Nous suivre

Tennis

Masters 1000 masculin de Montréal : Ruud, Hurkacz, les principaux résultats de la nuit

Avatar

Publié le

Masters 1000 masculin de Ruud, Hurkacz, les principaux résultats de la nuit
Photo Icon Sport

MASTERS 1000 MESSIEURS DE MONTRÉAL – Stupeur sur le central! Félix Auger-Aliassime passe à côté de son match face à Casper Ruud. Ce dernier affrontera en demi-finale Hubert Hurkacz, tombeur de Nick Kyrgios. Dan Evans et Pablo Carreno-Busta s’affronteront dans la seconde demi-finale.

Un duel de titans a lancé la journée de vendredi à Montréal. D’un côté, un Nick Kyrgios en forme avec 9 succès consécutifs et en face, Hubert Hurkacz, 10ème mondial. Les deux joueurs se rendent coups pour coups, ne concédant que peu d’ouvertures pour se faire breaker. Le jeu décisif est inéluctable dans ce 1er set. Et c’est le Polonais qui en sort vainqueur. En terme de statistiques, les 2 joueurs sont proches en ce 1er set, même si l’Australien a marqué plus de points gagnants. Dans le 2ème set, toujours aucun break mais déjà plus d’opportunités sur les services adverses mais chacun défend bien ses mises en jeu. Là encore, le tiebreak est logique vue la physionomie du set. Cette fois-ci, l’Australien gère mieux les points importants et force la tenue d’un dernier set. Avec de la confiance et le momentum, Nick Kyrgios va t’il retrouver les demi finales d’un Masters 1000? Réponse après une pause toilette de son adversaire.

Le natif de Canberra ne semble pas forcément apprécié et la trouve longue. Il dira lui même après le match qu’il s’était refroidi. Son impatience et sa nervosité l’ont elles sorti de son match? C’est possible. Mais le fait est que le Polonais a déroulé sur ce set a enfin pris le service adverse pour rapidement mener 3-0. La messe était dite et le Polonais s’envole vers sa 4ème demi-finale de Masters 1000 en carrière, la 2ème cette saison (7-6 6-7 6-2). Va t’il retrouver les joies d’une finale comme en 2021 à Miami? Réponse samedi. Il a aussi remporté son quart de finale en double avec son compatriote Jan Zielinski.

Felix Auger-Aliassime dépassé et balayé

2ème quart de finale sur le central pour désigner l’adversaire de Hubert Hurkacz devant une foule nombreuse et bruyante. En effet, c’est l’heure pour le héros local d’entrée dans l’arène et d’écrire sa légende. Mais en face du Canadien Felix Auger-Aliassime se trouve le Norvégien Casper Ruud, toujours difficile à manœuvrer. Pas de ronde d’observation entre les 2 joueurs. La foule est en délire tout de suite car le Montréalais prend d’entrée le service adverse. De quoi faire le plein de confiance et faire la course en tête.

Las, le Norvégien revient directement au score et impose son jeu. Et de quelle manière! Il est largement au dessus de son adversaire qui prend l’eau à domicile. Le Canadien encaisse 10 jeux consécutifs!!!!! Le joueur et le publics sont KO debout, groggy. Felix erre sur le court tel un fantôme face à un Casper précis et sur de son jeu. Le manque de confiance sur ce match est criant pour le canadien qui rate de belles opportunités de revenir au score et donne la pierre pour se faire battre en bout de ligne. Finalement, Casper Ruud décroche sa victoire, méritée comme le reconnaîtra son adversaire en conférence de presse, en 1h15 (6-1 6-2). Le scandinave va disputer samedi sa 6ème demi-finale de Masters 1000 en carrière, la 3ème de la saison. Aucun de ces précédents bourreaux ne sont dans le tableau, serait-ce la bonne année?

Daniel Evans gagne son bras de fer contre Tommy Paul

Dans le 3ème quart de finale, l’Américain Tommy Paul, tombeur d’Alcaraz puis de Cilic dans le tournoi, croise le fer avec Daniel Evans, le Britannique, tombeur lui de Rublev. Dans les deux 1ers sets, chacun a le sien. Tout d’abord, le natif de Voorhees est au dessus et domine les débats. Solide sur son service, il se créé des opportunités en retour et finit par faire craquer son adversaire. Le 2ème set est plus équilibré, mais le Britannique force la décision sur sa seconde balle de break, en milieu de set. Suffisant pour précipiter une 3ème manche. Les 2 joueurs régalent le public, nombreux et chaleureux, avec de beaux échanges et quelques trajectoires de balles: passings, lobs et amortis vont bon train sur le central. Evans profite de son momentum pour prendre le service de Paul en début de set et se rapprocher de sa 2ème demi finale en Masters 1000 (après Monte Carlo 2021). Il résiste à l’Américain et conclue sur son service. Un très gros match de part et d’autre. (1-6 6-3 6-4)

Carreno-Busta en demi-finale

Le dernier duel passionne un peu moins les foules que les précédent mais les joueurs n’en ont cure puisqu’ils se livrent une belle bataille. L’Anglais Jack Draper, issu des qualifications, n’a toujours pas perdu un set depuis son arrivée à Montréal. Il a toutefois bénéficié de 2 abandons dans son parcours, dont Gaël Monfils au tour précédent. Face à lui, l’Espagnol Pablo Carreno-Busta, médaillé de bronze aux derniers JO, n’a pas non plus perdu de set. Il a sorti Sinner et Berretini lors des 1ères rondes.

Le 1er jeu donne le ton en durant 10 minutes. Les échanges sont longs en début de match. L’Espagnol domine globalement le match dans le 1er set. Draper a du mal sur son service et doit souvent sauvent des balles de break. Carreno-Busta trouve enfin la faille et semble se diriger vers le gain de la 1ère manche. Une déconcentration procure une occasion que Draper s’empresse de saisir pour revenir dans la partie. Le jeu décisif est plus ou moins conforme avec le set, même si le natif de Gijon se fait peur en concédant ses 2 premiers services. Il se ressaisit et remporte le set. Pour la seconde manche, bis repetita avec Carreno-Busta solide sur son service et Draper qui soir s’avouer vaincu en luttant pour garder son service. Il faut tout de même 3 balles de match à l’Espagnol pour conclure la partie, l’anglais vendant chèrement sa peau, mais l’expérience et la fraîcheur font finalement la différence (7-6 6-1).


Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une