Nous suivre

Escrime

Mieux comprendre le handisport : l’escrime

Maxime Boulard

Publié

le

Maxime Valet Escrime fauteuil
Photo F. Perville/France Paralympique

HANDISPORT – À quatre mois des Jeux Paralympiques de Tokyo, il est temps de réviser. Si certaines disciplines sont inconnues, les catégories peuvent être aussi difficiles à assimiler. Voici ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre et ainsi profiter des exploits des sportifs. Deuxième numéro, l’escrime fauteuil.

Les règles

Aux Jeux Paralympiques, l’escrime ne se pratique qu’en fauteuil roulant. Comme pour les valides, les trois armes y sont représentées, le fleuret, le sabre et l’épée. Si d’ordinaire chaque escrimeur pratique une seule arme, les escrimeurs handisport doivent pratiquer deux armes pour participer aux grands rendez-vous. Le fauteuil, est bien entendu l’élément le plus important, fixé au sol, il ne permet pas de s’approcher ou de s’éloigner de son adversaire.

  • Les armes

Le fleuret : On ne peut toucher son adversaire qu’au niveau du tronc. Pour marquer un point, le tireur doit prendre la priorité, c’est-à-dire qu’il doit attaquer en premier ou alors il doit parer l’attaque adverse. Seule la pointe de l’arme peut toucher.

Le sabre : La zone de touche se limite à la partie supérieure du corps (masque compris). Comme au fleuret, il faut avoir la priorité pour valider un point. Il est possible de toucher avec toute la longueur de la lame.

L’épée : Comme au sabre, uniquement la partie au-dessus de la taille est valable. C’est la pointe de l’épée qui doit toucher l’adversaire. La plus grosse différence avec les deux autres armes, est qu’il n’y a pas de priorité. Ainsi, si les deux tireurs se touchent en même temps, les deux marquent le point.



Les types de handicap

Si tous les tireurs sont des athlètes en fauteuil aux Jeux, plusieurs handicaps sont concernés.

  • Handicap neurologique d’origine : paralysies, poliomyélite…
  • Paraplégie et tétraplégie
  • Handicap neurologique évolutif : myopathies, amyotrophies, sclérose en plaques…
  • Paralysie cérébrale
  • Hémiplégie
  • Handicap orthopédique

Les catégories

En escrime handisport, seules trois catégories sont présentes aux Jeux Paralympiques.

  • Catégorie A : Dans cette catégorie, tous ont un handicap aux membres inférieurs.
  • Catégorie B : Cette catégorie regroupe les escrimeurs ayant des difficultés à bouger le tronc.
  • Catégorie C : Tous ont des handicaps affectant les membres supérieurs et inférieurs et en particulier le bras qui tient l’arme.

Et la France dans tout ça ?

Nation forte de l’escrime handisport mondial, la France a glané 140 médailles pour 61 titres paralympiques. Troisième discipline ayant apporté le plus de médailles aux Jeux, les Tricolores ont brillé à toutes les époques.

  • Christian Lachaud : 11 titres paralympiques
  • André Hennaert : 12 titres paralympiques
  • Robert Citerne : 6 titres paralympiques, 6 titres mondiaux, 12 titres européens (50 médailles internationales).

Maxime Boulard


Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?