Nous suivre

Basket-ball

Ligue des Champions : Trop brouillonne, la JDA Dijon s’incline à Lavrio

Publié

le

Ligue des Champions : Un Dijon revanchard effectue sa rentrée européenne
Photo Icon Sport

LIGUE DES CHAMPIONS 2021-2022 – Pour ses débuts européens en Ligue des Champions, Dijon est parti du mauvais pied en s’inclinant 65-63 sur le parquet du Lavrio Megabolt. Trop limitée offensivement, la JDA n’est pas parvenue à mettre le coup de collier nécessaire pour faire la différence au terme d’une rencontre accrochée.

La nouvelle campagne européenne de la JDA Dijon débutait ce mardi soir. Pour entamer cette phase de poules où ils seront également confrontés à l’Unicaja Malaga et au Nizhny Novgorod, les Dijonnais se déplaçaient sur le parquet du Lavrio Megabolt. Vice-champion de Grèce surprise la saison dernière, le club grec représentait donc un adversaire costaud à aborder pour cette première. Recruté en tant que joker médical pour pallier l’absence de Joshiko Saibou, Toni Katic effectuait ses débuts avec la JDA.

Un festival de maladresses au shoot

C’est dans une salle quasiment vide que le coup d’envoi est donné. Hors de ses bases, la JDA peine à imposer son jeu. Les systèmes sont bien exécutés mais manquent de percussion pour déstabiliser une défense grecque bien en place. Si à l’intérieur Jacques Alingue fait vivre un cauchemar à Dimitrios Kaklamatis, le backcourt se fait mettre à l’amende, notamment par un Vasilis Mouratos intenable dans les premières minutes (8 points en 6 minutes). Menée 14-6, la JDA parvient à recoller en fin de premier quart grâce aux 8 points de Rashard Kelly, et à une défense de plus en plus étouffante symbolisée par 4 interceptions.

Toutefois, si la défense est bien mise en avant dans cette rencontre, la maladresse des deux équipes atteint des sphères incroyables. L’adresse générale des deux côtés est affreuse (40% de réussite en global). Si l’on prend seulement celle derrière l’arc, cela ressemble plus à un concours de lancé de briques (1/9 pour les Grecs, 2/10 pour les Français). Finalement, Chase Simon et David Holston évitent le zéro pointé en trouvant la mire en fin de deuxième quart.

Quelques individualités parviennent à se démarquer comme Toni Katic côté Dijonnais, mais la pauvreté offensive des deux équipes permet au moins d’avoir un match très disputé sur un score peu élevé. Histoire de garder tout le monde réveillé, Marcus Lewis a lui décidé de faire le spectacle en claquant deux énormes dunks sur la défense dijonnaise. A la pause, le Lavrio Megabolt fait donc la course en tête, mais de seulement deux petits points (30-28).

Kenny Goins punit une JDA brouillonne

Toujours solide défensivement, la JDA doit composer avec un David Holston gêné par des problèmes de faute. Ce dernier est donc limité, et son équipe s’en remet au duo Rashard Kelly (14 points, 8 rebonds) – Chase Simon (15 points) pour assurer le scoring. Ils sont les seuls dijonnais à marquer dans un troisième quart où les deux équipes ne parviennent pas encore à inscrire plus de 15 points. Côté Grec, Tyson Carter prend le relais de Vasilis Mouratis pour permettre aux siens de tenir la cadence.

Progressivement, les Dijonnais commencent à régler la mire derrière l’arc. Suite à deux ogives de Chase Simon et David Holston, ils prennent la tête d’une partie qui devient encore plus hachée à mesure que le money-time se rapproche. Toutefois, cet avantage est court puisque derrière Dimitrios Kaklamanakis (13 points), Lavrio passe un 9-2 qui met Dijon dans une mauvaise posture. A deux minutes de la fin, Tyson Carter (15 points) vient même donner cinq points d’avance à son équipe grâce à un panier à trois points destructeur. En grande difficulté offensivement, la JDA manque cruellement d’inspiration et de réussite.

Néanmoins, Sek Henry et David Holston (13 points) vont inscrire deux paniers cruciaux dans les derniers instants pour recoller à 63-63 dans les trente dernières secondes. Les espoirs seront finalement de courte durée puisque Kenny Goins marque sur l’attaque suivante un panier qui sera décisif, la dernière possession ne donnant rien. Au terme d’un match très accroché, les hommes de Nenad Markovic repartent donc de Grèce avec une défaite, 65-63 pour lancer leur saison européenne.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une