Nous suivre

Football

Ligue des Champions : Keylor Navas, l’ange gardien du PSG

Publié le

Ligue des Champions : Keylor Navas, l'ange gardien du PSG
Photo Franck Fife / AFP

Le portier du Paris Saint-Germain, Keylor Navas, a une nouvelle fois réalisé une prestation de haut vol hier soir. Une performance qui a grandement contribué à la qualification de son équipe. Le Costaricien a été à la hauteur de l’évènement. Comme depuis son arrivée à Paris.

S’il ne fallait retenir qu’un nom de la rencontre d’hier soir entre le PSG et le FC Barcelone, tout le monde serait sans doute unanime. Il s’agit bien entendu de celui du gardien du club de la capitale : Keylor Navas. Arrivé il y a un peu moins de 2 ans dans la capitale pour environ 15 millions d’euros, l’homme aux 3 Ligues des Champions est sans doute l’un des investissements les plus rentables de ces dernières années. Et ce n’est bien entendu pas le match d’hier qui va nous faire dire le contraire.

9 arrêts à mettre à son actif

On ne va pas se mentir. Si le PSG est aujourd’hui en quarts de finale de la C1, sur le match d’hier, il le doit en très grande partie à son gardien. Il a été le seul avec son capitaine Marquinhos à avoir su se montrer au niveau de l’événement. Sans lui, après une première mi-temps indigne de ses partenaires, on ne peut dire si le PSG serait encore en lice à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Le dernier rempart des Rouge et Bleu s’est montré décisif. Notamment face à Ousmane Dembélé. L’international français, virevoltant et très en jambes aura cependant péché dans le dernier geste.

Que cela soit à la 11ème, 18ème ou 34ème minute, il aura trouvé à chaque fois sur son passage les gants de Navas. Si Dembélé a été mis en défaut, il n’aura pas été le seul. En effet, que dire de cette parade exceptionnelle face à Sergino Dest à la 23ème ? Un arrêt du bout des doigts, un ballon détourné sur sa barre suite à une frappe surpuissante de l’Américain en angle fermé. Tout simplement époustouflant.

Un tournant : son duel remporté face à Messi sur penalty

S’il ne peut en revanche pas grand chose sur le bijou de Messi à la 37ème minute, il allait entrer de plain-pied dans la légende du club quelques minutes plus tard. Dépassé comme la majorité de ses partenaires, Layvin Kurzawa provoqua comme au match aller un penalty en toute fin de première période. Un duel Messi/Navas au bon souvenir de leurs duels en Liga. A l’aller, la Pulga avait réussi à le transformer. Mais cette fois, le gardien parisien sortait vainqueur de ce duel. Un tir dévié de la jambe sur sa transversale qui allait donné une bouffée d’oxygène à ses partenaires. Et les mener vers une qualification.

Cet arrêt constitue sans doute le point d’orgue de la prestation XXL de Navas. Il aura permis à ses partenaires de se remettre à l’endroit en seconde période. Les Catalans tenaient le ballon mais n’auront réussi à inquiéter Navas qu’à une seule reprise par l’intermédiaire de Busquets. Un arrêt une nouvelle fois de grande classe sur une tête vicieuse du Barcelonais à la 61e minute.

« C’est un des meilleurs gardiens du monde »

Mauricio Pochettino, qui a avoué à l’issue de la rencontre qu’il avait dû hausser le ton à la mi-temps, a également tenu à mettre en avant la performance de son gardien. « Évidemment, nous n’étions pas contents de la première période, mais les joueurs étaient les premiers à ne pas l’être. Je crois qu’en première période nous avons trop gambergé sur le terrain, on ne pensait pas au jeu mais à cette qualification. Je leur ai dit. Il y avait trop d’influences négatives. On devait penser au jeu et oublier ces influences. » Et d’ajouter donc : « Keylor a été incroyable. Il a vécu une soirée de dingue, fait un match énorme. Il a aidé l’équipe et c’est en partie grâce à lui si on est qualifiés. C’est un des meilleurs gardiens du monde et il l’a démontré ce soir au Parc ». Nous sommes même légitimement en mesure de nous questionner s’il n’est pas tout simplement le meilleur à l’heure actuelle ? Seul petit bémol, son jeu au pied parfois défaillant, mais il faut bien lui trouver un léger défaut.

Une pensée pour Sergio Rico

Et le principal intéressé, quant à lui, qu’à-t-il pensé de sa performance ? Comme sur le terrain, lorsque le micro lui est tendu il fait preuve d’une grande classe. Voici ce qu’a affirmé celui qui a reçu le trophée d’homme du match à l’issue de la rencontre. « Je suis très content, je remercie Dieu ce soir. C’était un match difficile, on avait tous envie de bien jouer et de tirer profit de la bonne performance du match aller. C’est toujours difficile d’arrêter un penalty, surtout face à Messi qui les tire très bien, mais grâce à Dieu je suis resté concentré et ça m’a permis de l’arrêter. J’en suis très content, ça a donné beaucoup d’énergie à tout le monde. Cet arrêt, je le dédie à Sergio Rico (qui a perdu son père) et sa famille qui traversent des moments difficiles. Il a tout mon soutien.»

S’il est de coutume qu’une équipe pour aller au bout d’une compétition doit notamment s’appuyer sur un grand gardien, le PSG en a un dans ses rangs. Et c’est sans doute grâce à lui qu’il peut continuer à rêver plus grand.

Julien Correia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une