Nous suivre

Mondiaux d‘athlétisme 2019

Mondiaux d’athlétisme : focus sur le 3000 m steeple

Avatar

Publié

le

Reuters

À quelques jours des Mondiaux d’athlétisme à Doha, Dicodusport vous propose un focus sur les athlètes à suivre pour chaque épreuve. Aujourd’hui, place au 3000 m steeple.

Champion olympique et du monde en titre, Conseslus Kipruto n’est pas au meilleur de sa forme. Éloigné des pistes pendant 5 mois en raison d’une fracture de fatigue du talus du pied gauche, il a seulement couru trois fois cette saison et n’a pas fini sa course aux Jeux Africains. Pareil aux sélections kényanes il y a quelques jours où il a abandonné après quatre tours d’une course qui a débuté rapidement. Déjà qualifié pour les Mondiaux en tant que champion du monde, il n’était pas vraiment préparé et a voulu faire plaisir aux fans. Arrivera-t-il à retrouver son niveau à Doha ? Il a en tout cas un voeu, qu’un Kényan s’empare du record du monde, au pays de l’actuel détenteur du record depuis 15 ans : Saif Saaeed Shaheen (7’53″63). Sûr de lui, il sait qu’il arrivera en forme à Doha et espère même un podium 100 % kényan. Mais la concurrence sera rude.

Soufiane El Bakkali
Maroc 🇲🇦
23 ans
Championnats du monde
Médaille d’argent (2017)

Meilleur performeur de la saison, le Marocain s’est imposé à trois reprises en Diamond League.

Vice-champion du monde en 2017 derrière Kipruto, il incarne le renouveau de l’athlétisme marocain. L’année dernière, il réalisait le meilleur chrono de sa carrière en 7’58″15 sur la même piste que celle  où il a établi la meilleure performance mondiale de la saison cette année : à Monaco (8’04″82). Quatrième aux JO 2016, il pourrait être l’héritier d’Hicham El Guerrouj que le Maroc attend.

Il devra se méfier du jeune éthiopien Getnet Wale (19 ans) qui l’a bloqué lors du sprint final et coiffé sur la ligne en finale de la Diamond League à Bruxelles.


© AFP

Beatrice Chepkoech
Kenya 🇰🇪
28 ans

Quatrième lors des deux grandes dernières compétitions internationales (JO 2016, Mondiaux 2017), la Kényane aspire à sa première médaille mondiale. Et elle rêve même d’un triplé kényan. Sa deuxième victoire consécutive en finale de la Diamond League à Zurich a ouvert une place supplémentaire et elles seront donc 4 Kényanes à s’aligner sur 3000 m steeple : Beatrice Chepkoech, Hyvin Kiyeng, Celliphine Chespol et Fancy Cherono. Les trois premières citées sont dans le top 6 mondial.

Les Kényanes comptent courir en équipe et reconquérir l’or mondial et pourquoi pas un podium 100 % kényan. Médaillée de bronze en 2017, Kiyeng estime qu’elles ont retenu la leçon de 2017 lorsque les Américaines Emma Coburn et Courtney Frerichs avaient fait 1 et 2. Chepkoech était la favorite mais a raté une rivière et a dû revenir en arrière et Kiyeng qui revenait de blessure a dû se contenter du bronze. Chepkoech est une nouvelle fois favorite et a retenu la leçon. Déjà assurée de sa participation aux Mondiaux grâce à sa victoire en Diamond League, elle a tout de même participé aux Trials pour offrir son soutien à ses compatriotes et les pousser à aller vite. Chepkoech, Kiyeng (championne du monde 2015) et Chespol (vice-championne du monde U20) ont même franchi la ligne d’arrivée main dans la main.

C’était une manifestation d’unité et c’est notre plan d’aller et conquérir le monde de la même manière à Doha

Au meeting de Monaco au mois de juillet 2018, Chepkoech s’est emparée du record du monde : 8’44″32.


