Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA Finals : les Bucks égalisent face à Phoenix lors du Game 4

Publié le

NBA Finals : les Bucks égalisent face à Phoenix lors du Game 4
Photo Icon Sport

NBA 2020/21 – Dans une rencontre indécise jusqu’au bout, les Milwaukee Bucks ont battu les Phoenix Suns sur ce Game 4 des NBA Finals (109-103).

Pieds au plancher, les Suns démarrent fort ce Game 4 et comptent jusqu’à 9 points d’avance dans le premier quart. Booker notamment enregistre 8 points d’entrée, alors que Middleton et Holiday reprennent leurs mauvaises habitudes. En l’absence de Giannis Antetokounmpo, rapidement sorti, les deux compères des Bucks enchaînent de nouveau les mauvais choix offensifs. Heureusement pour Milwaukee, le Grec revient vite en jeu et remet son équipe dans le match. Au bout de 12 minutes, l’écart est descendu et les Suns ne mènent plus que de 3 points, 23 à 20.

Mais Devin Booker est bien décidé à participer lui aussi à la course au MVP des Finales. L’arrière porte son compteur à 20 points à la pause et mène offensivement son équipe. Les Bucks ont du répondant avec Brook Lopez (10 points à la mi-temps), Giannis (12 points) et surtout Middleton (16 points) qui a repris son shoot en main. À la pause, malgré une efficacité moindre au shoot et notamment à 3 points, les Bucks ont recollé et les deux équipes sont à égalité 52-52. La faute notamment aux trop nombreux turnovers de Phoenix sur ce Game 4.

Devin Booker entre dans l’histoire de ces NBA Finals

S’il n’a pas toujours été très fringant offensivement, le travail défensif de Jrue Holiday est à souligner sur ce match, et globalement sur la série. Chris Paul a pu en témoigner sur ce Game 4, avec quelques balles perdues et des tirs souvent bien défendus par Jrue. En revanche, ni Holiday ni aucun de ses coéquipiers n’arrive à défendre sur Devin Booker, décidément très en forme cette nuit.

Ce dernier devient d’ailleurs, à l’occasion de ce Game 4 des NBA Finals, le joueur dans l’histoire qui a marqué le plus de points pour ses premiers Playoffs. Il devance désormais Rick Barry, dont le record de 521 points datait de 1967. Avec 100% de réussite sur le 3ème quart et 38 points sur sa feuille de stats désormais, Booker permet à son équipe de continuer à faire la course en tête à l’approche de la dernière ligne droite. 82-76 pour Phoenix, place au money-time désormais.

Un money time géré par Middleton et les Bucks

Grâce au coup de malice de P.J. Tucker, le petit prince de Phoenix récolte dès le début du quart-temps sa 5ème faute. Il doit donc passer un petit séjour sur le banc pour éviter sa 6ème faute synonyme d’exclusion. Sans Booker, les Bucks vont-ils en profiter pour revenir une nouvelle fois au score ? La réponse est oui, grâce à l’effort de tout un collectif et du public qui pousse son équipe. Les Bucks passent même devant à 3 minutes de la fin, tandis que Booker est sauvé miraculeusement par les arbitres alors qu’il avait commis une grossière faute. Un petit scandale il faut l’avouer et les Bucks auraient pu se sentir floués.

99-99, il reste une minute et 30 secondes à jouer. Il va alors se passer une triple action décisive pour les Bucks : Khris Middleton inscrit un beau shoot mid-range, Giannis contre ensuite la tentative de alley-oop de Ayton, puis Middleton va marquer 2 nouveaux points après quelques ratés de chaque côté et un nouveau ballon perdu de Chris Paul.

103-99 pour les Bucks avec 27 secondes sur le tableau d’affichage, cette minute aura été cruciale pour déterminer l’issue de cette rencontre. Malgré la détermination des Suns qui scorent et font faute rapidement, Khris Middleton ne tremble pas aux lancers-francs. Avec 40 points, 6 rebonds et 4 assists, l’ailier a presque effacé la performance de Devin Booker (42 points) et est logiquement l’homme du match côté Bucks.

Milwaukee s’impose donc 109-103 face à Phoenix et égalise à 2-2 dans cette série des NBA Finals. Tout est à refaire pour les Suns, qui conservent néanmoins leur avantage du terrain pour le Game 5, qui aura lieu ce samedi soir


Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une