Nous suivre

Football

Les tops et les flops des 16èmes de finale de Coupe de France

Publié le

Les tops et les flops des 16èmes de finale de Coupe de France
Photo Icon Sport

COUPE DE FRANCE – Les 16e de finale de la Coupe de France se sont déroulés les 2, 3 et 4 janvier, synonymes de premières rencontres de football en France pour débuter 2022. Dicodusport vous propose de revenir sur les différents matchs en dressant un tableau des tops et des flops à relever.

Aussi connue sous la devise de « la coupe de tous les possibles », la Coupe de France a réservé quelques surprises aux passionnés de football pour bien commencer la nouvelle année. Sur les quatorze rencontres disputées, 28 buts ont été inscrits amenant une moyenne de deux buts par confrontation. C’est du côté de Versailles (N2) qu’il fallait se situer pour voir la rencontre la plus prolifique en réalisations. Les Versaillais recevaient La-Roche-sur-Yon qui évolue un étage plus bas en National 3. Une rencontre remportée par le club des Yvelines (4-0) qui figure parmi les deux plus petits clubs encore en course dans la compétition. Bergerac, autre représentant de N2 est toujours en piste après un succès arraché à l’issue d’une séance de tirs au but face à Créteil (N). La présence des petits clubs fait le charme de cette compétition, ils seront au rendez-vous pour les huitièmes de finale.

Les autres clubs amateurs se sont frottés à des équipes évoluant en Ligue 1 ou Ligue 2, la magie de la Coupe de France ne s’est pas opérée cette fois-ci. Toulouse a confirmé son très bon début de saison en deuxième division et s’est imposé sur la plus petite des marges sur la pelouse de Cannes (0-1). Même sort pour le Stade de Reims qui était en déplacement à Thaon. La partie a été en revanche plus compliquée pour Amiens, club de seconde division qui s’est qualifié aux dépens de Linas-Montlhéry (N3) après les tirs au but (t.a.b 3-4).

Les lanternes rouges se relancent en Coupe de France

Respectivement derniers de Ligue 1 et de Ligue 2, l’AS Saint-Étienne et l’AS Nancy Lorraine ont passé l’obstacle des 16e de finale, une aventure qui se poursuit pour deux clubs en très grande difficulté cette saison. Saint-Étienne s’est rassuré face à Jura Sud en remportant la rencontre 4-1, après un début de match marqué par des pétards lancés entraînant une interruption du match dès la première minute de jeu. Après cet incident, les Verts ont vite ouvert le score grâce à Mickaël Nadé. Le second but inscrit par Arnaud Nordin intervient dans la foulée, six minutes plus tard au niveau du quart d’heure de jeu. Les Jurassiens se permettent encore de rêver en réduisant l’écart avant que le clou soit enfoncé par les Stéphanois avec les réalisations de Bakary Sako (82e) et Ryad Boudebouz (86e) en fin de partie (1-4).

Nancy a également validé son ticket pour les huitièmes de finale en s’imposant difficilement aux tirs au but face au Stade Rennais, actuellement 4e de Ligue 1. Ce sont pourtant les Rennais qui prennent l’avantage avec le but de Jérémy Doku avant l’heure de jeu. Cependant les Lorrains parviennent à recoller au score grâce à Mickaël Biron (1-1) entraînant ainsi la séance des tirs au but, constituée de six tireurs pour les deux formations (t.a.b 4-3). Le Sporting Club de Bastia également mal classé en Ligue 2 (18e) s’est offert une équipe de l’étage supérieur en battant le Clermont Foot (2-0).

Le sud au rendez-vous

Marseille, Monaco et Montpellier ont validé leur qualification en huitièmes de finale. Dans une rencontre opposant deux clubs de l’élite, le Montpellier Hérault Sport Club s’est qualifié à la Mosson face au Racing Club de Strasbourg (1-0). Mihailo Ristić est l’unique buteur du match à la 20e minute de jeu. Plus au nord, l’AS Monaco s’est illustré sur la pelouse de Quevilly Rouen Métropole avec notamment un doublé de Kevin Volland (1-3). Tandis que l’Olympique de Marseille n’a fait qu’une bouchée de Chauvigny (0-3) avec les trois buts de Arkadiusz Milik (30e), Cengiz Ünder (41e) et Amine Harit (81e).

À noter que l’OGC Nice est également dans la cour des huitièmes automatiquement suite aux exclusions du Paris FC et de l’Olympique Lyonnais. Les deux dernières rencontres se sont déroulées lundi 3 janvier et ce mardi 4 janvier avec la qualification du Paris Saint-Germain (0-4), projeté par le but de Presnel Kimpembe et suivi du triplé de Kylian Mbappé face à Vannes (N2).  

Le LOSC : le gros perdant

Dans le derby du nord entre Lens et Lille, le LOSC pensait tenir sa qualification en terre lensoise, guidé par le doublé d’Amadou Onana en première période. Cependant, le second acte s’est paré des couleurs Sang et Or, les Lensois prenant le contrôle du match. Tout comme les Dogues, la formation lensoise est propulsée pour renaître de ses cendres par un doublé, celui de Seko Fofana. Un second but qui intervient à la 90+5 pour arracher la séance de tirs au but avec le score de 2-2 projeté sur l’écran géant du stade Bollaert-Delelis. Ce dénouement sourit aux joueurs lensois au bout de la nuit (t.a.b 4-3). Les 5000 supporters lensois présents peuvent ainsi achever cette victoire incroyable en résonnant le chant de La Lensoise. De quoi finir en beauté les 16e de finale du côté de Lens. Le LOSC peut que se mordre les doigts. La Coupe de tous les possibles a bien porté son surnom.

 


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une