Nous suivre

Nos champions

L’avenir grenoblois est dans le pré #33 : on fait le bilan, calmement…

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Alexandre Savonnet

Chaque semaine, la section espoirs du FC Grenoble rugby viendra vous parler de son actualité, de ses entraînements ou encore de ses matchs dans sa chronique « L’avenir grenoblois est dans le pré ». Pour ce nouvel épisode, il est l’heure de dresser le bilan de cette saison 2017-2018. Qui de mieux que le capitaine de l’équipe, Alexandre Savonnet, pour le faire ? 

Alexandre, quel bilan global fais-tu de cette saison ?

C’est mitigé, parce qu’on aurait pu espérer beaucoup mieux. Nous faisons un bon début de saison avec des victoires pour commencer mais par la suite, nous perdons des matchs à notre portée. Cela nous met dans le milieu de tableau alors que nous pouvions viser plus haut. Après les vacances de Noël, il y a eu du mieux, nous avons gagné à nouveau. Ensuite, il y a eu la trêve de huit semaines qui n’a pas été bénéfique pour nous, nous avons perdu des matchs au retour et nous avons joué le maintien plutôt que le milieu ou le haut de tableau. Après, cela reste positif malgré tout, car l’objectif était de se maintenir et nous avons réussi à le faire.

Quel a été votre plus gros point faible cette saison ?

Ce sont nos imprécisions en général, qui ont entrainé un manque de réalisme ou des points concédés bêtement. Il y a trois ou quatre matchs dans l’année, dont un dont je me souviens contre Mont-de-Marsan à domicile, que nous devons gagner mais que nous perdons. A chaque fois dans ces rencontres, ce n’est pas eux qui ont construit leurs essais, c’est nous qui leur avons donné et sur l’ensemble de la saison, cela nous a coûté cher. Ces imprécisions viennent sûrement de la jeunesse du groupe et d’un manque de sérieux à l’entraînement.

Quel a été votre gros point fort sur la saison ?

L’état d’esprit général. Nous avons été soudés toute la saison, ce qui nous a permis de réagir à chaque fois quand il y a eu des coups durs et de gagner quelques matchs décisifs, notamment à l’extérieur. Sur certains matchs, nous avons vu que grâce à notre état d’esprit, nous avions le niveau pour rivaliser avec les meilleurs mais que nos imprécisions coûtaient chers.

Alexandre Savonnet 2

Quel a été le message des entraineurs à la fin de la saison ?

Ils ont été déçus de notre dernière défaite à Toulon qui résume un peu notre saison, avec un match largement à notre portée que nous perdons. Même s’il n’y a pas eu de grands discours de fin de saison, leur message cette année a souvent été le même : c’est de notre faute si nous perdons nos matchs, nous savons ce que nous devons bosser.

Quels sont les objectifs pour cette équipe la saison prochaine ? Les phases finales ?

Oui, je pense que nous pourrons les accrocher surtout qu’avec la montée en Top 14, les jeunes auront moins la possibilité de jouer avec les pros et que notre équipe sera plus âgée. Avec l’expérience que nous avons emmagasinée cette année, il y a vraiment moyen de faire une très bonne saison.

Penses-tu que la montée en Top 14 des pros va avoir un impact positif sur le mental et la confiance des jeunes, qui auront un objectif encore plus beau pour progresser ?

Oui, forcément, car l’objectif sera plus beau mais aussi plus dur à atteindre et il faudra proposer vraiment un niveau de jeu élevé. A l’entraînement, tout le monde sera sûrement encore plus sérieux et plus professionnel.

Est-ce que tu seras toujours au FCG la saison prochaine ? Avec les espoirs et/ou les pros ?

Je signe une convention avec Grenoble, donc je vais m’entraîner avec les professionnels toute la saison et je vais tout faire pour jouer en Coupe d’Europe et pourquoi pas, postuler pour un ou deux matchs de Top 14. Je vais demander à continuer à jouer avec les espoirs quand je ne serai pas retenu avec l’équipe pro. J’ai besoin de temps de jeu pour continuer à progresser.

FC Grenoble Rugby Espoirs


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?