Nous suivre

Business

Les paris sportifs toujours en croissance en France ?

Publié le

Capture d'écran - Apple

2018 a été une année record pour le paris sportifs en France, grâce notamment là la Coupe du monde et à la victoire de la France. Qu’en sera-t-il en 2019 ? 

L’ARJEL, le régulateur français, devrait sortir dans les prochaines semaines son rapport pour l’année 2019, mais le marché du paris sportif en France semble continuer de gagner du terrain, avec de nouveaux acteurs qui fleurissent ou des anciens qui se sont remis à la page. Il faut rappeler qu’en France, le pari sportif, le pari hippique et le poker sont autorisés en ligne, mais pas les Casinos, au contraire de pays comme la Belgique ou des sites comme Casino777 se développent de plus en plus.

En 2018, l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne) avait justifié la croissance avec des paris plutôt favorables aux joueurs notamment pendant la Coupe du monde : « Les résultats des matches de la Coupe du Monde de football, qui ont été globalement défavorables aux opérateurs de paris, sont la principale raison de cet écart de croissance entre mises et PBJ. Il s’explique également par les restrictions d’offre effectuées par certains opérateurs après la Coupe du Monde de football afin d’être conformes au plafonnement du TRJ prévu par la législation française ». Cette explication n’avait pas forcément convaincu car la croissance était aussi réelle hors du mondial remporté par l’équipe de France.

En 2018, les paris hippiques avaient aussi connus une belle embellie pour la deuxième année consécutive, avec une augmentation de 5% du volume total de mise. Ceci s’explique en partie par la modernisation de l’offre proposée mais aussi des bonus toujours plus intéressants pour les joueurs, la preuve avec le chiffre du nombre de nouveaux joueurs : 12% de joueurs en plus en 2018 par rapport à 2017, une aubaine pour les acteurs. On peut aussi noter que le poker en ligne a fortement augmenté sur la même période, plus de 15% en 2018, par rapport à l’année précédente.

La prévention toujours au cœur du débat ?

Si les jeux d’argent et les paris sportifs ont souvent véhiculé une image négative, c’est à cause de leurs dérives et de la dépendance qu’il créée chez certains joueurs.  À ce sujet-là, l’ARJEL alerte dans son rapport, et notamment sur de mauvais messages envoyés par certains acteurs qui pousseraient certains vers cette dépendance, ou vers la faillite : « Cette activité interpelle le régulateur quand elle diffuse et conforte des croyances erronées qui associent jeu d’argent et argent facile. Certains de ces sites laissent penser que l’on peut vivre de ses gains grâce à une expertise que le joueur obtient contre de l’argent et sur la base de performances revendiquées mais le plus souvent non vérifiables. »

Il est important de rappeler aussi que la loi interdit aux joueurs sur le sol français de jouer dans d’autres pays et sur des sites basés un peu partout à travers le monde, mais que dans les faits, grâce notamment au VPN, de nombreuses personnes habitants en France jouent aussi sur des sites étrangers. Le nouveau rapport de l’ARJEL, attendu au mois de février, permettra d’y voir plus clair et de chiffrer l’évolution en 2019, mais l’élan semble bien être resté le même qu’en 2018.

Dicodusport


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une