Nous suivre

Roland-Garros 2021

Nadal – Djokovic, 57 confrontations et beaucoup d’interrogations

Vincent Soubabère

Publié

le

Nadal - Djokovic, 57 confrontations et beaucoup d’interrogations
Photo Icon Sport

ROLAND-GARROS 2021 – Comme on pouvait s’y attendre, Rafael Nadal et Novak Djokovic se retrouveront bien, ce vendredi, dans une demi-finale qui promet d’être haletante. Les deux joueurs se sont débarrassés respectivement de Schwartzman et Berrettini en quatre sets en quarts de finale. Ils s’affronteront pour la 58ème fois.

Un H2H général équilibré, avantage Nadal sur terre

57 rencontres… C’est tout simplement surréaliste. Rendez-vous compte, le premier duel Nadal vs Djokovic remonte à 2006 et avait (déjà) eu lieu à Porte d’Auteuil. A l’époque, l’Espagnol était à la deuxième place mondiale quand le Serbe n’était pas encore tête de série. Quinze ans plus tard, les deux joueurs sont au top niveau. L’historique des rencontres est extrêmement équilibré, puisque Djokovic domine d’une petite victoire (29-28). Nadal a donc l’occasion d’égaliser s’il remporte le match ce vendredi.

Ce dernier est bien plus performant sur terre battue et a glané l’essentiel de ses victoires contre le numéro un mondial sur cette surface. En effet, il mène 18-7 sur ocre. Toujours sur terre, il reste sur cinq victoires consécutives. A Roland-Garros, les deux joueurs se sont affrontés à huit reprises. Sept affrontements ont tourné à l’avantage du Majorquin.

Nadal intouchable sur ses terres ?

L’Espagnol s’est imposé comme le véritable maître des lieux à Porte d’Auteuil. Intouchable sur le terrain avec 13 titres – soit plus du double de Bjorn Borg, deuxième avec 6 victoires finales – Rafael Nadal s’est même vu construire une statue en son honneur dans l’enceinte de Roland-Garros. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le Majorquin l’a bien mérité par ses performances. Il n’a perdu que deux matchs ici, pour 105 victoires, soit un taux de réussite de 98.13%. Au niveau des sets, il en a remporté 340, pour seulement 28 cédés. Soit 92.39% de manches remportées.

Ainsi, Nadal n’a plus perdu depuis 2015 à Porte d’Auteuil. De quoi condamner le Serbe ? Si ces statistiques sont vertigineuses et montrent l’ampleur de la tâche qui attend le numéro un mondial, il existe tout de même un motif d’espoir : la dernière défaite de Nadal à Roland-Garros a été concédée face à Djokovic. Le Djoker sait donc ce qui avait fonctionné ce jour-là, mais six ans plus tard, beaucoup de choses ont changé.

Djokovic solide sur le court, moins dans la tête ?

Le Serbe pratique un bon niveau de jeu depuis le début de cette quinzaine, mais il a semblé en difficulté mentalement à plusieurs reprises. Nerveux, il a perdu de sa superbe à certains moments alors qu’il dominait tranquillement son sujet. On pense notamment au début du second set contre Sandgren (premier tour) où il concède six balles de break en trois jeux de service. C’était également le cas contre Cuevas (deuxième tour), toujours dans ce deuxième set. Pourtant, lors de ces deux matchs, ce n’est pas l’adversaire qui est devenu meilleur, mais bien Djokovic qui a commis bien plus de fautes, semblant perdre confiance. Rappelons également qu’il serait certainement sorti contre Musetti (huitièmes de finale) si ce dernier n’avait pas craqué physiquement. Lors de cette rencontre, le Serbe a de nouveau montré sa fébrilité, cette fois dans les moments importants.

En effet, le numéro un mondial menait notamment 4-1 dans le tie-break du premier set avant de s’incliner. Dans la seconde manche, il a réalisé un jeu décisif catastrophique. Il s’est très bien repris ensuite, mais en aurait-il été de même si Musetti avait gardé le même niveau de jeu ? On est en droit d’en douter. Contre Berrettini, il réalise un excellent premier set avant de confirmer sa domination au second face à un Italien en perte de vitesse. Mais quand il s’agit de conclure, face à un joueur qui réalise une meilleure fin de match et qui s’accroche, le numéro un mondial tremble et perd (encore) au tie-break. La coupure pour évacuer les spectateurs l’a forcément aidé à s’imposer contre un joueur survolté. S’il veut gagner contre le Majorquin, Djokovic devra maintenir un excellent niveau tout au long du match et surtout dans les instants clés.

Un Nadal époustouflant sur les points importants

Au contraire de son adversaire, l’Espagnol ne tremble jamais dans les moments décisifs. Contre Popyrin (premier tour), il réalise un match moyen, mais augmente nettement son niveau de jeu lorsqu’il le faut. Dans le premier set, il convertit sa première balle de break à 4-3 pour ensuite servir pour le gain de cette manche. Dans le troisième acte, il sauve cinq balles de break et surtout deux balles de set pour s’imposer en trois manches. Contre Gasquet (deuxième tour), son premier acte est tout simplement exceptionnel. Derrière, le Français ne lâche pas et est auteur d’une superbe deuxième manche. Nadal ne s’affole pas et accélère pour éviter un jeu décisif et remporter le set 7-5.

Contre Sinner (huitième de finale), l’Espagnol voit son adversaire servir pour empocher la première manche. Une fois de plus, le Majorquin hausse significativement son niveau de jeu et débreake pour finalement s’imposer 7-5. La suite du match tourne à la démonstration. Enfin, contre Schwartzman (quarts de finale), Nadal prend le service de l’Argentin à deux reprises juste avant de servir pour le gain de la manche. De plus, depuis le début du tournoi, l’Espagnol n’a montré aucun signe de faiblesse ou d’énervement. Concentré sur son objectif, il doit continuer ainsi pour passer l’épreuve Djokovic.

Une dimension psychologique importante

Au-delà de l’enjeu d’une demi-finale de Grand Chelem, les deux joueurs peuvent frapper un grand coup pour rentrer encore un peu plus dans l’histoire. Novak Djokovic peut, en cas de victoire finale, revenir à un Grand Chelem de Nadal et Federer qui, avec vingt unités, détiennent le record. Il pourrait également devenir le troisième joueur à remporter deux fois tous les tournois du Grand Chelem après Rod Laver et Roy Emerson.

L’Espagnol peut lui revenir à égalité dans son face à face avec Djokovic, puis en cas de victoire finale, améliorer encore son record de titres à Roland-Garros, mais surtout devenir le seul joueur qui a remporté 21 tournois du Grand Chelem, doublant Federer et distançant le numéro un mondial. Ainsi, ce match sera décisionnel pour l’édition 2021, mais aussi pour l’Histoire du tennis et les rivalités entre les trois grands champions actuels.


Journaliste/rédacteur depuis août 2018 - Passionné de sport depuis tout petit, je me suis logiquement tourné vers le journalisme sportif depuis août 2018. Grand supporter des Girondins, je suis aussi un fan de football. Je pratique le tennis et suis l'actualité de la petite balle jaune. En juillet, vous risquez de me croiser sur les routes du Tour.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une