Nous suivre

Championnat du monde handball féminin 2023

Mondial féminin de handball 2023 : Les Bleues récupèrent la première place aux Norvégiennes

Sophie Clapier

Publié le

Mondial féminin de handball 2023 Les Bleues récupèrent la première place aux Norvégiennes
Photo Icon Sport

MONDIAL FÉMININ DE HANDBALL 2023 – Au terme d’un gros combat, les Bleues se sont imposées 24-23 face aux Norvégiennes. Une grosse victoire face aux favorites qui leur permet de récupérer la première place du groupe à la Norvège. Elles affronteront la République Tchèque en quarts de finale, la Norvège prendra les Pays-Bas.

Malgré la qualification pour les quarts déjà dans la poche pour l’équipe de France, il y avait de l’enjeu dans cette rencontre face à la Norvège. Et cela s’est ressenti dès le coup d’envoi. Les Bleues ont très mal attaqué ce choc au sommet. Mises en échec par Solberg, ni Nze Minko ni Alicia Toublanc ne parvenaient à ouvrir le compteur tricolore. En revanche, Skogrand, Oftedal ou encore Reistad trompaient sans trembler Laura Glauser, les hôtes s’échappaient (0-3). La capitaine française voyait son face-à-face avec Solberg repoussé par la barre transversale avant que Laura Flippes n’arrête les frais pour les Bleues (1-3, 5′40). Cinq minutes à la traîne avant de mettre le moteur en route pour rivaliser avec l’armada norvégienne.

Les Bleues font jeu égal avec les Norvégiennes

Estelle Nze Minko interceptait le cuir et ne manquait pas son second duel avec la portière adverse, ramenant l’équipe de France à une longueur (4-5). Pauletta Foppa égalisait quelques instants plus tard puis Orlane Kanor s’envolait pour mettre les Bleues en tête pour la première fois du match (8-7, 15′46). La cinquième perte de balle norvégienne ne permettait pas aux Françaises de prendre plus d’avance, mais Bouktit, à cinq minutes de la pause, les mettait à +2. Un écart qui fondait comme neige au soleil après des réalisations d’Hovden et Deila. La longue pause – huit minutes quand même – due à un problème technique avait freiné la bonne dynamique des Bleues qui tenaient néanmoins la dragée haute aux championnes du monde en titre avant la mi-temps.

La Norvège reprenait rapidement les commandes sur un but de Skogrand (13-14). Cependant, les Norvégiennes avaient bien des difficultés à trouver les ouvertures dans une défense française haute et agressive. Après plus de cinq minutes sans marquer, elles affichaient un déficit de trois buts et les Bleues avaient repris le jeu à leur compte (18-15). Les deux minutes de suspension pour Laura Flippes coûtaient cher aux joueuses d’Olivier Krumbholz, les Norvégiennes revenant au score dans la foulée (19-19). Laura Glauser répondait à Lunde, Ingstad à Nocandy. À dix minutes du terme, l’égalité était totale. À cinq minutes également.

Un money time fou

Les deux équipes se rendaient coup pour coup lors du money time. Malgré l’exclusion de Laura Flippes pour la troisième suspension temporaire, les Françaises tenaient. Chloé Valentini égalisait à 23-23 avec un peu de réussite à une minute du coup de sifflet final, Estelle Nze Minko offrait provisoirement la victoire aux Bleues avec sa sixième réalisation. Il restait moins de 30 secondes et Laura Glauser (10/32 à 31%) fermait la boutique pour la soirée. Grosse performance des Bleues qui ont limité l’attaque norvégienne sous la barre des 25 unités. Superbe victoire qui leur permet de prendre la première place du groupe avant les quarts de finale. Elles y affronteront la République Tchèque, la Norvège récupère donc les Pays-Bas.

Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, je le partage avec vous.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *