Nous suivre

Basket-ball

L’ASVEL a deux ans pour s’affirmer

Romain Delanis

Publié le

L’ASVEL a deux ans pour s’affirmer
Infinity Nine Media

Ce jeudi à 20h45, l’ASVEL reçoit le Panathinaïkos d’Athènes pour la deuxième journée de l’Euroligue. Un match important à l’Astroballe afin d’assurer la continuité de la construction du nouveau projet de l’ASVEL Lyon Villeurbanne, initié par Tony Parker.

Une première pour le basket français

Le nouveau système élitiste du basket européen, avec l’Euroligue, a invité l’ASVEL Lyon Villeurbanne pour les deux prochaines saisons, après presque 10 ans sans apparition européenne.

Un ticket qui dynamise le projet mis en place depuis quelque temps par Tony Parker pour son club français. Une place qui vaut très chère et qui doit assurer la pérennité du club et son envie de se développer à l’échelle européenne. Concurrencer sous peu les CSKA Moscou, Fenerbahce, Real Madrid ou autre FC Barcelone, c’est l’objectif du club français.

Jordi Bartomeu, président de l’Euroligue, était présent pour le retour de l’ASVEL en Euroligue la semaine passée (victoire 82-63 face à l’Olympiacos). Aux côtés de Tony Parker, il a exprimé son optimisme quant à la présence sur du long terme de l’ASVEL et de son projet dans la prestigieuse ligue européenne.

Autour du coach monténégrin Zvevdan Mitrovic, Tony Parker a construit une équipe pour figurer à la fois à l’échelon national mais surtout européen : les expérimentés internationaux français Antoine Diot, Edwin Jackson et Charles Kahudi ont rejoint l’aventure, Livio Jean-Charles et la pépite Théo Maledon confirment. On y retrouve aussi le confirmé Adreian Payne, passé par la NBA pendant longtemps (Minesota, Atlanta, Orlando) ou encore la bonne surprise de ce début de saison, le Nigérian Tonye Jekiri, en provenance de Turquie.

Le meneur français Antoine Diot entend bien mener l’ASVEL vers une nouvelle sphère – ©PHOTOPQR/LE PROGRES/Joël PHILIPPON

Projet à l’identité lyonnaise

Une semaine après l’exploit face à l’Olympiakos, l’ASVEL s’apprête donc à recevoir une deuxième équipe grecque habituée à l’Euroligue à l’Astroballe. Justement, l’avenir de l’Astroballe en Euroligue semble incertain. Suite aux liens créés avec l’Olympique Lyonnais et Jean-Michel Aulas (président de l’OL), qui participe minoritairement à l’ASVEL sous forme de participation et de sponsoring, une nouvelle aréna devrait être créée pour accueillir des événements et notamment l’ASVEL sur ses gros matchs (capacité 12.000 places en configuration basket). C’est une véritable première en France, un lien économique entre un club de football et de basket-ball.

Après ses 4 victoires en championnat en 4 rencontres (Limoges, Boulazac, Strasbourg et Cholet) et sa première victoire en Euroligue, le projet emmené par Tony Parker pour l’ASVEL semble prendre forme. Avec une équipe et des investissements réfléchis, l’avenir de l’ASVEL donne envie d’être suivi avec attention, pour le plaisir du basket français.

Romain Delanis


Journaliste/Rédacteur depuis novembre 2015 - Capable de passer un samedi après-midi devant la Ligue 2 puis le biathlon sans oublier la finale de l’ATP Rotterdam, j’aime aussi mettre mon réveil pour me faire un Pistons/Bulls qui rappelle de bons souvenirs. Tout cela, j’ai choisi il y a maintenant quelques temps de vous le raconter avec Dicodusport, pour vous faire vivre ma passion parfois inconsidérée pour le sport en général (mais surtout le foot faut se l’avouer).

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une