Nous suivre

Athlétisme

JO Tokyo 2020 – Marathon (F) : Peres Jepchirchir sacrée, Susan Kipsang-Jeptooo 38ème

Publié

le

JO Tokyo 2020 - Marathon (F) Peres Jepchirchir sacrée, Susan Jeptooo loin du compte
Photo World Athletics

JO TOKYO 2020 – MARATHON (F) – Pour cette épreuve attendue dans les rues de Sapporo, après un changement d’horaire, la Kényane Peres Jepchirchir remporte la course. Sa compatriote Kosgei et l’Américaine Seidel complètent le podium. La Française Susan Kipsang-Jeptooo termine loin (38ème) après avoir craqué dès le 16ème kilomètre.

Comme pour la marche athlétique vendredi matin, le marathon olympique se déroule à Sapporo et non dans la capitale nippone à cause de la chaleur tokyoïte.

Les coureuses, matinales, ont donc déambulé dans les rues de la métropole, hôte des JO 1972, avec 3 boucles différentes pour couvrir les plus de 42 kilomètres de la distance mythique. Après un départ plutôt tranquille, la course va s’accélérer à partir du 15ème kilomètre. En effet, jusque-là, le peloton était encore compact avec la Française Kipsang-Jeptooo dans le bon groupe. Las, la tricolore, d’origine kényane, est lâchée par la meute entre le 15ème et le 20ème kilomètre. A mi-course, elle est 33ème à 45 secondes de la tête.

Devant, un groupe d’une dizaine d’athlètes prend les commandes pour s’échapper au fur et à mesure. On y retrouve, entre autres, l’armada kényane, la naturalisée israélienne Lonah Chemtai Salpeter ou encore l’Éthiopienne Roza Dereje. Au 30ème kilomètre, elles ne sont plus que 9 dans le groupe de tête. La grande explication finale n’a pas encore commencé. Entre les 30 et 35ème kilomètres, le rythme s’accélère au point de ne garder que 5-6 coureuses aux avant-postes.

Le Kenya en force, la surprise Seidel

Dans les derniers kilomètres, les deux Kényanes, dont la recordwoman du monde Brigid Kosgei, ont mis un coup de boutoir pour prendre le large et jouer la victoire à deux. Derrière, seule l’Américaine Molly Seidel suit de loin, à rythme moins soutenu, pendant que l’Israélienne craque et continue la course en marchant. Dans le duel kenyan, c’est Peres Jepchirchir qui lâche son adversaire au train. Elle s’envole vers la victoire et boucle sa course en 2h27:20. Elle devance sa compatriote Brigid Kosgei et la surprenante américaine Molly Seidel, qui devient la 1ère médaillée de l’Oncle Sam sur le marathon depuis les Jeux d’Athènes en 2004 (également). La Française Susan Kipsang-Jeptooo termine 38ème à un peu plus de 9 minutes.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une