Nous suivre

Ligue 1 2021-2022

Ligue 1 : La 32ème journée à la loupe

Publié le

Ligue 1 La 32ème journée à la loupe
Photo Icon Sport

LIGUE 1 2021-2022 – Alors que la 32ème journée de Ligue 1 débute ce vendredi soir, la rédaction vous propose un petit tour d’horizon sur ce qu’il ne faudra pas rater de cette journée.

Vous avez prévu de suivre la Ligue 1 ce week-end ? Mais vous n’avez pas encore pris connaissance de son programme en détail ? Suivez le guide. On vous propose un petit tour des différents enjeux et ce qu’il ne faudra pas rater ce week-end. Avec en ligne de mire un certain PSG – OM.

Le choc : PSG – OM

Ce week-end, tous les yeux ou presque seront braqués vers ce match. Tout d’abord, parce qu’il s’agit du Classico français. Un duel où quelques matchs ont été mémorables entre les deux clubs. Mais aussi et surtout parce que cette rencontre mettra aux prises le leader face à son dauphin. Si le titre est presque acté pour les Parisiens qui possèdent 12 points d’avance, il s’agira de conclure, ou presque, face à son meilleur ennemi. Au sein d’un Parc des Princes qui sera comble mais une nouvelle fois sans supporters marseillais, l’objectif sera également de renouer avec l’amour de ses Ultras du côté du PSG.

Car si l’affiche s’annonce belle sur le terrain, l’ambiance, une fois n’est pas coutume, en ce dimanche pascal, ne devrait pas être à la fête dans les tribunes. Mais entre des Marseillais irrésistibles depuis un mois et l’association enfin palpable de la MNM, ce match a tout pour nous faire saliver. Et pour nous faire oublier le triste match aller soldé sur un score nul et vierge.

Le joueur à suivre : Tetê

Il est arrivé un petit peu en catimini. Mais après ses premières minutes disputées, il a déjà fait du bruit. Lancé il y a 15 jours par son compatriote Claudio Caçapa face à Angers, il permettait déjà aux siens de s’imposer sur le fil. Arrivé en provenance du Shaktar Donestk suite à la guerre régnant en Ukraine, il a atterri chez les Gones alors que de nombreux clubs européens le suivaient.

Doté de qualités de percussion et dribbleur dans l’âme, le Brésilien a tout pour apporter une plus-value non négligeable à l’effectif de Peter Bosz. Si son avenir à long terme n’est pas tracé, il aura à cœur de montrer tout son talent durant ses 3 mois au sein du club rhodanien. Et cela tombe bien, pour les hommes de Jean-Michel Aulas, le temps est aussi compté. Encore plus depuis la lamentable élimination jeudi soir en Europa League.

L’équipe : l’OGC Nice

Habituellement nous mettons en avant les équipes en réussite. Mais il semblait important d’évoquer le cas des Aiglons. Car depuis un mois et leur victoire face au PSG, les joueurs de Galtier sont en perte de vitesse. En témoigne leur déroute à Lens le week-end dernier (3-0). Alors qu’ils étaient installés sur le podium depuis de longues semaines, les Niçois en sont désormais décrochés.

Pire, ils sont même menacés par le voisin monégasque ou Lille pour une qualification en Ligue Europa. Opposés à Lorient, les coéquipiers d’Amine Gouiri n’auront pas le droit à l’erreur. Peu séduisant dans le jeu, l’OGCN devra retrouver la réussite qui lui collait à la peau en début de saison. Si la méthode Galtier n’est pas remise en cause, les Aiglons ont tout de même du plomb dans les ailes.

Le match de la peur : Metz – Clermont

Le temps presse pour ces deux équipes. Et davantage encore pour les Grenats. Défaits à Bordeaux la semaine passée dans un match déjà crucial, Metz doit s’imposer à tout prix ce dimanche. Lanternes rouges et à 4 points du barragiste stéphanois, les Mosellans n’ont plus le choix. Face à eux, une autre équipe qui s’engouffre doucement dans les profondeurs du classement. Le Clermont Foot reste en effet sur 5 défaites d’affilée. Et la dernière en date face au PSG (6-1) n’a pas aidé leur différence de buts. Alors qui de Metz ou Clermont tentera de sortir la tête de l’eau ?

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une