Nous suivre

Football

Ligue des Champions : Chelsea impose sa loi face au LOSC

Publié le

Ligue des Champions Chelsea impose sa loi face au LOSC
Photo Icon Sport

LIGUE DES CHAMPIONS – Les hommes de Jocelyn Gourvenec défiaient les champions d’Europe en titre, les Blues de Chelsea, ce soir à Stamford Bridge. Sur le papier, la tâche s’annonçait compliquée. Dans les faits, cela s’est confirmé. Les Lillois s’inclinent 2-0 et devront réaliser un exploit dans 3 semaines.

Après la belle victoire du PSG face au Real Madrid la semaine passée, le deuxième club français entrait en lice ce soir pour le compte des 8e de finale de la Ligue des Champions. Le LOSC, champion de France en titre, se rendait chez le champion d’Europe en titre Chelsea. Avec un rôle d’outsider qui lui va si bien depuis le début de la compétition, le LOSC voulait faire déjouer les pronostics.

Chelsea et Havertz démarrent fort

Dans un système classique, Thomas Tuchel choisissait de se passer de son attaquant vedette Romelu Lukaku pour cette rencontre. A la pointe de l’attaque, on retrouvait l’Allemand Kai Havertz. Et ce choix, en début de match, allait s’avérer payant. En effet, l’ancien joueur du Bayer Leverkusen était alors dans tous les bons coups. Dès la 4e minute, suite à un bon centre d’Azpilicueta, sa reprise à bout portant passa au-dessus du cadre. 3 minutes plus tard, c’est Pulisic qui le servait. D’un crochet et d’une belle frappe du gauche, il était à deux doigts de trouver la faille. Mais Jardim repoussait en corner. Et sur le corner frappé par Zyiech, cette fois, c’était la bonne pour le numéro 29. Échappant au marquage laxiste des Lillois, sa tête faisait mouche. Les Blues ouvraient le score, et le début de match était très compliqué pour les Dogues.

Sous l’impulsion de Sanches, le LOSC reprend espoir

Mais si le premier quart d’heure aura donc été très compliqué pour le LOSC, les Nordistes allaient refaire surface petit à petit dans ce match. Hormis une belle occasion de Marcos Alonso à la 18e, les coéquipiers de Benjamin André n’allaient guère être inquiétés par la suite. Et si le LOSC a pu sortir un peu la tête de l’eau, il le doit notamment à un homme : Renato Sanches. Le Portugais se montrait disponible pour pouvoir orienter le jeu vers l’avant, et brillait par sa qualité technique.

Ce que n’arrivent pas à faire ses partenaires depuis le coup d’envoi et notamment Onana qui semblait dépassé. C’est d’ailleurs le joueur formé à Benfica qui à la 39e réussissait un petit festival avant de voir sa frappe fuire le cadre. Mais si Lille faisait pratiquement jeu égal avec Chelsea et avait plus de tentatives à son actif, les grosses occasions se faisaient tout de même rares. Mais avec un Bamba également très actif, les Lillois après un début timide, pouvaient espérer.

Un début de seconde période haché

Les Blues débutaient la seconde période à nouveau sur un gros rythme et insistaient en passant essentiellement par la droite. Et à la 53e minute, Çelik intervient deux fois dans sa surface pour sauver son équipe par deux fois. D’abord sur un centre de Kanté vers Ziyech, ensuite pour contrer une frappe d’Alonso. Mais les principaux faits marquants de ce début de second acte étaient les sorties sur blessure de Kovacic et Zyiech remplacés respectivement par Loftus-Cheek et Saul Niguez.

Mais au milieu, rayonnait encore et toujours un homme chez les Blues. Contrarié par des blessures cette saison, il répond présent comme bien souvent lorsqu’il est aligné. Lui, c’est bien entendu N’Golo Kanté. Auteur de récupérations importantes, il se projeta et lança parfaitement Pulisic à la 63e minute. Et l’Américain ne se faisait pas prier pour tromper Jardim dans la surface. 2-0,  les hommes de Tuchel faisaient preuve d’un réalisme criant.

David à l’image des siens, bien trop discret

Si Kanté aura été l’un des hommes forts de ce match, les Lillois n’auront pu s’appuyer sur leur meilleur atout ce soir. Étincelant en début de saison, Jonathan David n’a toujours pas trouvé le chemin des filets en 2022. Pourtant pas forcément à son aise face à des joueurs rapides, la défense de Chelsea n’aura jamais été inquiétée à ce sujet. Auteur d’une prestation terne, le Canadien allait rejoindre le banc de touche à 10 minutes du terme.

Malgré 13 tentatives côté Lillois, 2 seulement trouvaient le cadre, comme cette tête de Botman qui n’inquiétait pas Mendy à la 70e. Les Blues de leur côté gérait la fin de match en se dirigeant vers un succès tout en maîtrise. Dans 3 semaines, au stade Pierre Mauroy, les Lillois devront en faire preuve et amener de la folie pour réaliser un véritable exploit.

 

 

Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une