Nous suivre

Biathlon

JO Pékin 2022 – Biathlon : Johannes Boe en or sur la mass start, Fillon Maillet 4ème

Julien Correia

Publié le

JO Pékin 2022 - Biathlon Johannes Boe en or sur la mass start, Fillon Maillet 4ème
Photo Icon Sport

JO PÉKIN 2022 – BIATHLON – Après le magnifique titre olympique décroché par Justine Braisaz-Bouchet deux heures plus tôt, les biathlètes tricolores masculins rêvaient de l’imiter. Quatre garçons en lice qui espéraient un avenir plein de bonheur. Malheureusement, lors d’une course remportée par Johannes Boe, il n’y aura pas eu de podium pour les Bleus. Fillon Maillet échouera au pied du podium.

Des tirs couchés délicats pour les Tricolores

La course lancée, et comme bien souvent dans ce format, c’est une véritable foire d’empoigne qui avait lieu lors des premiers kilomètres. La majorité des biathlètes se présentait en même temps lors du 1er tir couché. Un tir où les Tricolores, comme de nombreux autres biathlètes, allaient fauter. Deux fautes à mettre à l’actif de Jacquelin et une pour Fillon Maillet, Desthieux et Claude. Après ce premier tir, c’est le Suédois Samuelsson qui sortait en tête grâce à l’un des rares sans-faute après ce tir. QFM, premier Français, ressort alors à 17 secondes. Tout ce petit monde est alors dans un mouchoir de poche.

Et les écarts déjà faibles, vont se réduire à néant après la deuxième portion de ski. Boe, Fillon Maillet et les autres prétendants arrivaient tous ensemble pour le second tir couché. Et c’est Johannes Boe qui allait sortir en tête après un 5 sur 5. Derrière lui prenaient place Christian Gow et Samuel Samuelsson. Fillon Maillet après ce second tir couché ressortait à une trentaine de seconde de la tête. Pour les autres Bleus, ils pointaient déjà très loin du podium après de nouvelles fautes au tir.



Johannes Boe dans la légende

Les espoirs de médaille étaient une nouvelle fois placés sur les épaules de Quentin Fillon Maillet. Devant, menant la course jusqu’à maintenant, un autre homme fort de ces JO et du biathlon en général. Il s’agit bien entendu de Johannes Boe. Déjà triple champion olympique, l’athlète visait une 4e médaille du plus beau métal. Et c’est bien lui qui malgré une faute au tir debout ressortait en tête. Le Suédois Ponsiluoma suivait à une vingtaine de secondes et Fillon Maillet lui emboîtait le pas. Avant le dernier tir, une 6ème breloque était espérée pour QFM. Le dernier tir allait être déterminant. Comme bien souvent en biathlon, tout allait se jouer lors de ce dernier tir. Très offensif, Boe allait commettre deux fautes.



Fillon Maillet au pied du podium

On se disait alors que QFM pouvait revenir sur le Norvégien. Mais, au contraire, après un tir debout très délicat et 3 fautes à son actif, il allait ressortir en 4e position. C’est le Norvégien Christiansen qui profita de l’offrande pour se positionner à la 3e place, une vingtaine de secondes devant le Français. Grand finisseur, le Norvégien allait être difficile à déloger. Champion du monde en titre du sprint, c’est Ponsiluoma, qui allait terminer à la seconde place. Second d’une course remportée par Johannes Boe donc qui rentre un peu plus dans la légende de ce sport avec avec 4 titres olympiques et une médaille de bronze donc.

Si QFM échoue au pied du podium, il aura été l’autre très grand bonhomme de ces JO avec 5 médailles également autour de son cou. Les autres Tricolores n’auront pas lutté lors de cette épreuve. En effet, Desthieux termine 16e Jacquelin 22e et Claude 26e. Cependant, ces JO auront été très réussis pour le biathlon tricolore. La délégation française quant à elle devra patienter encore un peu pour espérer battre son record de médailles.

Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *