Nous suivre

Champions Cup 2020-2021

Huitièmes de finale de Champions Cup : l’état de forme des adversaires des clubs français

Publié

le

Huitièmes de finale de Champions Cup - L'état de forme des adversaires des clubs français
Photo PA Wire

CHAMPIONS CUP 2020-2021 – Après plusieurs mois d’interruption, c’est la Champions Cup qui revient ce week-end. Sept équipes françaises se sont invitées dans ces huitièmes de finales. Certaines auront des adversaires bien plus redoutables que d’autres. Dans quels états de forme se trouvent leurs adversaires pour ce week-end ?

Deux finalistes irlandais en pleine forme

Curieusement, la finale de Pro 14 s’est jouée le week-end dernier, au tout début du printemps. On commence à avoir l’habitude depuis plus d’un an, l’épidémie a chamboulé les calendriers des championnats. Par ailleurs, cette finale a opposé les deux meilleures équipes irlandaises actuelles, à savoir les inoxydables Leinster et Munster. Ce vendredi, en ouverture des huitièmes, Toulon se déplacera chez le Leinster. L’équipe entrainée par Leo Cullen a remporté cette finale (16-6) au terme d’un championnat complètement dominé. En effet, ils ont terminé premiers de leur conférence, avec seulement deux défaites et la meilleure attaque de Pro 14.

Évidemment, on connait la force du pack porté par des joueurs comme Jack Conan, Cian Healy, ou encore Tadhg Furlong. Seulement, le maître à jouer des champions d’Europe 2018, Jonathan Sexton, est incertain. C’est également le cas de son remplaçant, Ross Byrne. Lors des matchs de poules, le Leinster avait dominé ses adversaires en s’imposant à Montpellier (14-35) et contre Northampton (35-19). Le challenge sera très élevé pour le Rugby Club Toulonnais. Ce sera tout aussi difficile pour le Stade Toulousain. En effet, vaincu de la finale de Pro 14, le Munster effectue tout de même une saison de très bonne facture.

Les hommes de Johann van Graan avaient gagné leurs deux matchs de poule, face aux Harlequins (21-7), puis à Clermont (31-39). En Pro 14, le Munster a fini premier de sa conférence et, comme le Leinster, n’a perdu que deux matchs cette saison. De plus, c’est la meilleure défense de la compétition celte. L’équipe est très compétitive puisque les joueurs sont également très en forme. C’est le cas de Tadhg Beirne, CJ Stander ou encore Keith Earls.

Les deux derniers vainqueurs des Coupes d’Europe sont dans une bonne dynamique

Le danger ne vient pas uniquement d’Irlande. Effectivement, deux clubs anglais sont en quête d’un nouveau titre européen. Déjà, le champion d’Europe, les Chiefs d’Exeter rêvent de gagner la Champions Cup une seconde fois consécutive. Lors des matchs de poule, les Chiefs avaient étrillé Glasgow, dans un premier temps (42-0). Mais la semaine d’après, ils avaient dû déclarer forfait face au Stade Toulousain, à cause de l’épidémie de Covid-19 qui sévissait dans l’équipe à ce moment-là. En Premiership, les hommes de Rob Baxter jouent encore les premiers rôles. Deuxièmes, ils ne comptent que cinq revers cette saison. La semaine dernière, ils se sont inclinés à Gloucester, avec une équipe largement remaniée (34-18). Nul doute que pour la réception de Lyon, Rob Baxter mettra ses nombreuses stars sur la feuille de match. On pense aux frères Simmonds, à Henry Slade ou encore Stuart Hogg.

En recevant ce dimanche, Bordeaux-Bègles possède un petit avantage sur une équipe en pleine forme. Actuellement, Bristol est en train de marcher sur le championnat anglais. Le leader n’a perdu que deux fois cette saison. De plus, les Bears n’ont plus perdu depuis le début du mois de février. Lorsque l’on voit les joueurs qui composent cet effectif, on n’a pas trop de mal à le croire. Kyle Sinckler, Dave Attwood ou encore Callum Sheedy sont des moteurs de cette équipe. Mais l’arme fatale, les Béglais la connaissent. En effet, il s’agit de Semi Radradra, qui a quitté la Gironde à l’intersaison. Bien sûr, il est l’atout offensif numéro un des Bears et l’UBB le sait très bien. Pour les matchs de poule, les Bears avaient chuté d’entrée face à Clermont (38-51). Une performance qui pourra peut-être servir aux Bordelo-Béglais lors de la préparation du match. Les joueurs coachés par Pat Lam s’étaient ensuite repris contre le Connacht (18-27).

Des équipes plus abordables

Pour le Racing 92, La Rochelle et Clermont, les choses seront sans doute un peu plus simples. Néanmoins, seul le Racing aura le privilège de recevoir. A Nanterre, dimanche, les Altoséquanais accueilleront les Ecossais d’Edimbourg. Les joueurs de Richard Cockerill réalisent une saison assez mauvaise. Avec seulement 5 victoires, ils se sont classés antépénultièmes de Pro 14. En poule, ils avaient perdu contre La Rochelle (8-13), avant de se reprendre à Sale (15-16). La semaine dernière, ils ont chuté face aux Dragons (24-17). Il n’empêche que, cette fois-ci, Cockerill pourra compter sur le retour de ses stars. On ne citera qu’Hamish Watson, Jamie Ritchie, Rory Sutherland ou encore Duhan van der Merwe

Pour Gloucester, c’est une saison très galère. Le club est classé avant-dernier de Premiership, avec quatre petites victoires. Néanmoins, leur dynamique est meilleure sur les cinq dernières rencontres, avec trois victoires, dont une face à Exeter (34-18), le week-end passé. En Coupe d’Europe, Lyon avait atomisé les Cherry and Whites en ouverture (55-10). La semaine d’après, les joueurs de George Skivington s’étaient imposés contre l’Ulster (38-34). La Rochelle, qui se déplacera dans le Gloucestershire vendredi, devra se méfier des deux flèches de l’équipe : Jonny May et Louis Rees-Zammit.

Du côté des Wasps, la saison peut paraître un tout petit peu meilleure que celle de Gloucester. Neuvièmes, les hommes de Lee Blackett se trouvent dans une fin d’hiver compliquée. Sur les six dernières rencontres, il n’y a eu qu’une seule victoire. En poule, il y avait eu deux victoires : face aux Dragons (8-24), puis contre Montpellier (33-14). Parmi les joueurs qui vont affronter Clermont ce samedi, on peut citer le capitaine Joe Launchbury. Chez les trois-quarts, des joueurs comme Paolo Odogwu, Matteo Minozzi ou le All Blacks Malakai Fekitoa seront à surveiller.

Alexandre Jeffroy


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une