avec deux contres et une dizaine de rebonds.

Stephen Curry contre le Massachusetts

Les Warriors ont eux dû se reposer sur leurs deux all-stars en première mi-temps : Stephen Curry et… Andrew Wiggins. Le second nom peut surprendre, et pourtant, il est bien le deuxième meilleur joueur de Golden State sur toute une partie du match. A la pause, c’est lui le deuxième meilleur scoreur de l’équipe avec ses 11 points. Mais même si son entame est bonne, elle reste à des années lumières de celle de Curry, chaud bouillant sur ce match.

Le meneur porte presque seul l’attaque de Golden State, avec 19 points à la mi-temps. Cependant, un tel bombardement offensif se paie souvent en défense. Le Chef s’est souvent retrouvé ciblé sur des pénétrations. Mais ce qui a permis à Boston d’être devant de 5 points à la pause, c’est le niveau catastrophique de ses coéquipiers. On peut prendre l’exemple d’Otto Porter, qui n’avait absolument pas les épaules pour être titulaire.

Seul, Curry tient le choc

A l’entame du 3e quart, tout le monde se dit que les Warriors vont à nouveau avoir 12 minutes de domination. Mais étonnamment, même si en termes de score la période est à leur avantage, on n’a pas assisté à un coup de chaud digne de ceux qu’on a vu précédemment. La solitude de Stephen Curry commence à se faire sentir. On se demande où sont passés ses deux acolytes Klay Thompson et Draymond Green.

Le premier a rentré quelques tirs importants de loin mais est toujours trop discret. Le second est encore une fois tout simplement porté disparu. Le match de Green est si catastrophique qu’il ne va pas jouer une grande partie du money time.  Du côté de Boston, Derrick White continue d’être le sixième homme ultime. Que ce soit en attaque à 3 points, ou en défense sur Curry, l’ancien Spurs n’a absolument pas à rougir de sa prestation.

Boston craque dans le money time

Malheureusement pour Boston, le 4e quart-temps, et en particulier les dernières minutes, est totalement à l’avantage des Warriors. La défense et le hustle sont toujours là, mais offensivement les Celtics sont retombés dans leurs travers. Trop de hero ball, et pas assez de jeu à l’intérieur. Le 8/23 au tir de Jayson Tatum est en grande partie dû à cette manie de forcer les tirs sur la fin de match. Alors qu’il n’y a que 3 points d’écart à moins de 3 minutes de la fin, les C’s enchainent les mauvais tirs, d’autant que Thompson se réveille en défense. Ce dernier est d’ailleurs l’auteur d’une séquence défensive décisive sur Brown. Les 43 points de Stephen Curry finissent d’enfoncer le clou pour les Celtics, qui sont clairement passés à côté d’une belle opportunité de prendre le large dans la série.

Les Warriors devaient gagner, mission accomplie. Certes, ce n’a pas toujours été très beau, avec beaucoup de pertes de balles un peu bêtes, mais ils ont fait l’essentiel. Avec cette victoire 107-97, Golden State peut souffler en revenant à la maison pour le game 5. C’est maintenant au meilleur des 3 matchs, mais il va falloir être fort. Les Celtics n’ont toujours pas perdu deux matchs d’affilée dans ces playoffs.


Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une