Nous suivre

Football

Marseille – Atalanta : Les notes de l’OM

Etienne Goursaud

Publié le

Marseille - Atalanta Les notes de l'OM
Photo Icon Sport

LIGUE EUROPA 2023-2024 – Découvrez les notes de l’OM face à l’Atalanta, après le match nul entre les deux équipes (1-1).

OM – Atalanta : les notes des Marseillais

Pau Lopez – 6

Un match dans lequel il n’a pas eu beaucoup de travail à faire. On saluera une belle parade sur Gianluca Scamacca (51e) et le fait qu’il ait été globalement sûr dans ses prises de balle et dans son jeu au pied.

Jonathan Clauss – 5

Un match bien timide de l’international français qui n’a pas pesé du tout offensivement dans cette partie, malgré un rôle de piston. De plus, il a connu pas mal de déchet, avec quinze ballons perdus, plus d’un tiers (41 touchés). En revanche, défensivement, il a plutôt été solide. Remplacé par Quentin Merlin (65e).



Chancel Mbemba – 7

Il couvre Gianluca Scamacca sur l’ouverture du score des Italiens (11e). Mais se rattrape magnifiquement avec une égalisation absolument sublime de près de 25 mètres (20e). Très bon dans ses relances et dans ses interventions.

Leonardo Balerdi – 7

Il a fait un gros match défensivement, en étant un roc. Avec pas moins de treize interventions défensives dans son match. Et il est vrai que les attaquants italiens se sont éteints après la première demi-heure de jeu et il n’y est pas étranger. Le seul bémol de son match, ce sont ses quatre fautes concédées. Il a d’ailleurs été averti (70e).



Michael Murillo – 5

Il oublie totalement dans son dos Gianluca Scamacca sur l’ouverture du score de l’Atalanta (11e). Une action qui coute cher et qui plombe un match par ailleurs plutôt correct de sa part. Remplacé par Azzedine Ounahi (72e). Qui trouve la barre sur sa première touche de balle (74e).

Luis Enrique – 5,5

Il a été très actif offensivement dans le premier acte, multipliant les montées et en se montrant dangereux. Notamment, sur un superbe centre qui a fait passer un frisson dans la défense adverse (15e). Et il a été beaucoup moins bon dans le second acte. Il est hors-jeu au départ de l’action, sur le but refusé pour son équipe (64e). Deux petits pas qui auraient pu faire basculer le match dans le sens de son équipe.

Geoffrey Kondogbia – 6

Passeur décisif pour Chancel Mbemba (20e). Une première mi-temps avec pas mal de déchet (23 ballons à la pause et six perdus). Et une seconde où il a fait preuve de davantage de maîtrise technique (58 ballons, huit perdus sur l’ensemble du match). Cela a coïncidé avec une plus grande maîtrise de son équipe. Il a essayé, avec une frappe au-dessus (58e). Il n’a pas rechigné dans le travail défensif, avec cinq interventions.

Amine Harit – 6

Il a tenté pas mal de choses dans ce match. Avec certains mouvements intéressants, comme cette belle passe pour Pierre-Emerick Aubameyang (34e). Mais surtout ce contre parfaitement négocié pour lancer l’attaquant gabonais (42e). Mais il y a eu du moins bon comme un certain manque de spontanéité quand des décalages étaient faits. Remplacé par Iliman Ndiaye (72e).

Jordan Veretout – 6,5

Sa première période est offensive, à l’image d’un très bon ballon vers Luis Enrique (15e) au départ de la première grosse occasion marseillaise. Elle a aussi été marquée par du déchet, avec pas moins de 12 ballons perdus sur 29 touchés. Comme Geoffrey Kondogbia, il a ensuite mis de l’ordre dans sa qualité technique (sept ballons perdus sur 33 touchés). Et a été une vraie arme offensive, avec trois passes clés.

Ismaïla Sarr – 4,5

De l’envie, c’est indéniable. Mais qui ne compense pas ses trop nombreuses maladresses. Avec neuf ballons perdus sur 21 touchés. Mais aussi une action sur laquelle il tergiverse trop (48e). Il aurait pu être celui qui délivre l’OM, mais son but est refusé pour un hors-jeu au départ de Luis Enrique (64e). Remplacé par Faris Pemi Moumbagna (65e)

Pierre-Emerick Aubameyang – 5

Il a été actif dans le jeu de son équipe, n’hésitant pas à décrocher de son poste pour dynamiser le jeu collectif. Mais il mange aussi la feuille. Notamment sur ce contre où il croise trop sa frappe, malgré une position plus que favorable (42e). Il s’offre une nouvelle belle occasion en début de second acte (47e).

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *