Nous suivre

Athlétisme

JO Tokyo 2020 – 50 km marche (H) : Diniz abandonne, le Polonais Dawid Tomala en or

Publié

le

JO Tokyo 2020 – 50km marche (H) Diniz abandonne, le Polonais Dawid Tomala en Or
Photo World Athletics

JO TOKYO 2020 – 50 km marche (H) – On attendait Yohann Diniz sur cette épreuve. Malheureusement, le Français a abandonné peu après la mi-course après avoir longtemps fait l’accordéon. Le Polonais Dawid Tomala remporte la médaille d’or devant l’Allemand Jonathan Hilbert et le Canadien Evan Dunfee.

On attendait Yohann Diniz sur 50 km marche. On l’attendait pour rajouter une breloque à la délégation française. Et on l’attendait aussi pour finir sa carrière, et pour la dernière de la discipline aux JO, en apothéose, pour gagner le dernier titre qui lui manque. Le début de course donnait le sourire aux spectateurs matinaux puisque le Français se retrouve vite en tête, juste devant le Chinois Luo, après 5km. Las, peut-être le chant du cygne. En effet, il fait un 1er arrêt aux toilettes et ressort juste devant le peloton. Il garde alors un bon rythme et tout est encore possible. Mais, là encore, il s’arrête et se retrouve en queue de course. Il est même pointé à presque 2 minutes à l’approche du 10ème km.

Il se lance alors dans une remontée fantastique, tel un baroud d’honneur, pour revenir dans le peloton de tête. Vers le 20ème kilomètre, il est dans les mêmes temps que les leaders. Mais il continue de faire des stops dans les zones de ravitaillement. Après avoir fait le yo-yo, le corps dit stop. En effet, peu après la mi-course, il met définitivement la flèche. Il s’assoit sur la bordure du trottoir, en larmes. Et voilà l’histoire chaotique de Yohann Diniz avec les Jeux Olympiques qui se termine comme à Pékin, par un abandon dans la chaleur humide de Sapporo.

Tomala dans la pure tradition de l’école polonaise

Yohann Diniz avouera lui-même au micro de France Télévisions, les yeux encore humides, qu’il avait peut-être fait la course de trop. Le toujours recordman du monde a livré son dernier colis, merci champion ! On n’oubliera pas tes triomphes, tes records, tes peines.

Pendant que le Tricolore abandonnait, la course se poursuivait. Vers le 30ème kilomètre, le Polonais Dawid Tomala plaçait une accélération, aussi vite que la marche lui permet, laissant ses adversaires sur place. Il s’envolait vers la victoire, d’autant qu’il augmentait progressivement son avance sur le peloton. Dawid perpétue la tradition de la marche athlétique polonaise, digne successeur de Robert Korzeniowski, quadruple champion olympique. Dawid lève quelque peu le pied en fin de course pour éviter les pénalités et terminer avec le drapeau de son pays. Derrière lui, la bataille pour le podium commence un peu plus loin. Et à ce jeu-là, c’est l’Allemand Jonathan Hilbert qui s’en sort en lâchant l’Espagnol Marc Tur dans la dernière boucle. Ce dernier perd tout en se faisant dépasser peu avant la ligne par le Canadien Evan Dunfee qui récolte le bronze pour 9 secondes. Le Chinois Luo, animateur du début de course, termine finalement 28ème à 16 minutes du vainqueur.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une