Nous suivre

Basket-ball

Jeep Elite : Le Strasbourgeois Bonzie Colson élu MVP

Publié

le

Jeep Elite : Le Strasbourgeois Bonzie Colson élu MVP
Photo Icon Sport

JEEP ÉLITE – Déjà récompensé par le titre de MVP en Ligue des Champions, Bonzie Colson fait coup double. Le scoreur américain vient d’être élu MVP de Jeep Élite au terme d’une grosse saison sous les couleurs de la SIG.

Suite aux nombreuses récompenses décernées avec entre autres le meilleur cinq de la saison ou encore le titre de meilleur espoir décerné à Victor Wembanyama, c’est le titre de MVP qui a été distribué ce samedi. Favori légitime à ce titre, Bonzie Colson a donc reçu cet honneur. Mis dans la confidence avant les joueurs, son entraîneur Lassi Tuovi lui a donc fait la surprise en fin d’après-midi au milieu d’une séance vidéo.

Un deuxième titre de MVP après celui acquis en Ligue des Champions

Ce trophée individuel représente à la fois une saison individuelle exceptionnelle, mais également la qualité montrée par la SIG tout au long de la saison. Revenue à l’arrachée à la 3e place de la Jeep Élite dans les derniers instants en profitant de l’effondrement de Monaco, la SIG a été constante tout au long de la saison malgré les pépins. En parallèle, les Alsaciens ont brillé sur la scène européenne en allant jusqu’en demi-finales de la Ligue des Champions. Compétition au sein de laquelle Bonzie Colson fut également élu MVP.

L’Américain est devenu l’homme fort de la SIG dès son arrivée en début de saison. Il faut dire que si le joueur n’a que 25 ans, il a déjà connu le très haut niveau. Non drafté à sa sortie de l’université en 2018, il décroche une place en G-League au sein du Canton Charge. Performant durant trois mois, il signe ensuite un two-way contract avec les Milwaukee Bucks, en NBA.

S’il n’arrive pas à se faire une place définitive dans la franchise dominante de Giannis Antetokounmpo, il dispute malgré tout huit rencontres avec les daims. Le temps pour lui de poser un match à 15 points et 16 rebonds en 41 minutes contre les Hawks un soir de mars 2019, tout en continuant à aligner des prestations solides avec les Wisconsin Herd en G-League. La saison dernière, il a ainsi exporté ses talents au Darussafaka, en Turquie, avant de rallier l’Alsace.

La meilleure évaluation de Jeep Élite

Sous le maillot de la SIG, il s’affirme alors comme un véritable joueur alpha, et l’option numéro une de Lassi Tuovi. Auteur de 18,4 points (53 % au tir, 34 % à 3 pts), 5,1 rebonds et 2,1 passes, il est ainsi le deuxième meilleur marqueur de Jeep Elite. Il possède également la meilleure évaluation de la saison (19,1), le tout en ayant disputé 33 des 34 rencontres, avec 29 minutes de jeu en moyenne. Sa seule absence a été pour cause de blessure le 20 mai dernier, à Lyon-Villeurbanne. En dehors de ce léger souci physique, le joueur de 25 ans a été présent dans tous les rendez-vous malgré le calendrier diabolique réservé à Strasbourg ces dernières semaines. Le 9 juin dernier, il s’est même fendu d’un match à 44 points à 13/15 au tir face aux Metropolitans, confortant sa domination sur la ligue.

En plus de tenir cette cadence infernale, il s’est montré précieux en attaque, mais également en défense. Très physique et ne rechignant pas à faire les efforts pour gêner l’adversaire, cet aspect du jeu est également une force faisant de lui un joueur très complet. Auteur de 1,2 interceptions et 0,8 contres par match, il peut se charger de missions compliqués pour le bien de l’équipe. Ce titre de MVP est donc totalement légitime, et ne récompense pas seulement le scoreur Bonzie Colson, mais bel et bien l’entièreté de sa palette des deux côtés du cercle. Un premier accomplissement pour un joueur que Strasbourg aura sans doute du mal à retenir une fois la saison terminée.

C’est la troisième fois qu’un joueur de Strasbourg est récompensé par un titre de MVP de la saison. Bonzie Colson en 2021 succède donc à Rick Hughes (2004), et à l’actuel joueur de l’ASVEL, Antoine Diot (2014).


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une