Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA : les tops et flops de la semaine

Tanguy Le Jeune

Publié

le

Photo Layne Murdoch Jr./NBAE via Getty Images

NBA 2020-2021 – Dans une semaine agitée par la trade deadline, la NBA a vu de nombreux joueurs transiter d’une franchise à une autre. Alors, qui a su tirer profit de cette semaine, qui en a souffert ? Voici les tops et les flops de la semaine. 

Les franchises

Tops

Dans la conférence Est, cette semaine une franchise s’est démarquée par rapport aux autres. En effet, les New York Knicks impressionnent cette saison sous l’impulsion du coach Tom Thibodeau. Avec 3 victoires sur les 3 derniers matchs, les Knicks se positionnent à la 4ème place de la conférence en talonnant les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo qu’ils ont d’ailleurs vaincu samedi dernier sur le score de 102 à 96. Tout va pour le mieux du côté des New-yorkais aussi bien défensivement qu’offensivement cette saison. Ils sont très bien placés pour les playoffs et en deviennent de sérieux candidats. Leur niveau impressionne en comparaison aux saisons passées. Il faudra donc faire attention à cette équipe qui risque d’en surprendre plus d’un en fin de saison !

Contrairement à la semaine passée, les leaders de la conférence Ouest ont repris des couleurs. Que ce soit Utah Jazz ou les Los Angeles Clippers, ces deux franchises ont dominé leur sujet cette semaine. Elles comptent d’ailleurs toutes deux, 5 victoires d’affilée ce qui leur permet de confirmer leur statut de leaders de cette ligue. Et si pour Utah cette série vient confirmer une saison de domination, pour les Clippers, il s’agit plus d’un soulagement puisqu’ils ne sont pas aussi dominateurs que ce que l’on pouvait penser en début de saison. Il semble que les coups de gueule répétitifs de Kawhi Leonard aient fait leur effet sur le collectif des Clippers. Cette post-season annonce, d’ores et déjà, un grand spectacle pour les fans de NBA.

Flops

Coup dur pour le Miami Heat cette semaine. Alors qu’ils semblaient retrouver des couleurs ces derniers temps à travers Tyler Herro et Jimmy Butler, les Floridiens marquent un coup d’arrêt sérieux dans leur progression cette semaine. Avec 6 défaites de rang, les hommes d’Erik Spoelstra ont considérablement chuté dans le classement. Actuellement 8ème, le Miami Heat est à une position le qualifiant pour le Play-in Tournament. Pas sûr que ce soit une place satisfaisante pour ces derniers qui connaissent définitivement une saison en demi-teinte. Peut-être que l’arrivée de Victor Oladipo dans les rangs de Miami pourra permettre d’avoir un leader de circonstance derrière Jimmy Butler qui ne cesse de louper des matchs par-ci, par-là, chaque semaine.

Qu’elle est cruelle cette conférence Ouest ! Alors qu’il possèdent un bilan égal à celui de Miami 8ème de la conférence Est, les Golden State Warriors se retrouvent quant à eux à la 10ème position à l’Ouest. Malgré les efforts d’Andrew Wiggins qui brille en l’absence de Stephen Curry (blessé au coccyx), la franchise peine à retrouver le chemin de la victoire. 4 défaites en 4 rencontres, telle est la souffrance de Golden State sans son leader. Cette situation est tendue pour la franchise qui perd du terrain dans la course au Play-offs et au Play-in Tournament. Le retour de la star des Warriors devient pressant d’autant plus que l’option du tanking pour les Warriors devient de plus en plus d’actualité au fur et à mesure que les défaites s’enchaînent.


Les joueurs

Tops

Si aucun joueur n’a réellement brillé cette semaine, deux joueurs ont tout de même porté leur franchise cette semaine. En effet, malgré un bilan de 2 victoires et de 2 défaites cette semaine, Jayson Tatum a été un véritable artisan dans les victoires de son équipe. Avec 27 points face à OKC et 34 face à Milwaukee,  le franchise player de Boston a permis à son équipe de gagner ces deux rencontres. Cependant, malgré ses bonnes performances, les résultats de sa franchise restent irréguliers. La franchise semble fragile en témoigne cette 7ème place de conférence alors qu’elle a le niveau pour figurer dans le top 4 de cette dernière. En tout cas, Jayson Tatum et les Celtics seront à surveiller puisqu’ils sont visiblement très imprévisibles.

Zion Williamson illumine la Nouvelle-Orléans cette saison. Malgré une saison rookie très compliquée à cause d’une blessure, sa saison de sophomore est quant à elle irréprochable. Il martyrise les raquettes adverses avec au passage les défenseurs qui vont avec. Malgré un shoot extérieur encore très timide, Zion Williamson s’inscrit de plus en plus comme le véritable franchise player des Pelicans. En témoignent ses 38 points (13/20 au shoot) face aux Mavericks, ses 39 points et 10 rebonds (16/19 au shoot) face aux Nuggets ou encore ses 27 points face aux Lakers.  Ce joueur est véritablement une nouvelle star de cette ligue. Il sera à n’en pas douter un candidat au trophée MVP dans les années à venir si les résultats de sa franchise le lui permettent. Ce n’est malheureusement pas le cas cette saison à cause de cette 12ème place dans la conférence Ouest.

Flops

Chez les Hawks, la franchise est bien lotie au scoring avec des joueurs comme Trae Young ou encore John Collins pour ne citer qu’eux. Cependant, malgré cela, les autres ont des occasions de marquer ou de se rendre utile à la passe ou au rebond. Tony Snell quant à lui peine à produire des jolies performances statistiquement. Même si son apport défensif et son jeu sans ballon semblent importants sur le terrain pour sa franchise, l’ancien joueur des Pistons score peu, prend très peu de rebonds et donne très peu de ballons. Et tout cela malgré ses 20 minutes par match. Le joueur de 29 ans a donc besoin de s’imposer, de se rendre disponible au shoot car en ne scorant que 0 voire 2 points par match, sa carrière en pâtira alors qu’il lui reste de nombreuses années à vivre dans la ligue.

Même si son statut et son importance sur le terrain sont indiscutables, Draymond Green ne score que très peu avec les Warriors. En moyenne il prend tout de même 6,4 rebonds par match et donne 8,4 passes décisives. Mais en parallèle, l’intérieur des Warriors ne score que 6 points par match en moyenne. Si cette moyenne est explicable par l’omniprésence de Stephen Curry au shoot, l’absence de ce dernier devrait pouvoir permettre à Green de s’illustrer au scoring pour aider ses coéquipiers. Cependant il n’en est rien et c’est même pire que d’habitude. Zéro point face aux Hawks avec aucune tentative, seulement 6 face aux Sixers après 7 tentatives. Les stats de Draymond Green sont donc assez étonnantes alors que les leaders de l’équipe en l’absence de Curry peinent à compenser l’espace laissé par celui-ci.

Tanguy Le Jeune
 


Journaliste/rédacteur depuis novembre 2020 - Lionel Messi, Kobe Bryant, Lewis Hamilton. Quel rapport entre ces trois légendes ? Aucun, hormis leur statut de légende. Mais, pour moi, ces stars ont quelque chose en commun. Ce sont mes idoles, mes exemples et les grands créateurs de ma passion pour le sport. Malgré mon cruel manque de talent pour pratiquer le sport au haut niveau, mon amour et ma passion me poussent, chaque jour, à vous partager l’actualité au travers de ce que je sais probablement faire le mieux : écrire.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une