La danse 3.0 : repenser la danse grâce aux réseaux sociaux


Aujourd’hui les danses sont multiples : certaines d’entre elles remontent à des siècles en arrière, d’autres ont subi des mutations au cours du temps, sont arrivées en cours de route, ou dans le pire des cas, luttent pour continuer à exister en se réinventant. 

Source : Pinterest

Le ballet, 6 siècles d’existence

Parmi les danses les plus anciennes, on retrouve le ballet, bien souvent assimilé à la rigueur et à la discipline. Il trouve son origine dans la Renaissance italienne (au XVème siècle donc), puis a continué son petit bonhomme de chemin en quittant la botte italienne pour la noblesse française et enfin la gloire russe. En France, on peut d’ailleurs remercier Louis XIV qui, malgré son problème d’égo, a beaucoup contribué au développement de cet art.

Le ballet, c’est raconter une histoire en dansant, bien souvent (mais pas toujours) avec un fond de mélodie et de somptueux décors. Mais, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, notre bon vieux ballet n’aurait-il pas pris la poussière ?

Le rôle des réseaux sociaux dans la réinvention de la danse

Nombreux sont les danseurs et les danseuses qui partagent leur quotidien et leur expérience de la danse via les réseaux sociaux. Parmi les danseurs de ballet, on retrouve des pointures telles que Courtney Lavine, Loïck Pireaux ou encore Léonore Baulac. Mais finalement, plus qu’un support de démonstration, ne serait-ce pas là également un moyen de démocratiser, de rendre accessible ces pratiques ? La danse fait partie de ces métiers qui construisent les rêves de petits garçons et de petites filles, une sorte d’ « American Dream » de la couche culotte. Via les réseaux sociaux, l’intimité se créée et l’utilisateur repense l’idée qu’il se faisait de la danse.

Dance in Paris : repenser la danse, dans Paris, grâce aux réseaux sociaux

Sur Sport-Inside, on vous parlait du Hiplet et de son combat pour briser les codes de la danse classique. Aujourd’hui, les projecteurs sont sur Dance in Paris. C’est sur Instagram que vous retrouverez ce collectif de 5 ballerines amatrices âgées de 16 à 23 ans qui, à travers leurs photos, souhaitent faire éclater au grand jour la beauté de la danse en la mettant en scène en plein Paris. Le Trocadéro, la Place de la Concorde, les Colonnes de Buren ou encore le Pont Alexandre III … Il s’agit là aussi d’une façon poétique de visiter Paris.

Julie – Jardin des Tuilleries (2015). ©Dance In Paris

A travers leur concept original, les 5 jeunes filles donnent également un coup de jeunesse au ballet et lui enlèvent de sa dureté. Une façon de voir et de pratiquer la danse autrement. Mutation ? Réinvention ? Cela nous montre, une fois de plus, que les pratiques évoluent au fil du temps avec la société, ses nouvelles technologies et sa population. Quelle sera la danse de demain ?

Pour en voir un peu plus sur le collectif Dance in Paris, rendez-vous sur Facebook ou sur leur site internet.

Aurore Escamilla

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des