Nous suivre

Basket-ball

Jeep Elite : Dijon et Axel Julien écrasent Orléans pour accéder au Final Four

Maxime Cazenave

Publié le

Jeep Elite : Dijon et Axel Julien écrasent Orléans pour accéder au Final Four
Photo Icon Sport

JEEP ELITE – Dijon a fait honneur a son statut de 1er de la saison régulière. A l’occasion du premier quart de finale, la JDA a dominé de bout en bout Orléans pour l’emporter largement 83-59. Auteur de 26 points, Axel Julien a offert un récital pour son dernier match au Palais des Sports sous les couleurs dijonnaises.

Menacée il y a quelques jours, la phase finale de Jeep Élite a finalement été maintenue suite aux discussions entre ce dernier et la ligue. Ce dimanche, le leader de la saison régulière, Dijon, ouvrait donc le bal face à Orléans (8e) afin de débuter les quarts de finale. La JDA partait favorite dans une rencontre où les deux équipes peuvent compter chacune sur huit joueurs professionnels. Encore trop court, Chase Simon était indisponible côté dijonnais. Pour l’OLB, Chuma Moneke a de son côté rejoint l’équipe du Nigéria pour préparer le TQO tandis que Tahjere McCall est aussi absent en raison d’un deuil familial l’ayant contraint à rejoindre les États-Unis.

Orléans maladroit et massacré au rebond

La tension des PlayOffs se fait sentir dès les premières minutes. Les deux défenses sont resserrées et provoquent de nombreuses pertes de balle de part et d’autre. La JDA parvient à faire une première différence en réussissant ses quatre premières tentatives à 3 points. Pour son dernier match au Palais des Sports de Dijon, Axel Julien montre énormément d’envie et cela se traduit par déjà 9 points (3/4 à derrière l’arc) au bout d’un quart-temps. Imprécis et dominé au rebond, Orléans est déjà relégué à plus de dix points au bout des dix premières minutes de jeu.

La suite n’est pas plus reluisante puisque l’OLB montre une maladresse incroyable. Landing Sané (1/5) est le symbole de cette mauvaise passe qui se traduit par un terrible 2/16 derrière l’arc à la pause ! Les hommes de Germain Castano n’arrivent donc pas à profiter des nombreuses pertes de balles dijonnaises (14), tout en se faisant outrageusement dominer au rebond (seulement 6 contre…23!). Jacques Alingué (6 points, 5 rebonds en 7 minutes) fait une sortie de banc très efficace, alors qu’Axel Julien (19 points à la pause) poursuit son festival afin de creuser un écart important avant la pause (43-23). Malgré les 3 fautes concédées par un David Holston peu en vue, Dijon domine totalement tous les secteurs du jeu, et parvient à éteindre totalement Paris Lee.

Axel Julien s’offre une dernière du feu de Dieu

L’OLB revient en jeu avec de meilleures intentions en claquant un 7-0 pour débuter la seconde mi-temps. Toutefois, la JDA continue à perdre des ballons, mais en arrivant à poser son jeu face à une défense orléanaise qui se laisse balader. Alingué (11 points, 8 rebonds) et Julien (26 points) poursuivent leur festival et permettent aux Dijonnais de conserver leur avance. Seul joueur connaissant une belle réussite pour l’OLB, Jamel Morris (19 points) est trop seul pour tenir son équipe. Cette dernière ne parvient donc pas à revenir à moins de 10 points.

Le dernier quart-temps s’apparente alors à un long garbage time durant lequel le public dijonnais peut profiter de la dernière victoire de son équipe à la maison. La JDA tue rapidement tout suspense en prenant 25 points d’avance grâce notamment à des points inscrits par le jeune Robin Ducoté (7 points en 22 minutes), qui bénéficie d’un gros temps de jeu pour compenser les fautes de David Holston (9 points, 6 passes). Peu en vue jusque-là, Alex Chassang en profite également pour se faire plaisir, lui qui dispute son dernier match à domicile avec Dijon. Orléans craque totalement et perd finalement, 83-59. La JDA se qualifie logiquement pour le Final Four à Rouen où elle affrontera la vainqueur de Monaco-Bourg-en-Bresse. La fête pour célébrer Alex Julien, Alex Chassang ainsi que Laurent Legname et Frédéric Wiscart-Goetz sera donc totale.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une