Nous suivre

Basket-ball

Jeep Élite : Ce qu’il faut retenir de la soirée du dimanche 6 juin

Maxime Cazenave

Publié le

Jeep Élite : Ce qu’il faut retenir de la soirée du dimanche 6 juin
Photo Icon Sport

JEEP ÉLITE – Huit rencontres étaient au programme ce dimanche. Entre la lutte pour la première place désormais occupée par Dijon, la lutte pour les playoffs, et celle qui fait rage pour le maintien, le suspense est encore total à tous les échelons en Jeep Élite !

Dijon reprend la tête, Monaco n’arrive plus à gagner

Suite à la défaite de l’ASVEL samedi, Dijon en a profité pour s’emparer du fauteuil de leader, tout en battant son record de victoires dans l’élite (24). Opposée à Roanne, la JDA n’a pas fait dans la demi-mesure en écrasant la Chorale, 96-64. Si le premier quart-temps a été équilibré, le club bourguignon a ensuite rapidement fait la différence pour conserver une vingtaine de points d’avance jusqu’à la fin du match. Jaron Johnson (20 points) et David Holston (12 points, 8 rebonds) en ont profité pour noircir la feuille.

De son côté, Monaco enchaîne un troisième revers successif. Opposé à Bourg-en-Bresse, le champion d’Europe a couru toute la partie après le score, étant notamment mené de 16 points dans le troisième quart. Si Dee Bost (14 points) et Marcos Knight (14 points) ont tenté de ramener leur équipe, cela n’a pas été suffisant. Côté JLB, deux hommes ont été intenables pour aller chercher la victoire, 94-86. Comme bien souvent, Danilo Andjusic (25 points) a mis ses points, mais c’est surtout Pierre Pelos (31 points, 10 rebonds) qui a fait la différence dans la raquette en réalisant une énorme performance.

Juste devant Bourg au classement, Strasbourg a tenu son rang sur le parquet du Portel pour défendre sa 4e place. Derrière les 39 points combinés de Jaromir Bohacik (20 points) et Bonzie Colson (19 points), la SIG a réalisé un énorme troisième quart défensif en limitant les Nordistes à seulement huit points pour faire la différence, 80-74. Le Portel laisse donc passer une première chance d’assurer le maintien.

L’Élan Béarnais et le Basket Champagne valident leur maintien

L’Élan Béarnais a en revanche donné le coup de collier nécessaire. Après sa victoire dans le Clasico face à Limoges, l’Élan a terrassé Chalon-sur-Saône grâce à une très grosse deuxième mi-temps, et une excellente adresse longue distance (57%). Symbole de cette réussite insolente, CJ Williams a ainsi terminé la rencontre avec un incroyable 8/10 dans l’exercice (31 points au total) ! Privé de son meneur Jordon Crawford pour le reste de la saison, l’Élan Chalon n’a pu résister malgré la belle prestation de Sean Armand (28 points), et reste donc relégable après sa défaite, 99-86,

De son côté, le Basket Champagne a également assuré son maintien en Jeep Élite. Pourtant, les hommes de Cédric Heitz ont souffert face à Orléans. Menés quasiment tout au long de la partie, ils s’en sortent dans les deux dernières minutes en empêchant l’OLB de mettre le moindre point. Pendant ce temps-là, ils parviennent à renverser la partie grâce à huit points inscrits par Joshiko Saibou (10 points) et Dominic Waters (12 points) pour faire la différence, et l’emporter 75-74. L’OLB de Chuma Moneke (24 points, 12 rebonds) peut s’en mordre les doigts, et voit ses concurrents directs prendre de l’avance.

Une lutte acharnée pour les playoffs

Dans le même temps, tous les autres candidats aux playoffs se sont imposés. Opposé à Boulazac, Le Mans n’a pas tergiversé et s’impose 98-85 sans trembler. Les Manceaux ont ainsi fait l’écart dans le dernier quart après avoir tenu à distance le BBD auparavant. Malgré beaucoup de maladresse derrière l’arc (26%), ils ont matraqué leur adversaire dans la raquette derrière un Antoine Eito en double-double (20 points, 10 passes), et un Valentin Bigote (18 points) toujours prolifique.

Le déroulement de la partie a été similaire pour Limoges. Face à Gravelines-Dunkerque, le CSP a ainsi géré avant de mettre un coup d’accélérateur fatal dans la dernière période. Si l’adresse globale est bonne (51%), c’est surtout leur propreté qui leur permet de valider la victoire avec seulement 4 pertes de balle. Auteur de 20 points en seulement 24 minutes, Jerry Boutsiele sort un nouveau gros match, bien accompagné par Nicolas Lang (17 points). Handicapé par une rotation limitée, le BCM n’a pas tenu le choc malgré les 20 points de Corey Davis Jr.

Enfin, Nanterre poursuit sa série folle qui lui permet encore de croire à une qualification. La JSF s’est ainsi imposée pour la sixième fois d’affilée face à une équipe de Cholet qui a tourné à seulement sept joueurs. Si Gregor Hrovat (20 points) et Chris Horton (18 points, 12 rebonds) ont fait de bons match, le club du Maine-et-Loire a craqué dans le money-time. Muets dans les deux dernières minutes, ils ont laissé la JSF arracher la victoire sur la ligne des lancers, 88-82, dans le sillage d’un Marcquise Reed en forme (18 points, 6 rebonds).


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une