Côté Français

Le triple médaillé olympique (argent en 2008 et 2012, bronze en 2016), double médaillé mondial (bronze en 2011 et 2013) et quadruple champion d’Europe (2010, 2012, 2016, 2018) Mahiedine Mekhissi-Benabbad a déclaré forfait pour ces Mondiaux suite à une opération au tendon d’Achille.

© Photoathlé/FFA

Djilali Bedrani
25 ans

Djilali Bedrani réalise une très belle saison 2019. L’ancien militaire de première classe au 3e Régiment du Matériel à Muret a découvert l’athlétisme et l’endurance après 8 ans de football. Il a très bien débuté l’année en remportant l’or au 3000 m et l’argent au 1500 m des Championnats de France en salle. Aux Europe indoor, il a fini quatrième puis enchaîné avec un deuxième titre consécutif de champion de France de cross court. Il a d’abord battu son record sur 15000 m à Marseille (3’37″71) avant de battre son record personnel sur 3000 m steeple au meeting de Monaco (8’09″47). Cette performance l’a placé au quatrième rang des meilleurs chronos français derrière Mahiedine Mekhissi-Benabbad (8’00″09), Bouabdellah Tahri (8’01″18) et Joseph Mahmoud (8’07″62). C’est finalement une belle récompense puisqu’avec son coach, ils avaient planifié d’atteindre son pic de forme à Monaco.

Lors du meeting de Rabat au mois de juin, il avait déjà réalisé le temps requis pour Doha et pour les JO de Tokyo 2020. Son entraîneur Sébastien Gamel a confié qu’il franchissait un palier chaque saison et qu’il a encore une grosse marge de progression.

Fin juillet, il a remporté son premier titre de champion de France en plein air devant Yoann Kowal.
Celui qui fêtera ses 26 ans le 1er octobre prochain se donne les moyens pour progresser. Cette année, il a pu s’entraîner 1 mois au Kenya et 3 semaines en Afrique du Sud à plus de 1400 et 1300 mètres d’altitude.
Les JO de Paris sont son ultime objectif en carrière mais celui qui possède la 10e meilleure performance de la saison pourrait déjà nous éblouir dès les prochaines échéances.


© Photoathlé/FFA

Ophélie Claude-Boxberger
30 ans

La Française est dans une période délicate depuis 2018. En effet, elle a traversé une période d’usure physique et mentale : en 2018, elle a connu cinq sélections internationales et a été au bout de ses limites et elle n’a pas eu de coupure après la saison estivale. Des soucis extra-sportifs se sont ajoutés et elle a dû être hospitalisée à deux reprises. Elle n’en reste pas moins motivée pour ces Championnats du monde. Championne de France en salle sur 1500 m et 3000 m en début d’année, elle a perdu son titre sur 3000 m steeple en plein air cet été. En effet, depuis la fin de la saison en salle, elle souffre de problèmes gastro-intestinaux et lors des Championnats de France, elle a de nouveau été victime de douleurs au ventre (possiblement liés à la prise d’un antibiotique) et si elle a tenté d’attaquer à 800 m de l’arrivée, elle n’était pas en forme pour s’imposer et elle s’est arrachée pour le bronze (9’36″38). Elle a réalisé le niveau de performance requis par l’IAAF au meeting ibéro-américain fin juin mais n’a pas terminé sa course au meeting de Liège, a eu une course difficile aux Championnats de France et a terminé 6e aux Championnats d’Europe par équipes en 9’54″66, bien loin de son niveau de 2018.

 

Arlette


Journaliste/rédactrice depuis septembre 2015 - Supportrice de Chelsea, mes sports de prédilection sont le handball, l'athlétisme et le tennis. Si je tweete plus vite que mon ombre, vous pouvez aussi me retrouver les week-ends sur les playgrounds de Bruxelles pour un petit foot ou basket entre potes. Parcourir la France, l'Europe et plus si affinités pour suivre mes sportifs préférés ? Mon kif ! Et c'est avec plaisir que je partage les résultats des sports populaires mais également plus confidentiels pour Dicodusport.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une